CommeAuCinema

Musée haut, musée bas

    en DVD le 27 Mai 2009
Suivez le guide !
Un film de , avec , , , etc... (France)
Duree : 1H33 mn
Distributeur : Warner Bros - Editeur DVD : Warner Home Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 27 Mai 2009
Sortie en salles le 19 Novembre 2008
Année de production : 2008
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.48/5(166 notes)

Résumé du film Musée haut, musée bas

Mosaïque de personnalités et de personnages, ce film est le portrait de ce peuple des musées, chaque jour plus nombreux, qui vient visiter, se refugier ou travailler dans ce lieu de folie, de liberté et d’imaginaire et y jouer une fois de plus la comédie humaine parfois jusqu’au burlesque.
Que trouve-t-on dans les musées ? Le passe, le présent, ma tante, des œuvres, des chefs d’œuvre, des voleurs, des saintes vierges, mickey, Gorgio de Chirico, la lumière, l’ombre, l’obscurité ou personne ? Et l’art dans tout ça ?
En France, 15 millions de personnes s’y précipitent chaque année, besoin d’art, besoin d’air, ou pollution culturelle, la muséo-mania envahit villes et villages. Quant à monsieur-tout-le-monde, sans le savoir, il en devient un adepte, lui qui conduit une voiture Picasso qu’il gare au parking Vinci en trouvant le prix surréaliste.

Bande annonce et vidéos (12 vidéos )

Galerie Photos ( 31 photos )

  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas
  • Musée haut, musée bas

Les avis sur le film Musée haut, musée bas

 

    Interviews : Suivez le guide sur le Tapis Rouge !

    Qu'est-ce que l'Art ? Une façon pour l'homme d'avoir pris le pouvoir sur la nature, où une pâle copie de celle-ci ? A l'occasion de la sortie de l'ovni de Jean-Michel Ribes, Musée haut, musée bas, nous étions dans un théâtre, pour une avant-première de cinéma, d'un film chorale qui parle de musée ! Une vraie soirée culturelle en somme ! Etaient présents aux côtés de Jean-Michel Ribes : Dominique Pinon, Michel Blanc, Muriel Robin, Eva Darlan, Annie Grégorio, François Morel, Julie Ferrier et Victoria Abril. Les acteurs se sont donc prêtés avec plaisirs aux jeux du pourquoi ce titre Musée haut, musée bas? Question piège? Je ne sais pas, mais en tous cas, chacun avait sa propre interprétation ! Comme quoi l'Art (comme le cinéma) est vraiment subjectif... Alors allez faire un tour au musée !

    Notre critique : Musée haut, musée bas 3 étoiles

      Suivez le guide !

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      3 étoiles
      Si la série télévisée française Palace proposait une mise en scène savoureuse d’une bonne enseigne chez laquelle beaucoup n’ont malheureusement pas les moyens de loger, Jean-Michel Ribes s’est rattrapé en dédiant ce nouvel univers loufoque au commun des mortels, à savoir tous les badauds qui ont osé arpenter les couloirs de marbre d’un musée d’art. Voyage de classe, après-midi pluvieuse avec la belle-mère, nous sommes tous contraints un jour d’affronter le génie d’une minorité dont la postérité se résume souvent à un mur, un socle ou une vitrine.
      90 minutes, c’est le temps qu’il faut à Jean-Michel Ribes pour nous proposer une visite guidée de son musée pas comme les autres, où une palette de personnages donne la couleur et le ton d’une série de tableaux un peu burlesques, un peu surréalistes, mais surtout délicieusement drôles et effrontés. Au travers d’un casting qui ferait rougir Thomas Langmann, le cinéaste nous dépeint le quotidien d’un conservateur anti-écologiste (Michel Blanc), une réunion de Vierges Maries, un Mickey en rut, le tout valsant autour de visiteurs à la recherche du parking Rembrandt et les tableaux de Kandinsky .
      En adaptant cette pièce à grand succès au cinéma, Ribes est parti d’une mise en scène où le lieu d’action se résumait à une scène de théâtre, pour élargir son propos dans un musée entier, au risque de devenir trop confus. Le résultat est étonnement fluide, et tel un Rubik’s cube, ces histoires colorées s’entremêlent sans que le spectateur n’en perde le fil conducteur et la ligne de perspective. Si l’on peut parfois avoir peur d’être face à une avalanche d’effets de styles, entre mise en abyme et jeux de mots à gogo, l’humour fait mouche et chacun pourra se retrouver dans les divers personnages criants de vérité au-delà de leur faciès caricatural. Mais le talent de Ribes, c’est avant tout d’offrir toute une réflexion savoureuse sur le rôle et la vision de l’art dans notre société, et de questionner sans renier l’intérêt que l’on porte aux oeuvres des artistes. Son admiration palpable pour notre patrimoine artistique est miroitée par le charme de son catalogue de film. Ultime mise en abyme, les salles obscurs ne sont-elles pas aussi des galeries d’art ? Entre Fellini, Buñuel, et les Monty Python, Jean-Michel Ribes et ses inspirations n’en sont que la confirmation.

