CommeAuCinema

Never Let Me Go

    en DVD le 10 Août 2011
Un film de avec , et
Titre original : NEVER LET ME GO (Grande-Bretagne)
Genre : Science-Fiction, Thriller - Duree : 1H43 mn
Distributeur : 20th Century Fox - Editeur DVD : Fox Pathé Europa (FPE)
Sortie à la Vente en DVD le 10 Août 2011
Sortie Blu-Ray le 10 Août 2011
Sortie en salles le 02 Mars 2011
Année de production : 2010
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.67/5 (122 notes)
D'après le roman de

Résumé du film Never Let Me Go

Trois jeunes grandissent dans un pensionnat sans contact avec le monde extérieur dont ils n’ont d’ailleurs aucune connaissance. Ils vont alors découvrir qu’ils sont en fait des clones élevés pour donner leurs organes.

Bande annonce et vidéos (2 vidéos )

Galerie Photos ( 46 photos )

  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go
  • Never Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me GoNever Let Me Go

Notre critique : Never Let Me Go

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Kathy, Ruth et Tommy, trois amis élevés dans un pensionnat coupé du monde, découvrent qu'ils ne sont que de simples clones conçus dans le but de donner leurs organes…

    Adapté du roman éponyme de Kazuo Ishiguro, il ne faut certainement pas prendre Never let me go pour un film de science-fiction. Le thème du clonage n'est ici qu'une toile de fond, un prétexte aux réflexions sur la vie et la mort. Et c'est là l'intelligence du film. Pas de saut brutal et traumatisant dans un monde futuriste ni d'explications scientifiques grand-guignolesques. En situant l'intrigue dans l'Angleterre des années 50 et ses cottages, Mark Romanek prend le contre-pied du genre et se concentre sur ses protagonistes purs et naïfs, les laissant vivre et porter le film, ou du moins essayer.

    Car ces clones tentent tant bien que mal de vivre et de comprendre leur existence pour ainsi mieux appréhender cette fatalité qu'est la mort. Mais à force de ressasser ces questions existentielles déjà maintes fois utilisées et re-visitées, les personnages comme les spectateurs tournent en rond dans cette quête de réponses vaines et on s'ennuie.

    On s'ennuie de les voir courir après le temps qui au final ne pourrait - ne peut - leur servir. Car finalement ces clones ne savent pas "vivre". On leur demande d'être, pas d'exister. En atteste le personnage de Ruth (Keira Knightley), clone parfait. Incapable de spontanéité, impersonnelle, elle reproduit les gestuelles vues dans les séries télévisées et pousse le mimétisme jusqu'à s'emparer des sentiments qu'éprouve Kathy pour Tommy. Jalousie ? Pour sur, mais c'est surtout la peur de la solitude. Non seulement angoissés d'affronter la mort, ils sont effrayés d'y faire face seuls. Ceux qui le veulent, peuvent donc être "accompagnants" de ceux qui commencent le don d'organes avant d'en faire de même. Altruisme ou moyen de reculer l'échéance ?

    Kathy (Carey Mulligan) est accompagnante. C'est elle qui accompagnera Ruth puis Tommy (Andrew Garfield, véritable révélation) dans leur devoir et, narratrice, c'est elle qui accompagnera les spectateurs dans le film. Mélancolique, Carey Mulligan livre un jeu à l'image de son personnage : pudique, réservé, sensible.
    Mais l'interprétation du trio d'acteurs et la beauté des cottages, magnifiées par la photographie, ne suffisent pas. La réflexion est superflue et le film aussi froid que peut l'être la mort à laquelle s'attendent les personnages, à laquelle nous nous attendons tous, fatalement.

Critiques : Never Let Me Go 3 étoiles

  • Metro
    Metro
    4 étoiles
    " Au fil de ses trois parties, abordant des thèmes comme l’eugénisme, le clonage ou la soumission passive aux règles, le film glace d’autant plus le sang qu’ils sont effleurés mais jamais assénés. Et semblent acceptés de tous… "
    Guillaume B. Decherf (article entier disponible dans Metro du 02/03/2011)
  • Brazil
    Brazil
    4 étoiles
    " Never Let Me Go s'impose de fait comme un film profondément humain, d'une portée philosophique rare, une description d'un monde parallèle pas si éloigné du nôtre (...) Un voyage visionnaire et furieusement nécessaire donc. "
    Sylvain Blanchard (article entier disponible dans Brazil n°38, page 16)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    4 étoiles
    " L'intensité de la vie peut-elle et doit-elle se mesurer à sa durée? Conte philosophique, fable tragique et récit romantique s'entremêlent pour livrer une réponse glaçante. "
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 02/03/2011)
  • VSD
    VSD
    4 étoiles
    " Dénué de folklore "fantastique", ce film tout en sensibilité tragique n'en dégage pas moins le décalage, l'inquiétude et la profondeur propres aux grandes oeuvres d'anticipation. "
    B. A. (article entier disponible dans VSD n°1749, page 72)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " Mark Romanek s’est fait connaître en faisant des clips. Il a toujours essayé de faire des films. Mais aucun jusque-là n’a eu l’étrangeté de ce Never Let Me Go, son troisième. "
    Philippe Azoury (article entier disponible dans Libération du 02/03/2011)

Test DVD

0 étoile

Définition de bonus : "Eléments additionnels qui offrent une plus-value au produit initial."
On ne peut malheureusement pas dire que cette définition prenne tout son sens avec le DVD de Never Let Me Go. Les galeries photos sont sans grande importance et les 30 minutes sur l'adaptation du célèbre roman de ne sont certes pas inintéressantes mais un peu faiblardes et monotones.
En bref, un DVD ordinaire.
Zoé-Alice Klein

Notes de Prod.

Notes de Tournage

Le 15 Avril 2009 - dans un pensionnat pour clones

Le prochain film avec , Never let me go, baptisé Miss Emily pour la France, se paye quelques actrices de plus. En effet, et (Be Happy) viennent de rejoindre la partie.

Le miroir mélancolique de nos vies fragiles

Du roman au film

Adapté de « Auprès de moi toujours », le best-seller de , auteur notamment des « Vestiges du jour », Never let me go est une histoire d’amour et de vérités cachées, une fable poignante sur la douleur de perdre ceux que l’on aime dans laquelle l’auteur s’interroge sur ce qui fait de nous des humains. Sommes-nous maîtres de notre destin ? Vivons-nous pour nousmêmes ou pour d’autres ? Comment définir l’essence de notre humanité ? Ces questions, à la fois troublantes et captivantes, sont au coeur de l’intrigue. L’histoire débute dans le cadre apparemment idéal d’un pensionnat anglais à l’écart du monde pour évoluer vers un conte extrêmement émouvant et d’une force peu commune sur l’amour et la trahison, l’espoir et le sacrifice, la mort et le destin. Lors de sa parution en 2005, le roman de a été salué par de nombreux critiques littéraires comme l’un des meilleurs de la décennie. Le récit se révélait à la fois le portrait surprenant et passionnant d’un monde dans lequel les hommes seraient parvenus à se cloner, et celui d’un triangle amoureux intimiste et complexe impliquant trois amis d’enfance. Une oeuvre possédant un impact et une influence aussi durables semblait destinée à être portée à l’écran.

Les avis sur le film Never Let Me Go