My Sweet Pepper Land
Genre : Drame - Durée : 1H40 mn
Sortie en salles le 09 Avril 2014 - en VOD/DVD le 26 Août 2014
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Au carrefour de l’Iran, l’Irak et la Turquie, dans un village perdu, lieu de tous les trafics, Baran, officier de police fraîchement débarqué, va tenter de faire respecter la loi. Cet ancien combattant de l’indépendance kurde doit désormais lutter contre Aziz Aga, caïd local. Il fait la rencontre de Govend, l’institutrice du village, jeune femme aussi belle qu’insoumise.

Présenté en section Un Certain Regard du 66ème Festival International Du Film De Cannes 2013
Nationalité : Kurdistan
Duree : 1H40 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 26 Août 2014
Sortie en salles le 09 Avril 2014
Année de production : 2013
Présenté en Sélection Officielle, Un Certain Regard au Festival de Cannes le 22 Mai 2013
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Critiques

  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★

En savoir plus sur My Sweet Pepper Land

Entretien avec Hiner Saleem

Vous aviez envie de revenir au Kurdistan après la parenthèse parisienne de Si Tu Meurs, Je Te Tue ?
J’ai déjà tourné plusieurs films à l’étranger, bien que cette notion d’étranger soit très floue pour moi, car je me sens partout chez moi : mon cœur et ma tête vivent dans le monde. Je ne suis plus attaché à une géographie, et je ne me considère plus lié à un territoire, même si j’adore Paris, l’Europe et le Kurdistan. J’ai envie d’être “de partout”, à l’image d’un “citoyen du monde”. Il se trouve que je suis né par hasard au Kurdistan mais j’aurais aussi bien pu naître à Djibouti ou à Oslo !

Caractéristiques du DVD

Bonus :

-Interview et filmographie de Hiner Saleem
-Rencontre avec Golshifteh Farahani> Plus

Notes de Production

Vous aviez envie de revenir au Kurdistan après la parenthèse parisienne de Si Tu Meurs, Je Te Tue ?

J’ai déjà tourné plusieurs films à l’étranger, bien que cette notion d’étranger soit très floue pour moi, car je me sens partout chez moi : mon cœur et ma tête vivent dans le monde. Je ne suis plus attaché à une géographie, et je ne me considère plus lié à un territoire, même si j’adore Paris, l’Europe et le Kurdistan. J’ai > Plus
Remonter