Le dernier des injustes
Genre : Documentaire - Durée : 3H40 mn
Sortie en salles le 13 Novembre 2013 - en VOD/DVD le 04 Juin 2014
Presse
Spectateurs

Résumé du film

1975. À Rome, filme Benjamin Murmelstein, le dernier Président du Conseil Juif du ghetto de Theresienstadt, seul « doyen des Juifs »* à n’avoir pas été tué durant la guerre. Rabbin à Vienne, Murmelstein, après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938, lutta pied à pied avec Eichmann, semaine après semaine, durant sept années, réussissant à faire émigrer 121.000 juifs et à éviter la liquidation du ghetto.

2012. , à 87 ans, met en scène ces entretiens de Rome en revenant à Theresienstadt, la ville « donnée aux juifs par Hitler », « ghetto modèle », ghetto mensonge inventé par Adolf Eichmann pour leurrer le monde. On découvre la personnalité extraordinaire de Benjamin Murmelstein : doué d’une intelligence fascinante et d’un courage certain, d’une mémoire sans pareille, formidable conteur ironique, sardonique et vrai.

Confrontant ces 3 époques, de Nisko à Theresienstadt et de Vienne à Rome, le film éclaire comme jamais auparavant la genèse de la solution finale, summum de la perversité nazie, démasque le vrai visage d’Eichmann et dévoile sans fard les contradictions sauvages des Conseils Juifs.

Présenté en Hors Compétition du 66ème Festival International Du Film De Cannes 2013
Nationalité : France
Duree : 3H40 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 04 Juin 2014
Sortie en salles le 13 Novembre 2013
Année de production : 2013
Présenté en Sélection Officielle, Hors compétition au Festival de Cannes le 19 Mai 2013
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★

En savoir plus sur Le dernier des injustes

Entretien avec Claude Lanzmann

À quel moment avez-vous songé à consacrer un film à la figure ambiguë de Benjamin Murmelstein, ancien président du Conseil juif de Theresienstadt en Tchécoslovaquie, jusqu’ici souvent tenu pour un « collabo » ? Vous aviez eu un très long entretien avec lui au moment du tournage de Shoah, à Rome en 1975, pourquoi ne l’avoir pas utilisé à ce moment-là ?

Shoah est un film épique, le ton général y est d’un tragique sans rémission. Quand on écoute Benjamin Murmelstein, on voit que ça ne colle pas, que c’est un autre esprit. Pourtant il fut le premier protagoniste avec lequel j’ai tourné. Cela m’avait été très difficile d’obtenir un rendez-vous avec lui, et c’est mon épouse d’alors, l’écrivain allemand Angelika Schrobsdorff - on la disait la plus belle femme d’Allemagne - qui l’avait conquis, car il aimait les femmes. De Jérusalem, nous étions arrivés à Rome avec un matériel de prises de vue et de son formidable, très sophistiqué, mais aussitôt arrivés, notre minibus avait été entièrement pillé par un gang italien organisé. Nous fûmes alors obligés de faire venir du matériel en catastrophe de Paris. Cet incident m’avait un peu assommé, mais j’ai quand même tourné pendant une semaine entière avec Murmelstein.

Caractéristiques du DVD

Bonus de l'édition 3 DVD :

- Des photos de tournage
- Une galerie des peintures réalisées par les détenus du camp de Terezin
- Une galerie des affiches et projets d’affiches du film
- Le FA français et le FA américain
- Biographies de Claude Lanzmann
- Une Interview de Claude Lanzmann aux US pour la sortie du film, par un prof d’université français> Plus

Notes de Production

Le rabbin Benjamin Murmelstein fut le dernier Président du Judenrat (Conseil juif) de Theresienstadt. Je l’ai filmé pendant toute une semaine, à Rome en 1975. Le cas de Theresienstadt était à mes yeux capital, à la fois latéral et central dans la genèse et le déroulement de la solution finale. Ces longues heures d’interview, riches de révélations de première main, n’ont jamais cessé de m’habiter et de me hanter. Je me savais dépositaire de quelqu > Plus
Remonter