Les Vacances de Ducobu

    en DVD le 17 Octobre 2012
Un film de avec , et . (France)
Genre : Comedie - Duree : 1H34 mn
Distributeur : UGC - Editeur DVD : UGC Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 17 Octobre 2012
Sortie Blu-Ray le 17 Octobre 2012
Sortie en salles le 25 Avril 2012
Année de production : 2012
Film à partir de 6/8 ans
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.86 / 5 (100 notes)

Résumé de Les Vacances de Ducobu

La cloche sonne et c’est la libération pour l’élève Ducobu : enfin les vacances, loin de Latouche et de ses dictées diaboliques !!! BD, Club Mickey, glaces à gogo... Ducobu a à peine le temps de se réjouir que son père lui annonce un tout autre programme : ils partent avec la famille Gratin.

Avec Léonie et sa mère, c’est plutôt réveil aux aurores, musées et révisions. Et pour couronner le tout... Ducobu
tombe sur Latouche et Mademoiselle Rateau venus eux aussi en vacances au camping. Le Cauchemar !!!
Heureusement le hasard met sur son chemin une carte mystérieuse. Grâce à son ingéniosité, Ducobu en décode l’énigme et se lance à la recherche d’un trésor de pirates perdu.

Le roi de la triche devient le roi de l’aventure et les vraies vacances peuvent commencer !

Photos de Les Vacances de Ducobu (24)

Critiques

Moyenne : 2 étoiles (2 / 4)
Elle 2 étoiles
Le Parisien 2 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 3 étoiles (2.86 / 5)
44 avis 4 étoiles
15 avis 3 étoiles
24 avis 2 étoiles
17 avis 1 étoiles

Rencontre avec Joséphine de Meaux

Votre personnage a été créé pour le premier film et il évolue beaucoup dans celui-ci.

Effectivement, dans le premier volet, nous avions vraiment dessiné un personnage très tenu, détaillé, ciselé, qui n’existait pas dans la BD mais qui était complètement cohérent avec Latouche, dont Mademoiselle Rateau est le pendant et l’âme sœur. Dans ce nouveau film, nous nous sommes amusés à détruire tout ce que nous avions construit ! Parce que tout à coup, Mademoiselle Rateau se retrouve perdue, loin du cadre de l’école et de la musique qui la structure, face à une histoire d’amour qui ne se déroule pas comme elle l’aurait voulu. Elle qui est si douce va avoir beaucoup d’occasions de s’énerver. Elle ne supporte pas l’omniprésence de sa belle-mère, ni la lâcheté de son amoureux par rapport à cette intrusion, et elle va disjoncter. Pour aggraver son trouble, elle recroise en plus son premier amour, Esteban. Pour elle, tout le film n’est qu’une longue suite de catastrophes.

Rencontre avec Philippe De Chauveron

Pour le premier film, vous aviez passé au crible tous les albums de Ducobu afin de trouver les situations les plus emblématiques. Ici, vous élargissez l’univers de Ducobu ?

Ducobu est en vacances. On change complètement d’ambiance. L’histoire est originale à 100%, et on n’a quasiment rien repris des albums, à part la première scène qui se déroule en classe. Le premier film avait installé les personnages. Nous nous sentions en confiance par rapport à leur image et donc libres de les emmener plus loin. Alors que le premier film retraçait une année scolaire et se jouait plus dans la chronique, celui-là se déroule sur un été avec une histoire dont les péripéties se développent. Nous souhaitions cette fois proposer un mélange d’aventure et de comédie. Il y a l’été, le soleil, le décalage que cette période apporte aux habitudes et aux rapports humains, mais on y trouve aussi une légende, un monstre, un trésor, des grottes perdues, tout ce qui peuple l’imaginaire des jeunes enfants. L’idée était de garder la comédie constamment présente dans une véritable aventure d’enfant.

Rencontre avec Eli Semoun

Le premier film vous a-t-il permis de rencontrer un nouveau public ?

C’est évident. Les enfants m’aimaient déjà bien avec « Les petites annonces » et L’âge De Glace mais je me suis aperçu en signant des autographes que certains m’identifiaient désormais à Monsieur Latouche ! Je sais aussi que beaucoup d’entre eux ont vu le DVD quatre ou cinq fois voire plus, et qu’ils connaissent les scènes et les répliques par cœur. Alors je plaisante avec eux et je leur dis que je vais leur mettre un zéro et ça les fait rire !

