Mad Max : Fury Road

    en salle le 14 Mai 2015
Un film de avec et
Titre original : MAD MAX : FURY ROAD (Australie)
Genre : Action, Science-Fiction - Duree : 2H mn
Distributeur : Warner Bros
Sortie en salles le 14 Mai 2015
Année de production : 2015
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.62 / 5 (129 notes)

Résumé de Mad Max : Fury Road

Hanté par son passé, Mad Max pense que la meilleure manière de survivre est de suivre sa route en solitaire. Il croise bientôt une bande de réfugiés, qui sillonnent le pays dans un camion semi-remorque transformé en véhicule de combat, conduit par l’impératrice Furiosa. A leurs trousses, les troupes du chef de guerre Immortan Joe tentent de récupérer ce qu’ils lui ont volé en s’échappant de sa Citadelle et leur livrent depuis un combat sans merci.

Trouver une séance de Mad Max : Fury Road

Ce film est projeté dans 1192 salles en France

Photos de Mad Max : Fury Road (135)

Critiques

Moyenne : 3 étoiles (3.23 / 4)
Studio cinélive 4 étoiles
Le Parisien 4 étoiles
20 minutes 4 étoiles
Métro 4 étoiles
Le nouvel obs 3 étoiles
Le Nouvel Obs 3 étoiles
Libération 3 étoiles
Le journal du dimanche 3 étoiles
Télérama Pour 3 étoiles
Le Monde 3 étoiles
Le Figaro 3 étoiles
Les Inrocks 3 étoiles
Télérama Contre 2 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 3 étoiles (2.62 / 5)
40 avis 4 étoiles
32 avis 3 étoiles
25 avis 2 étoiles
32 avis 1 étoiles

Notes de Prod. de Mad Max : Fury Road

Notes de production

Avec MAD MAX : FURY ROAD, le réalisateur, scénariste et producteur met en scène un monde devenu fou qui a sombré dans la violence d’une terrible guerre de la route que lui seul pouvait filmer. Le créateur de la trilogie MAD MAX a repoussé les limites du cinéma contemporain pour recréer le chaos et la beauté de cet univers post-apocalyptique dont il est l’auteur ainsi que l’emblématique guerrier de la route, qui en est le héros.

L'Avenir appartient aux cinglés

′′Tandis que le monde s’écroule, chacun de nous a été brisé. Il était difficile de savoir qui était le plus dingue, les autres ou moi′′ – Max

45 ans après la fin du monde. Il n’y plus ni loi, ni réseau électrique, ni d’eau potable – ni de miséricorde. Dans l’univers de FURY ROAD, la civilisation n’existe plus que dans le souvenir de quelques-uns. Les grandes économies mondiales ont sombré, les villes côtières ont été rayées de la carte et suite aux guerres pour le pétrole et l’eau, la nourriture est rare et l’air est contaminé. Les ultimes représentants de l'espèce humaine errent dans la Désolation, rassemblés en hordes sauvages ou terrés pour essayer de survivre au pied de la Citadelle, forteresse reliée à un système de caves où l’eau est pompée de la seule réserve d’eau à des kilomètres à la ronde. En contrôlant cette source essentielle, la Citadelle et ses alliés, PétroVille et Moulin à Balles contrôlent de facto la Désolation.

Le Retour d'une légende

′′C’est de mes mains que vous renaîtrez de vos cendres′′ – Immortan Joe

Dès les tout premiers plans, MAD MAX : FURY ROAD se veut un récit visuel, tout comme l’a conçu Miller. Plutôt que d’écrire un scénario traditionnel, le réalisateur a contacté , auteur de bandes-dessinées, graphiste et artiste, qui lui envoyait son travail depuis des années. Une collaboration relevant de l’art conceptuel s'est engagée et s’est poursuivie lorsque le réalisateur a demandé à ce fan auto-proclamé de MAD MAX de coécrire le scénario.

Une Fureur Décuplée

"Nous ne sommes pas des objets" – les épouses

Près de 150 voitures, camions et motos ont été élaborés pour MAD MAX : FURY ROAD : ils font eux aussi partie du casting à part entière. Ils ont été imaginés par le fou de mécanique et story-boardeur Peter Pound et créés par un autre fou de voitures, Colin Gibson. Conçue à partir de pièces de récupération, cette flotte de choc n’a pas été construite pour répondre aux besoins de l’histoire, mais pour résister à plusieurs mois de conduite intense dans les vastes déserts de Namibie. "Techniquement, le terrain et le climat du désert allaient être une source de problèmes en termes de logistique –surchauffe des moteurs, usure des suspensions, des pompes encrassées, etc. – mais ces mêmes inconvénients ont contribué à la beauté purement physique du film avec des tourbillons de poussière, du sable qui picote l’air et des engins suspendus dans les airs", raconte Gibson.

Mise en scène et effets spéciaux

Dans cette région, tout fait mal.” – Furiosa

Quelques jours avant le début du tournage dans le désert du Namib, Miller et une petite équipe se sont rendus au Mont Rossing pour y filmer la séquence d'ouverture : on y découvre Max en loques au milieu du désert avant qu'il ne soit précipité dans un carambolage spectaculaire, dont il perçoit l'imminence grâce à l'arrivée du Thunderstick d'un War Boy.

La Course-Poursuite Finale

"Dans la Désolation, c'est moi qui fuis les vivants et les morts. Un homme réduit à un seul instinct : survivre".

Pendant une quinzaine d'années, MAD MAX : FURY ROAD n'était qu'un concept, mais d'ici la fin du tournage, le projet a donné lieu à 400 heures de rushes. Pour en tirer 1h50 d'émotion et de pure action, Miller a confié cette mission à sa fidèle chef-monteuse Margaret Sixel pour, selon ses propos, "jouer avec la dimension temporelle et réunir les pièces du puzzle en une œuvre fluide dans laquelle on plonge facilement".

Dernières news à propos de Mad Max : Fury Road

Réagir sur Mad Max : Fury Road