CommeAuCinema

Les Yeux de sa mère

    en DVD le 17 Août 2011
Un mélo bien mené
Un film de , avec , , , , , , (France)
Genre : Drame - Duree : 1H45 mn
Sortie à la Vente en DVD le 17 Août 2011
Sortie Blu-Ray le 17 Août 2011
Sortie en salles le 23 Mars 2011
Année de production : 2010
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.69/5(187 notes)

Résumé du film Les Yeux de sa mère

Un écrivain en mal d’inspiration infiltre la vie d’une journaliste star de la télé et de sa fille danseuse étoile pour écrire à leur insu une biographie non autorisée. Pendant ce temps, en Bretagne, un garçon de 20 ans, Bruno, qui habite avec ses parents, ne sait pas encore les conséquences que toute cette histoire va avoir sur son existence…

Bande annonce

Galerie Photos ( 23 photos )

  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère
  • Les Yeux de sa mère

Les avis sur le film Les Yeux de sa mère

 

    Entretien avec l’acteur Jean-Baptiste Lafarge

    Comment vous êtes-vous retrouvé sur Les Yeux De Sa Mère ?

    J’ai été convoqué par la directrice de casting pour passer une audition. Thierry m’a donné la réplique. Quelque temps plus tard, j’ai été reconvoqué, on a refait des essais ensemble. J’ai lu le scénario puis il m’a demandé de faire des essais avec Nicolas. Le lendemain, il m’a annoncé que c’est moi qui étais pris pour jouer Bruno.

    Entretien avec le réalisateur / co-scénariste Thierry Klifa

    Quel a été le point de départ de Les Yeux De Sa Mère?

    Je crois que c’est mon envie, après Le Héros De La Famille, de retravailler avec et , d’écrire pour elles un film où elles seraient mère et fille. Il y avait aussi l’idée d’un jeune garçon de vingt ans qui vivrait en Bretagne et serait lié sans le savoir à ces deux femmes de manière intime et secrète. Ce n’est qu’à partir de là, et pour donner un point de vue à cette histoire, qu’est né le personnage de , cet écrivain qui, en entrant par effraction dans leur vie, serait le lien entre les trois.

    Entretien avec l'actrice Catherine Deneuve

    Qu'est-ce qui vous a donné envie d'accepter cette nouvelle proposition de ? Le désir de prolonger votre travail avec lui ? Le personnage de Lena Weber, ex grand reporter, présentatrice du 20h, qu'il vous a écrit ?

    Ce n’est pas vraiment en ces termes que ça se pose. De plus en plus, c’est un ensemble de choses qui me décide. Bien sûr, il faut que je trouve un certain intérêt au personnage qu’on me propose mais c’est presque davantage l’intérêt que j’ai pour l’histoire en elle-même, pour les partenaires qui vont être les miens, pour les gens qui vont faire le film, qui compte. C’est toujours, et de plus en plus, par rapport au film dans son ensemble que je m’interroge. Quant à Thierry, c’est quelqu’un que je vois régulièrement, avec qui je vais au cinéma, avec qui je parle de cinéma, alors, oui, c’est évident, il y a la continuité d’une envie de cinéma ensemble...

    Entretien avec l’actrice Géraldine Pailhas

    Qu'est-ce qui vous a touchée à la lecture du scénario ?

    J’ai aimé la façon dont les personnages arrivaient dans le récit, dont on comprenait les liens des uns avec les autres au fur et à mesure. Le scénario est extrêmement bien construit. Rien n’est attendu, rien n’est convenu et pourtant, on est dans le mélo «classique» : tous les sentiments vont être exacerbés, rien ne sera épargné à chacun des personnages et chacun va aller au bout de son destin, au moins à ce stade-là de leur vie. On entre dans leur existence à un moment où, pour eux, tout se développe, tout explose... J’ai été très séduite par la profondeur et l’émotion que Thierry et Christopher ont réussi à mettre dans cette histoire.

    Entretien avec Nicolas Duvauchelle

    Qu'est-ce qui vous a séduit dans le projet de ?

