CommeAuCinema

Martha Marcy May Marlene

    en DVD le 18 Juillet 2012
Immersion gracieuse dans la tourmente d'une secte
Un film de avec , , (Etats-Unis)
Genre : Drame, Thriller - Duree : 1H41 mn
Distributeur : 20th Century Fox - Editeur DVD : Fox Pathé Europa (FPE)
Sortie à la Vente en DVD le 18 Juillet 2012
Sortie Blu-Ray le 18 Juillet 2012
Sortie en salles le 29 Février 2012
Année de production : 2011
Présenté en Sélection Officielle, Un Certain Regard au Festival de Cannes le 15 Mai 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.6/5(81 notes)
Présenté dans la sélection Un Certain Regard du 64ème Festival International Du Film De Cannes 2011

Résumé du film Martha Marcy May Marlene

Après avoir fui une secte et son charismatique leader (), Martha () tente de se reconstruire et de retrouver une vie normale. Elle cherche de l’aide auprès de sa sœur aînée, Lucy (), et de son beau-frère () avec qui elle n’avait plus de contacts, mais elle est incapable de leur avouer la vérité sur sa longue disparition.

Martha est persuadée que son ancienne secte la pourchasse toujours. Les souvenirs qui la hantent se transforment alors en effrayante paranoïa et la frontière entre réalité et illusion se brouille peu à peu...

Bande annonce et vidéos (3 vidéos )

Galerie Photos ( 22 photos )

  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene
  • Martha Marcy May Marlene

Les avis sur le film Martha Marcy May Marlene

 

    Notre critique : Martha Marcy May Marlene

      Immersion gracieuse dans la tourmente d'une secte

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Dans la douceur matinale d’un été, une jeune femme sort d’une maison à pas de loup, sac-à-dos sur l’épaule, et s’enfuit dans la forêt attenante… Hors-champ, un homme l’interpelle, «Marcy May », crie-t-il.
      Plus tard, on la retrouve en pleine ville, au téléphone, une femme la reconnaît, elle l’appelle Martha.

      Qui est-elle ? Marcy May ? Martha ? D’où vient-elle ? Que fuyait-elle ? Nous le saurons bientôt… et suivrons le parcours angoissant de cette jeune femme, tombée dans les filets d’une communauté sectaire.

      Martha Marcy May Marlene: Immersion gracieuse dans la tourmente d


      Pour un premier film, Martha Marcy May Marlene, Sean Durkin s’en sort admirablement bien. Il nous livre un drame d’une beauté sinistre saisissante, dont la puissance sous-jacente vous troublera sans aucun doute.
      Le réalisateur offre ainsi un récit très personnel sur les sectes, en adoptant l’unique point de vue de son héroïne Martha/Marcy May (Elizabeth Olsen, la révélation).
      Après avoir vécu deux ans dans une communauté, elle décide de s’échapper et est recueillie par sa sœur (Sarah Paulson) et son mari (Hugh Dancy). La jeune-femme s’adapte très mal dans leur luxueuse demeure à l’opposé de la ferme dans laquelle elle vivait et a surtout oublié les codes sociaux « habituels », agissant de façon marginale face au couple, désemparé, qui ne sait d’ailleurs pas où elle était ces deux années. C’est au moyen de flash-backs que l’on regarde l’évolution de Martha dans la secte, qui avait été renommée « Marcy May » par Patrick, le meneur charismatique (John Hawkes, toujours aussi perturbant).
      Durkin fait le portrait de cette communauté au départ plutôt séduisante dans le genre hippie « peace and love » pour mieux en souligner le fonctionnement mécanique et ultra manipulateur, et surtout ses ressorts très malsains.

      À travers des prises de vues flottantes et des plans fixes ensorcelants, la mise en scène de Sean Durkin rappelle la patte de Sofia Coppola, en plus sinistre et incisif, portée par une image graveleuse, à la lumière livide.
      La tourmente de la jeune femme, qui ne sait plus si elle est Martha ou Marcy May, la plonge dans une paranoïa qui s’intensifie peu à peu, jusqu’à en devenir terrifiante. Elizabeth Olsen, beauté mystérieuse, donne au personnage une complexité confondante.

