Le Prénom

    en DVD le 19 Septembre 2012
Un film de et avec , , (France)Genre : Comedie - Duree : 1H49 mn
Distributeur : Pathé Distribution - Editeur DVD : Fox Pathé Europa (FPE)
Sortie à la Vente en DVD le 19 Septembre 2012
Sortie Blu-Ray le 19 Septembre 2012
Sortie en salles le 25 Avril 2012
Année de production : 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.57 / 5 (171 notes)

Résumé de Le Prénom

Vincent, la quarantaine triomphante, va être père pour la première fois. Invité à dîner chez Elisabeth et Pierre, sa soeur et son beau-frère, il y retrouve Claude, un ami d'enfance. En attendant l'arrivée d'Anna, sa jeune épouse, on le presse de questions sur sa future paternité. Mais quand on lui demande s'ils ont déjà choisi un prénom pour l'enfant à naître, sa réponse plonge la petite assemblée dans le chaos...
Adaptation de la pièce de théâtre de et
César de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle Pour et César du Meilleur Acteur dans un Second Rôle pour à la 38e Cérémonie Des César 2013

Photos de Le Prénom (35)

Critiques

Moyenne : 2 étoiles (2.06 / 4)
20 Minutes 3 étoiles
Télé 7 Jours 3 étoiles
Positif 3 étoiles
Studio CinéLive 3 étoiles
Le Figaro 2 étoiles
L'Express 2 étoiles
Le Figaro 2 étoiles
Le Parisien 2 étoiles
Le Journal du Dimanche 2 étoiles
Le Monde 2 étoiles
Le Point 2 étoiles
L'Express 2 étoiles
Les Fiches du Cinéma 2 étoiles
Télérama 2 étoiles
Les Inrocks 1 étoiles
Première 1 étoiles
VSD 1 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 3 étoiles (2.57 / 5)
55 avis 4 étoiles
33 avis 3 étoiles
37 avis 2 étoiles
46 avis 1 étoiles

Entretien avec Matthieu Delaporte & Alexandre De La Patellière

Vous êtes les auteurs du Prénom, qui, avant de devenir un film, a été un immense succès au théâtre…

Alexandre : C’est vrai que ça a été incroyable d’un bout à l’autre. La rencontre et le travail avec Bernard Murat, les premières lectures, les répétitions dans cette mythique salle Édouard VII…

Entretien avec Dimitri Rassam

Vous êtes un jeune producteur, dans tous les sens du terme ! Quel a été l’élément déclencheur qui vous a fait choisir cette aventure-là ?

Je n’ai pas eu à chercher très loin : voilà plus de 6 ans que mon bureau est à 10 mètres de celui de Matthieu et Alexandre ! Je dirais que l’aventure humaine avait commencé bien avant le film… Quand ils m’ont invité à voir leur pièce, il y a eu comme une évidence et deux mois et demi plus tard, nous entrions en préparation du tournage ! Notre idée commune était de proposer un vrai film de cinéma, d’où l’envie de s’entourer d’une équipe technique talentueuse et reconnue comme Benoît Pilot à la direction de production, Marie Cheminal aux décors, David Ungaro à la lumière ou Célia Lafitedupont au montage… Il fallait aussi préserver l’équilibre de la pièce, donc nous avons fait très peu de changements sur son «ADN» mais en repartant tout de même de zéro par rapport à l’excellente mise en scène de la pièce signée Bernard Murat… Honnêtement, mon principal travail a été de donner le temps et les moyens de bien faire à Matthieu et Alexandre parce que la force motrice de ce projet, c’est eux !

Entretien avec Patrick Bruel

La pièce de théâtre «Le Prénom» marquait votre retour au théâtre. Vous avez enchaîné directement avec le tournage du film.

À la première lecture de la pièce, j’ai tout de suite su que nous en ferions un film ! Souvent, en jouant sur scène, je pensais à l’adaptation pour le cinéma et aux différentes options qui pourraient se présenter sur le tournage. Le film reste très proche de la pièce, évidemment, mais le cinéma, grâce à la liberté qu’offre la caméra, crée une intimité différente. Le point de vue change, ça oblige à se réinventer, à trouver une musique différente, même si les émotions que l’on veut faire passer restent les mêmes.

Entretien avec Valérie Benguigui

Babou est un personnage particulièrement intéressant car, de toute cette bande-là, c’est la seule que justement, on n’appelle pas par son prénom mais par un diminutif ! Comme si cette femme s’était laissée grignoter par ses proches…

Oui sans doute, mais elle l’a accepté ! Au départ, elle s’est greffée sur l’amitié des deux garçons, en tant que sœur de Vincent puis femme de Pierre. Avec le temps, elle a mis de plus en plus de choses de côté. On a tous nos secrets d’acteurs pour faire exister nos personnages, je me suis racontée une histoire à propos de Babou, je l’ai imaginée toujours en retrait, avec la volonté de faire partie de ce groupe dont les deux têtes fortes étaient son frère et son futur mari. En parallèle, elle a créé un lien plus intime avec Claude, qui est aussi plus doux, presque féminin. Donc elle s’est laissée dominer, elle a fait des enfants, elle a mis sa carrière entre parenthèses, acceptant ces compromis par amour et par facilité.