    Eh bien, Thierry pour commencer ! Il n’était pas sûr de me proposer le rôle mais il a demandé à me voir et on s’est tout de suite très bien entendus. Lorsqu’il m’a donné le scénario, je l’ai lu d’une traite et j’ai rappelé Thierry pour lui dire que je voulais le faire. J’aimais l’histoire, les personnages, j’aimais tout. Pour ne parler que de ce qui me concerne, ce qui me plaisait, c’était le rôle : un de mes premiers rôles d’homme. D’habitude, on me propose plutôt des rôles de jeune homme, parfois tout juste sortis de l’adolescence. J’étais vraiment content que Thierry me propose ça. En plus, ça me plaisait de

    Entretien avec l’actrice Marisa Paredes

    Comment définiriez-vous votre personnage ?

    Elle s’appelle Judit, c’est une femme espagnole avec... tout ce que cela veut dire ! Une grande force, beaucoup de personnalité... Elle a dédié sa vie à sa nièce qu’elle considère au fond comme sa propre fille parce que la vraie mère, le personnage que joue , s’en est très peu occupée.

    Entretien avec l’actrice Marina Foïs

    Comment définiriez-vous votre personnage ?

    Eh bien déjà, elle a un prénom pas possible puisqu’elle est bretonne : Maylis ! Un bon nom de crêpe ! Plus sérieusement, c’est un beau rôle de mère qui, à un moment très important de la vie de son fils adoptif, fait comme si elle savait faire le sacrifice de ses émotions. Elle va être capable de laisser partir ce fils qu’elle a élevé - ce qui est la chose la plus dure à faire pour une mère. J’ai l’impression - tout n’est pas détaillé, parce que c’est un personnage secondaire - que c’est quelqu’un d’assez déterminé et engagé dans la vie. On comprend qu’elle s’est autorisé une aventure et qu’elle est capable aujourd’hui que l’histoire est finie de dire à son mari : «J’ai envie que tu reviennes». Par rapport aux sentiments et à l’affect, c’est quelqu’un de courageux, qui vit les choses et qui les dit. J’ai été très touchée par cette scène où elle dit à son fils : «C’est ta vie, il faut que tu y ailles...» Et elle l’encourage à aller affronter ce qui est son histoire, on imagine à quel point ça doit être dur pour elle. C’est quelqu’un qu’on pourrait avoir envie d’être...

    Entretien avec Jean-Marc Barr

    QU’EST-CE QUI VOUS A SÉDUIT DANS LE PROJET DE ?

    Ce qui est important pour moi, c’est de voir le désir du metteur en scène, c’est de voir dans son regard quelque chose auquel je peux me fier. J’ai vu chez Thierry un enthousiasme, une envie, une intelligence qui me plaisaient. Je suis depuis toujours quelqu’un qui va partout, qui aime se confronter à des univers, à des aventures très différents, et de plus en plus, surtout après le film de Christophe Honoré (Non, Ma Fille Tu N’iras Pas Danser), je suis heureux d’être accueilli dans cette famille des cinéastes français et de travailler avec eux sur des projets singuliers... Aujourd’hui, je tourne dans des films internationaux, je tourne des petits rôles, des grands rôles, des rôles moyens, je suis aussi réalisateur, et je prends un tel plaisir dans ce métier que lorsque je rencontre quelqu’un qui a une passion aussi intacte et aussi forte que Thierry, qui sait s’entourer d’acteurs aussi excitants, j’ai envie d’y aller... Je ne dirais pas que le personnage qu’on me propose est accessoire mais un peu quand même. Là, ce qui me plaisait, dans ce personnage de Jean-Paul - et c’est pareil pour celui que joue Marina d’ailleurs, ce sont tous les deux des personnages secondaires, qui jouent les parents adoptifs de Bruno -, c’est qu’on est là pour compléter ce qui arrive aux rôles principaux, presque pour renforcer la base émotionnelle de ces personnages en manque d’amour...