      Un réalisateur et une actrice en herbe à suivre, définitivement.

    Critiques : Martha Marcy May Marlene 3 étoiles

    • 20 minutes
      20 minutes
      3 étoiles
      " Martha Marcy May Marlene rappelle que le cinéma indépendant américain peut encore offrir des joyaux sombres et dérangeants. Délectable.. "
      Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 29/02/2012)
    • Le Parisien
      Le Parisien
      3 étoiles
      " Décidé à faire un film réaliste sur les sectes, Sean Durkin délivre une œuvre puissante, installant un malaise exponentiel à mesure que le spectateur découvre la vie en communauté dans une ferme autogérée. "
      Charlotte Moreau (article entier disponible dans Le Parisien du 29/02/2012)
    • Libération
      Libération
      3 étoiles
      " Un peu engoncé, comme l’étaient déjà Afterschool et Two Gates of Sleep, dans un douillet canevas esthétique estampillé Sundance teinté d’un rien de cynisme, Martha Marcy May Marlene prend le parti du cotonneux et de la confusion des sens, au risque de l’inconsistance. "
      Julien Gester (article entier disponible dans Libération du 29/02/2012)
    • Figaroscope
      Figaroscope
      3 étoiles
      " Un thriller psychologique très maîtrisé, interprété avec une grande justesse par Elizabeth Olsen. "
      Emmanuelle Frois (article entier disponible dans Figaroscope du 29/02/2012)
    • Télérama
      Télérama
      3 étoiles
      " Peu de films traitent des sectes et de la difficulté d'en sortir (...) : celui de Sean Durkin, 29 ans à peine, n'est jamais explicatif. Bâtissant son récit par de petites touches, il suggère plus qu'il ne montre, et finit par distiller une inquiétude puissante. "
      Aurélien Ferenczi (article entier disponible dans Télérama n°3242, page 54)

    Critique Cannoise : Martha Marcy May Marlene 3 étoiles

    • Brazil
      Brazil
      3 étoiles
      " Impressionnant de maîtrise pour un premier film ! (…) Si l’on rajoute à cela un casting réussi, pour un premier long-métrage, c’est saisissant. "
      Christophe Goffette, Benzédrine (article entier disponible dans Brazil n°41, page 67)
    • Le Point
      Le Point
      3 étoiles
      " Martha Marcy May Marlene nous en dit long sur une époque en mal de transcendance et nous enveloppe d'une paranoïa diffuse, si vertigineuse que l'on pense irrésistiblement à Rosemary’s Baby (1969), cet autre portrait de jeune femme au bord du gouffre… Ce n'est pas là un maigre compliment. "
      Florence Colombani. (article entier disponible dans Le Point n°2058, page 102)
    • Studio Ciné Live
      Studio Ciné Live
      3 étoiles
      " Puissante, Elizabeth Olsen épouse son rôle de femme multiple avec tout le déchirement qui s'impose, toujours choyée par la mise en scène caressante de Sean Durkin. "
      C.C. (article entier disponible dans Studio Ciné Live n°35, page 40.)
    • Première
      Première
      3 étoiles
      " Hypnotique et étouffant, ce portrait kaléidoscopique d'une jeune fille paumée est construit selon un délicieux crescendo d'angoisse schizo à la Polanski. "
      F.F. (article entier disponible dans Première n°420, page 42)