Entretien avec Charles Berling

Vous êtes «le nouveau» de cette aventure puisque vous n’étiez pas à l’affiche de la pièce de théâtre, qui mêle une intrigue typiquement de boulevard avec des réflexions plus profondes…

J’avais vu la pièce et j’avais été frappé par son rythme, cette impression de rebond permanent. Ce qui me plaît dans cette écriture, c’est qu’elle correspond à une peinture de la France d’aujourd’hui. C’était vrai sur scène et ça l’est à l’écran. Comme si certaines angoisses typiquement françaises se traduisaient par un jeu totalement débridé et assez violent, ce qui débouche sur une vraie drôlerie car cette violence est tout à fait assumée… Pierre, mon personnage, représente une France cultivée, qui travaille mais qui est aussi en perte de vitesse et de repères. Il s’oppose à Vincent, le personnage de , qui lui assume le fait de gagner de l’argent, qui ne s’embarrasse pas de principes et qui réussit dans notre société actuelle… Leur affrontement est formidable et d’ailleurs, l’énergie du tournage s’en est ressentie : elle correspond à l’écriture des auteurs et à la réalité qu’ils décrivent ! Le boulevard essaye toujours d’éviter les sujets qui fâchent : ici, même si la structure en effet est assez classique, Matthieu et Alexandre y ont ajouté des ingrédients plus cruels, presque trash. Et ce côté excessif m’a beaucoup intéressé !

Entretien avec Guillaume de Tonquédec

Comment parleriez-vous de Claude, votre personnage ? Pendant une bonne partie du film, on se demande s’il est juste discret ou franchement lâche…

Évidemment, on ne peut pas tout dire, donc c’est un peu compliqué… Mais Claude est celui qui se présente comme le «très bon ami», un peu lisse, ce qui lui permet de ne pas trop se démasquer. Il ressemble au plumage d’un canard sur lequel l’eau ou les événements glissent sans conséquence. Toujours heureux, ne prenant jamais mal les réflexions pourtant parfois blessantes. Celui sur lequel on peut compter et se déverser parce qu’il a ce don d’écouter et de rassurer les autres. Alors bien sûr on ne s’occupe pas trop de lui, mais en fait ça l’arrange, comme l’histoire le révèlera dans sa deuxième partie… Quand j’ai découvert ce personnage, j’ai immédiatement pensé à des gens que je connais qui ne peuvent jamais se dévoiler, qui aiment faire partie d’un groupe parce qu’on n’y parle jamais de soi de façon profonde et qui esquivent le domaine de la vie privée en cas de tête-à-tête plus intime. Ça leur permet sans doute de survivre…

Entretien avec Judith El Zein

Anna est un personnage intéressant parce que c’est la dernière arrivée dans cette bande d’amis… Elle a un côté pièce rapportée, ce qui lui permet de ne pas être dupe de leurs habitudes et de leur fonctionnement.

Elle les connait, mais elle n’est pas dans le mécanisme affectif de la famille. Ces rapports-là lui sont étrangers. Elle arrive vierge d’informations au moment où elle les rejoint dans la soirée, mais elle est vierge aussi des rancœurs intimes qui unissent les autres personnages ! Ce qui m’intéressait avec Anna, c’est qu’elle n’était pas la blonde idiote caricaturale, «femme de…». Dans une comédie conventionnelle, on pourrait s’attendre à ce que la femme qui se retrouve au bras de Vincent Larchet, personnage brillant, riche, arrogant et cynique, soit obligatoirement une bimbo sans répartie… comme si un caractère brillant appelait un pendant opposé… Eh bien non, au contraire !

Caractéristiques du DVD

Bonus :
- Making of
- Bêtisier et commentaire audio des réalisateurs
+ En cadeau : le DVD de la pièce filmée

Notes de Prod. de Le Prénom

Notes de Tournage...

26 Novembre 2010 - La pièce 'Le Prénom' avec sera portée au cinéma

La pièce de théâtre Le Prénom, emmenée par , fera l'objet d'une adaptation grand écran, rapporte l'hebdomadaire Le Film Français dans son édition du 26 novembre.

La pièce "Le Prénom" avec Patrick Bruel sera portée au cinéma


Dernières news à propos de Le Prénom

Réagir sur Le Prénom