    Entretien avec le co-scénariste / Dialoguiste Christopher Thompson

    VOUS SOUVENEZ-VOUS DE LA TOUTE PREMIÈRE FOIS OÙ VOUS A PARLÉ DU PROJET DES Yeux De Sa Mère ?

    Dès qu’on a presque fini un film, on a toujours l’angoisse du prochain ! Très vite, après le tournage du Héros De La Famille, Thierry m’a parlé de son envie de raconter l’histoire d’une femme qui partirait à la recherche d’un fils abandonné et ce que seraient ses rapports avec le couple de parents adoptifs... C’était le premier déclic mais comme on peut le voir aujourd’hui, l’histoire s’est considérablement enrichie aussi bien en événements qu’en personnages. C’est d’ailleurs difficile de dire quand tel ou tel personnage est arrivé parce que, lorsqu’on travaille avec Thierry, on commence par dérouler un fil mais on ne sait pas où il va nous mener, ni quels autres on va être amenés à dérouler en chemin. Les personnages de Maria, Bruno et Lena sont arrivés assez vite en tout cas. Cela a été plus long de trouver comment on allait les faire coexister, de trouver les échos qu’ils allaient susciter les uns chez les autres... C’est lorsqu’on a eu l’idée du personnage de Mathieu qu’on a senti qu’on avait trouvé le personnage moteur, celui qui allait nous permettre de les lier tous. On s’est donc retrouvés avec quatre personnages principaux dont les vies allaient être bouleversées. Le plus dur, encore une fois, c’était de faire coexister les trajectoires de ces personnages, de les faire se croiser sans qu’ils s’annulent l’un l’autre, de trouver un juste équilibre entre chacun, d’entremêler leurs destins de telle manière que l’histoire se déroule à la fois avec des rebondissements et une grande fluidité...

    Entretien avec le compositeur Gustavo Santaolalla

    AVEZ-VOUS ÉTÉ SURPRIS LORSQUE VOUS A DEMANDÉ DE COMPOSER LA MUSIQUE POUR Les Yeux De Sa Mère ?

    Forcément puisque je ne le connaissais pas et que je ne connaissais pas son travail mais c’était une bonne surprise ! Il m’a envoyé le scénario et aussi ses films précédents. J’ai beaucoup aimé Le Héros De La Famille qui m’a vraiment étonné. J’ai aimé à la fois les personnages, la manière dont il a su les rattacher les uns aux autres et l’humanité qui s’en dégage. En plus, les histoires de famille me touchent toujours beaucoup. J’ai bien sûr retrouvé ça, dans un style différent, dans Les Yeux De Sa Mère. Dès que j’ai lu le scenario, j’ai voulu faire partie de l’aventure et c’était une magnifique expérience de travailler avec Thierry.

    Entretien avec le chef opérateur Julien Hirsch

    Lorsque vous a appelé pour vous proposer Les Yeux De Sa Mère, vous a-t-il dit pourquoi il avait pensé à vous ?

    Pas spécialement. Il m’a dit qu’il aimait mon travail et qu’il éprouvait, après deux films, le besoin de changer, d’aller vers autre chose, et donc de travailler avec d’autres collaborateurs. Lorsqu’un réalisateur que je ne connais pas m’appelle et me dit ça, ça m’intéresse toujours. Parce qu’il y a, derrière cette envie de nouveauté, quelque chose à trouver, à définir, à inventer. Ça m’oblige à connaître la personne avec qui je vais travailler, et c’est toujours excitant. Avec Thierry, on n’a pas eu de peine pour faire connaissance puisque le tournage a été retardé de six mois à cause de l’indisponibilité des acteurs. Du coup, on a travaillé très en amont.