    Notes Techniques

    SonImagePackagingMenuBonus
    3/53/53/53/53/5

    Test DVD

    Edition combo DVD + Blu-Ray0 étoile

    Après avoir visionné ce film déroutant, bouleversé(e), vous ne pourrez que prendre votre télécommande et cliquez sur « bonus » pour en savoir plus.
    Au menu (ambiancé par la musique lancinante du film), vous pourrez voir :
    - Pleins feux sur : une interview de la jeune actrice, décidément bien loin de l’univers hollywoodien de ses sœurs.
    L’histoire : Retour sur ce qui a poussé à écrire cette histoire.
    - Le making-of Martha Marcy May Marlene – Comme son nom l’indique, extrait de la « création » de MMMM.
    - Entretien avec les cinéastes – Une rencontre croisée de et ses amis et producteurs du films, et .
    - Le fonctionnement psychologique d’une secte – Un des bonus les plus intéressants, qui revient sur la manipulation des sectes.
    - Clip vidéo « Marcy’s Song » de – La chanson envoûtante interprétée par l’acteur, qui l’enregistre en studio. À savourer.

    Martha Marcy May Marlene


    Dommage que les bonus, quoique nombreux, soient aussi courts (cinq minutes environ chacun) mais heureusement, on vous propose également de visionner Mary Last Seen, un court-métrage de , d’une quinzaine de minutes (également disponible dans le bonus du DVD). Il a probablement donné naissance au film, puisqu’on y suit un jeune couple en route vers la fameuse ferme, où la communauté les accueille. Le garçon est d’ailleurs joué par (vu dans Mysterious Skin), l’autre séducteur de la secte dans le long-métrage, qui semble ici servir d’« appât » pour attirer la jeune femme.
    Marie Devier

    Notes de Prod.

    Notes de Production

    Martha Marcy May Marlene est une étude de caractère, le portrait unique et passionnant d’une jeune femme hantée par ses souvenirs alors qu’elle tente de reprendre une vie normale après une longue et douloureuse expérience.
    Ayant fui une secte dont les membres vivent en autarcie dans une ferme isolée des monts Catskills, dans l’État de New York, Martha, très éprouvée, se réfugie chez sa soeur et son beau-frère dans leur maison au bord d’un lac. Au fil du temps, alors que le présent et le passé de Martha s’entremêlent dans une sorte de rêve éveillé, les épreuves qu’elle a subies et le courage dont elle a dû faire preuve pour quitter sa « famille » d’adoption se révèlent. Alors que la plupart des thrillers psychologiques contemporains reposent sur des détails crus et l’horreur viscérale Martha Marcy May Marlene est un film cérébral et méthodique qui privilégie le ton et l’atmosphère.

    Rencontre avec Sean Durkin

    Comment ce projet est-il né ?

    Après avoir produit Afterschool, j’ai cherché un projet à réaliser moi-même. J’ai toujours été fasciné par les sectes et je voulais faire un film moderne, réaliste, et centré sur les personnages. Je trouvais que toutes les sectes montrées au cinéma étaient trop extravagantes, menaçantes et caricaturales. J’ai donc fait des recherches et j’ai essayé de trouver une histoire à raconter avec un petit budget. Au cours de mes lectures, un passage m’a sauté aux yeux. L’histoire était celle d’une fille qui a quitté une communauté devenue violente. Elle s’est échappée et le chef de la secte l’a retrouvée, mais au lieu de la menacer, il lui a donné de l’argent et lui a souhaité bonne chance. C’était une façon très tordue et complexe de laisser partir quelqu’un. Je me suis alors demandé comment elle avait vécu les trois semaines suivantes, et comment une personne qui a fait partie d’une secte peut reprendre une vie normale.

    Rencontre avec Elizabeth Olsen

    Qu’est-ce qui vous a séduit dans le scénario de Martha Marcy May Marlene ?

    J’ai trouvé sa forme narrative très audacieuse. La construction de l’histoire ne livre pas d’informations au public sur ce qui s’est passé – il est traité plus intelligemment que par la plupart des autres films. Les personnages et le public découvrent les mêmes choses en même temps. Martha est le genre de rôle que je voudrais voir plus souvent pour les jeunes femmes. On ne peut la ranger dans aucun archétype de lycéenne parce qu’elle vit en dehors de ce monde. De plus, je me suis toujours intéressée au genre de combat qu’elle sentiment qui m’est étranger parce que je suis entourée de beaucoup de gens formidables.