    Critiques : Musée haut, musée bas 3 étoiles

    • A nous Paris
      A nous Paris
      4 étoiles
      "(…) ce film ovni est un ticket d’entrée pour un emballant musée imaginaire."
      Fabien Menguy (article entier disponible dans A Nous Paris du 13/11/08)
    • Télérama
      Télérama
      4 étoiles
      " Ribes s'amuse d'une faran­dole de « caractères » s'entrecroisant dans un musée imaginaire, encyclopédique, exhaustif - le musée de tous les musées. "
      Jacques Morice (article entier disponible dans Télérama n°3071, page 53)
    • Le Journal du Dimanche
      Le Journal du Dimanche
      3 étoiles
      " Dans le genre burlesque, on n'avait sans doute pas fait plus agité depuis Hellzapoppin. La finesse du discours en plus. "
      Gomez Carlos (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 17/11/2008)
    • Studio
      Studio
      3 étoiles
      " On pourra surtout le remercier de cette échappée fantaisiste, brillante et tellement bienvenue en ces temps moroses. "
      B.T. (article entier disponible dans Studio n°251, page 40)
    • 20 Minutes
      20 Minutes
      3 étoiles
      "Conservateur hystérique et gardiens dépressifs sont des personnages iconoclastes d’une comédie patchwork, qui ose faire appel à la culture du spectateur."
      C.V. (article entier disponible dans 20 Minutes du 19/11/2008)

    Notes de Prod.

    Entretien avec le réalisateur Jean-Michel Ribes

    Avant de parler du film, il faudrait parler de la pièce dont il a été tiré. Comment est née cette pièce ?

    Sans que je m’en rende bien compte. Je me suis mis à écrire des personnages qui se promenaient dans un musée, un peu comme on tapote sur un piano pour trouver un air, et peu à peu, ils m’ont entraîné dans ce lieu libre et fou où se mêlent l’imaginaire, le sublime, l’élevé, mais aussi le grotesque, le ridicule, le moche, bref le haut et le bas. Je me suis vite aperçu que les chefs-d’œuvre qui m’intéressaient étaient les gens qui regardaient les chefs-d’œuvre. Visiteurs, touristes, gardiens, qui à l’image des différentes esthétiques cohabitant dans un musée, sont tous différents, les uns surréalistes, les autres naïfs, les troisièmes romantiques ou encore bruts, scandaleux, burlesques etc. Je suis parti m’isoler quelques jours à Naples pour essayer de mettre tout cela sur le papier et puis en rentrant à Paris, je me suis décidé à placer ce charivari sur scène, Voilà comment cette comédie un peu folle est née. Était-ce une pièce ?... Je n’en sais rien, disons que cela répondait à cette phrase d’André Breton : « C’est vrai que j’ai glissé comme un fou dans les salles de musée ». Une espèce de Toboggan, de train fantôme, de cavalcade dans un musée glissant.