    Notre critique : Les Yeux de sa mère

      Un mélo bien mené

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Secrets, trahisons, deuil, mensonges, filiation, tous les ingrédients nécessaires au mélodrame sont là. Un mélo certes, mais un mélo bien mené. Loin d'une sensiblerie niaise que pourrait susciter cette intrigue familiale, Les yeux de sa mère, comme ses personnages, cherche un regard bienveillant dans lequel pourrait se mirer sa réflexion. Naviguant entre le film choral et la tragédie oedipienne, Thierry Klifa nous plonge dans la complexité de ce rapport mère/enfant à travers ces rencontres ratées et ces personnages tours à tours "abandonnant" et abandonnés.
      Ce puzzle familial fait la part belle aux acteurs visiblement libres dans leur jeu : Duvauchelle est à contre-emploit, Catherine c'est Catherine, Pailhas la grâce fragile, Paredes la grandeur de l'icône almodovarienne, Lafarge le jeune premier frais et émouvant sans oublier Fois et Barr, simples et justes.
      Les yeux de sa mère ne tente pas de faire La maman idéale pour les Nuls (bien trop dur, bien trop vain), il nous fait simplement témoins des difficultés de ce lien pourtant si naturel, même inné, mais pas nécessairement acquis.

    Critiques : Les Yeux de sa mère 3 étoiles

    • Studio CinéLive
      Studio CinéLive
      4 étoiles
      " Une partition d'un équilibre étonnant, une plongée intense dans l'intimité d'une famille maudite. (...) La maîtrise d'une narration complexe et la fluidité de la mise en scène du réalisateur sont entières, instillant, mine de rien, une tension où chaque rue traversée, chaque trajet en voiture semble pouvoir basculer dans l'horreur. "
      Emmanuel Cirrode (article entier disponible dans Studio CinéLive n°25)
    • Libération
      Libération
      3 étoiles
      " Le scénario familial, vieille passion française, n’en finit pas de se raconter : Les Yeux de sa mère, troisième film et hit programmé de Thierry Klifa, y veille. (…) Les Yeux de sa mère, dans le déroulé speedé de son récit, lorgnent beaucoup du côté de Don Pedro ( Pedro Almodovar). (…) Mais avec le Madrilène bien aimé, la mise en scène française de Thierry Klifa n’entretient qu’un rapport de proximité très lointain…"
      Philippe Azoury (article entier disponible dans Libération du 23/03/11)
    • Le Parisien
      Le Parisien
      3 étoiles
      " Le scénario brasse les sentiments et les destins avec une ambition très « almodovarienne », quitte à suivre trop de pistes, quitte à sembler maladroit. Il n’empêche, sa générosité, doublée d’une sincérité absolue, donne envie de l’aimer. "
      Marie Sauvion (article entier disponible dans Le Parisien du 23/03/2011)
    • Télérama
      Télérama
      3 étoiles
      " Un mélo à tiroirs, où le romanesque partage la vedette avec des actrices bien servies. Et d’abord Deneuve. (…) Secrets, mensonges, enfant caché, accident, amour impossible, trahison. (…) Mille-feuille, le film laisse au spectateur le choix de son degré lecture."
      Louis Guichard (article entier disponible dans Télérama n°3193, page 50/51)
    • Les inrocks
      Les inrocks
      3 étoiles
      " Si l’intrication des situations sent un peu le tressage scénaristique, c’est dans la résolution, aussi fausse que douce, que se gagne le film. "
      Axelle Ropert (article entier disponible dans

    Test DVD

    0 étoile

    Pour que Les Yeux De Sa Mère trouve grâce aux yeux du public, le DVD propose un large choix de bonus : Scènes coupées, interviews de l'équipe, making of, portofolio, avant première, etc...
    Le plus intéressant reste le classique making of. Ces 45 minutes sur la préparation et le tournage du film démontrent une méthode de travail particulière et singulière. Le réalisateur, , explique quelles sont ses priorités et ses attentes lorsqu'il tourne un film : il privilégie les acteurs et, en parallèle, ces derniers réagissent sur ses façons de procéder. On y découvre également faire ses débuts, prometteurs, naturels et émouvants.
    Il est toute fois dommage que bon nombre d'extraits des interviews soient présents à la fois dans le making of et dans les entretiens (manque de rushes ou paresse du monteur ?) mais cela n'entache rien à la qualité du DVD.
    Zoé-Alice Klein