Les Nouveaux Chiens de Garde

    en DVD le 04 Décembre 2012
Un film de et (France)
Genre : Documentaire - Duree : 1H44 mn
Distributeur : Epicentre Films - Editeur DVD : Epicentre Films Editions
Sortie à la Vente en DVD le 04 Décembre 2012
Sortie en salles le 11 Janvier 2012
Année de production : 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.54 / 5 (68 notes)

Résumé de Les Nouveaux Chiens de Garde

Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations prémâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.

En 1932, Paul Nizan publiait Les Chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en gardiens de l’ordre établi.
 aujourd’hui, les chiens de garde, ce sont ces journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dresse l’état des lieux d’une presse volontiers oublieuse des valeurs de pluralisme, d’indépendance et d’objectivité qu’elle prétend incarner.

Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d’une information pervertie en marchandise.
Nommé au César du Meilleur Documentaire à la 38e Cérémonie Des César 2013
* Festival Paris Cinéma - Projection spéciale (2011 - France)
* Festival International du film d’Amiens 2011
* Festival 2 cinéma de Valenciennes 2011
* Mois du film documentaire de Vannes 2011
* Festival de cinéma d’ATTAC 2011
* Rencontres des Cinéma d’Europe d’Aubenas 2011
* Les Écrans du Doc de Décines 2011
Avec la participation de Arlette Chabot, Laurence Ferrari, David Pujadas, Alain Duhamel, Jean-Pierre Pernaut, Christine Ockrent, Franz-olivier Giesbert, Laurent Joffrin, Alain Minc, Bernard-henri Lévy, Christophe Barbier, Michel Field …
D'après Les Nouveaux chiens de garde

Photos de Les Nouveaux Chiens de Garde (12)

Critiques

Moyenne : 2 étoiles (2.1 / 4)
Studio CinéLive 3 étoiles
Le Journal du Dimanche 3 étoiles
Le Parisien 2 étoiles
TéléCinéObs 2 étoiles
Télérama 2 étoiles
Le Monde 2 étoiles
Première 2 étoiles
Libération 2 étoiles
Positif 2 étoiles
VSD 1 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 3 étoiles (2.54 / 5)
26 avis 4 étoiles
8 avis 3 étoiles
11 avis 2 étoiles
23 avis 1 étoiles

Caractéristiques du DVD

Bonus :
- Teaser du film
- Biographies des réalisateurs
- Galerie photos
- Bande-annonce du film
- La carte du "Parti de la Presse et de l'Argent"
- Plusieurs articles sur la critique des médias

Notes de Prod. de Les Nouveaux Chiens de Garde

Entretien avec Yannick Kergoat et Gilles Balbastre

a publié Les Nouveaux chiens de garde en 1997, au sortir des grèves de décembre 1995. Le poids des « prescripteurs d’opinions » a-t-il évolué depuis ?
: Pas suffisamment pour qu’on renonce à se battre sur ces questions. Ce qui a changé depuis 1995, c’est la crise de la presse, qui se traduit notamment par des réductions d’effectifs dans de nombreux journaux. Ce qui n’enlève rien à la nécessité de la critique, au contraire. Régulièrement, il faut réarmer le fusil et tirer un nouveau coup de semonce.

La construction de 'l'intérêt public'

"L’intérêt que nous éprouvons pour un sujet nous vient-il aussi naturellement que le prétendent les fabricants de programmes et de sommaires ? N’est-il pas plutôt construit par la place qui précédemment lui a été accordée dans la hiérarchie de l’information ?

Quand les médias réforment la Justice

"Il faudrait s’accorder sur ce que l’on entend précisément par « les médias » et « la justice ». Nul doute qu’à y regarder de près, on verrait que tous les médias n’évoquent pas exactement la justice de la même manière et que, pour commencer, ils ne traitent pas tous - ou pas tous également - les mêmes aspects de la question judiciaire. On s’apercevrait, par exemple, que si Le Monde s’intéresse régulièrement au Conseil supérieur de la magistrature (sa composition, ses décisions, les intrigues qui s’y nouent...), tel n’est pas le cas de France 2 ni du Parisien, ou encore que les « faits divers » n’occupent pas la même place sur RFI et sur TF1. Une analyse révélerait sans doute que ce type de différences recoupe des variations semblables dans le traitement d’autres questions. Reste qu’il paraît possible de dégager des grandes tendances, des traits saillants, des biais relativement constants de la représentation médiatique de la justice, même s’il ne saurait s’agir pour le magistrat syndicaliste de se prendre pour un sociologue - étant également entendu que le sociologue n’est bien sûr pas le seul à avoir son mot à dire.

Quand le journal devient firme, quand la firme devient marque

"La métamorphose d’un journal militant en groupe de presse, sa récupération par les classes dirigeantes, son ouverture au capital, sa revente à des industriels : l’histoire est si banale qu’elle a cessé d’inquiéter. Ni les intellectuels, ni les journalistes, ni les organisations politiques n’ont impulsé de mobilisation susceptible d’interrompre le tête-à-queue de Libération, passé de Sartre à Rothschild, ou celui du Monde, né de la Résistance pour échouer aux pieds d’industriels et de banquiers - après avoir envisagé son entrée en Bourse.

Une uniformité très naturelle

"L’oubli du monde est idéologie puisqu’il construit un autre monde. Le « fait divers qui fait diversion » est idéologie puisqu’il attire l’attention sur l’anodin, et la détourne du reste. L’audimat aussi est idéologie. Alors président de la Société des journalistes de France 2, Marcel Trillat a expliqué que, grâce à une enquête d’audience minute par minute, la direction de l’information savait ce qui avait marché et ce qu’il fallait éviter. Mais, au jeu du spectacle, le résultat est connu d’avance : « Notre public devra se contenter, le plus souvent, de pensée prêt-à-porter, d’ « images dramatiques », de la langue de bois des têtes d’affiche de la politique et de l’économie. De vedettes du show-biz ou du cinéma venues assurer la promotion de leur dernier chef-d’œuvre en direct à 20 heures. Sans parler du record du plus gros chou-fleur de Carpentras ou des vaches envoûtées dans une étable des Hautes-Pyrénées. Au nom de la concurrence, chacun court pour copier l’autre. »

Tout est dit. Nulle cabale ou conspiration : l’audimat est niché dans la tête des responsables de rédaction, soucieux de satisfaire les actionnaires et les annonceurs. L’uniformité devient alors chose très naturelle, rythmée par le balancier du marché. "

Les Nouveaux chiens de garde

Réagir sur Les Nouveaux Chiens de Garde