Rencontre avec Helena Noguerra

Que pensiez-vous de l’idée de retrouver ce personnage ?

J’en étais vraiment heureuse, parce que j’adore Madame Gratin ! La retrouver était facile. Il y avait une vraie composition, et une transformation visible. J’ai apprécié qu’on me laisse faire ça, dans cette outrance, que je puisse mettre une perruque rouge un peu grotesque… J’ai adoré montrer mon côté « gl’humour » ! Ça change du glamour ! J’étais aussi très contente que Philippe et ses coscénaristes m’aient écrit une partition plus grande. C’était un petit rôle dans le premier film, juste une esquisse. On n’avait pas accès à une psychologie, à de la tendresse, à des sentiments, parce que c’était un personnage moins important. Je n’ai pas inventé quelqu’un de différent. Il y a plus de situations et une palette plus large. L’idée de jouer cette femme dans d’autres circonstances, en la faisant évoluer mais sans perdre ce qui fait sa personnalité, était tentante.

Rencontre avec Pierre François Martin-Laval

Qu’est-ce qui vous a tenté dans ce projet ?

Plusieurs points m’ont séduit : le fait de faire un film pour enfants en premier lieu. Doubler Ratatouille , L’apprenti Père Noël ou La Prophétie Des Grenouilles m’avait beaucoup plu. J’aime faire des choses pour enfants parce que c’est un travail un peu différent pour un comédien. J’ai l’impression qu’il y a une bonhomie mais qu’il faut faire attention, que l’on doit constamment garder à l’esprit ceux à qui l’on s’adresse. Loin d’y voir une censure ou une limite, j’y vois plutôt un maintien, une exigence. Il faut faire rire mais sans être trop vulgaire. Dans ce cadre-là, par contre, on peut en faire des tonnes !

Rencontre avec Bruno Salomone

Pouvez-vous nous parler d’Esteban, votre personnage ?

C’est le moniteur du club de vacances. Il s’occupe des enfants et il aime ça. C’est un ancien athlète de trampoline qui a failli devenir champion mais qui a échoué. C’est aussi le premier amour de Mademoiselle Rateau, qu’il va retrouver par hasard. Lorsque m’a proposé le rôle, il m’a dit qu’Esteban devait être sympathique, plein d’énergie, mais avec un petit grain de folie. Alors dans certaines scènes, on se dit qu’il est quand même bizarre. Même si ce personnage a l’air cool, on va finir par découvrir qu’il cache un secret…

Rencontre avec François Viette (Ducobu)

Votre arrivée sur le film est une belle histoire…

Dans un journal local, ma mère a vu une annonce pour de la figuration et nous nous sommes dit que c’était une bonne occasion. Quand je me suis présenté au premier casting, on m’a répondu que j’aurais peut-être un petit rôle. Au deuxième, ils ont discuté, puis j’ai rencontré le réalisateur, et finalement ils m’ont choisi pour jouer Ducobu ! Pour moi qui ne voulais pas spécialement faire du cinéma, c’était une chance incroyable, en plus dans un film comme celui-là, c’était vraiment géant !
Quelle a été votre réaction en découvrant cette nouvelle histoire ?

J’étais déjà très contente de retrouver ce rôle et l’équipe parce que le premier film reste un grand souvenir ! J’ai trouvé l’histoire plus excitante parce qu’elle propose plein de situations, d’actions et de rebondissements. Il y avait beaucoup plus de choses à jouer et on a envie de savoir ce qui va se passer. Je ne jouais plus seulement une élève modèle, mais une fille qui passe des vacances à vivre des aventures – en ayant peur tout en étant aussi un peu courageuse ! Donc quand j’ai découvert le scénario en mai ou juin, je voulais absolument être déjà là-bas et commencer à jouer.

Caractéristiques du DVD

Bonus :
- Making of du film (19min)
- Scènes coupées
- Bêtisier

Dernières news à propos de Les Vacances de Ducobu

Réagir sur Les Vacances de Ducobu