CommeAuCinema

No Pain No Gain

    en DVD le 15 Janvier 2014
Quand la testostérone veut sa part rêve américain !
Un film de , avec , , ,...
Titre original : PAIN AND GAIN (Etats-Unis)
Genre : Action, Comedie, Drame - Duree : 2H9 mn
Distributeur : Paramount - Editeur DVD : Paramount Home Entertainment Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 15 Janvier 2014
Sortie Blu-Ray le 15 Janvier 2014
Sortie en salles le 11 Septembre 2013
Année de production : 2013
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.67/5 (72 notes)

Résumé du film No Pain No Gain

A Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n'importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve…
Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie.
Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux.

No Pain No Gain s'inspire de l'histoire incroyable mais vraie de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d'actes criminels qui dégénèrent rapidement… Rien ne se déroule jamais comme prévu.

Acteurs et Actrices : No Pain No Gain

Galerie Photos ( 35 photos )

  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No Gain
  • No Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No GainNo Pain No Gain

Dernières news à propos : No Pain No Gain

Notre critique : No Pain No Gain

    Quand la testostérone veut sa part rêve américain !

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Dans le genre gros délire musclé qui va à cent à l'heure, la comédie noire et outrancière de Michael Bay fait son effet !
    Adapté d'un fait réel (si si), No Pain No Gain suit le parcours de Daniel Lugo (Mark Wahlberg), l'entraîneur d'un club de musculation qui décide que, lui aussi, a le droit de vivre le rêve américain et d'être plein aux as. Avec l'aide de deux autres bodybuildés, Adrian Doorbal (Anthony Mackie) et Paul Doyle (Dwayne Johnson), il décide donc de monter un des coups les plus stupides qui soient : kidnapper Victor Kershaw, un riche client du club (Tony Shalhoub), et le forcer à leur donner tous ses biens. Pour arriver à leur but, ils échafaudent des stratagèmes tous plus débiles les uns que les autres et, n'oubliez pas, tous vrais ! Au bout de plusieurs échecs hilarants, ils parviennent finalement à leurs fins, mais seront évidemment rattrapés par leurs propres ambitions. La vie idéalisée à l'américaine n'est peut-être pas pour tout le monde…
    No Pain No Gain : Quand la testostérone veut sa part rêve américain ! (Test DVD)

    Si, clairement, la subtilité n'y est pas, cette farce violente, décalée, ultra rythmée, parfois vulgaire, et réalisée pour la modique somme de 24 millions de dollars, parvient vraiment à nous faire rire de cette histoire tragique, tellement elle est excessive. Et les acteurs y sont pour quelque chose ! Entre un Mark Wahlberg au top de sa forme, Anthony Mackie et ses problèmes d'érection, The Rock, absolument divin en ancien détenu partagé entre sa foi et son amour de la cocaïne, Tony Shalhoub qui n'a juste aucune limite, et Ed Harris qui est loin d'entacher le paysage en détective surdoué, No Pain No Gain vaut le détour.

Critiques : No Pain No Gain 3 étoiles

  • Le Parisien
    Le Parisien
    3 étoiles
    " Michael Bay ne renonce pas à son style survitaminé en filmant des scènes particulièrement odieuses de façon parfois un peu décalée, dérangeante et fun. Et n’oubliez pas qu’il s’agit d’une histoire vraie. "
    Alain Grasset (article entier disponible dans Le Parisien du 11/09/2013)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " Puissamment amoral (méchanceté, jalousie, trahison, arrivisme… la turpitude y règne sans partage), le gymkhana criard se consume/consomme tel un bûcher jouissif où crament toutes les valeurs matérialistes telles que relayées par une industrie du divertissement assumant dans un rire sardonique l’inanité de son propre aveuglement. "
    Gilles Renault (article entier disponible dans Libération du 11/09/2013)
  • L'Express
    L'Express
    3 étoiles
    " C'est difficile à imaginer mais le cinéaste a signé un film intelligent où son style outrancier se marie bien au rocambolesque de cette histoire. "
    J.W. (article entier disponible dans L'express Style n°3245, page 323)
  • Première
    Première
    3 étoiles
    " Dans cette aventure aberrante dont les héros sont les rois des cons, le style outrancier de Michael Bay (…) est absolument raccord avec le fond et transcende le pur délire de l'entertainer pour révéler la démarche d'un auteur. "
    V.A.C. (article entier disponible dans Première n°437, page 56.)
  • Télé 7 Jours
    Télé 7 Jours
    3 étoiles
    " Michael Bay s'offre cette pause récréative qui, sur fond de polar dopé à la testostérone, dézingue les clichés du genre... "
    P.R. (article entier disponible dans Télé7Jours n°2781, page 35)

Caractéristiques du DVD

Bonus (Blu-ray) :
- Toujours une histoire vraie : l’affaire fait les gros titres
- Un retour aux sources : le point de vue de
- Rêveur américain : Daniel Lugo
- Complètement fou de Dieu : Paul Doyle
- Le sale boulot : Adrian Doorbal
- Crime sans victime : Victor Kershaw
- Diamants bruts : décors naturels
- La réalité dépasse la fiction : la police.

Bonus (DVD) :
- Toujours une histoire vraie : l’affaire fait les gros titres
- Un retour aux sources : le point de vue de .

Notes Techniques

SonImagePackagingMenuBonus
3/53/53/53/53/5

Test DVD

0 étoile

Les petits plus du DVD, qui sort aujourd'hui dans les bacs, ce sont deux interviews, l'une de l'équipe, et notamment de l'auteur qui nous explique (un peu) son travail de recherche, et une autre sur et sa démarche. Plein de petites astuces de tournage amusantes y sont également dévoilées, et ce qui est vraiment marrant, c'est de voir que les comédiens eux-mêmes n'en reviennent pas que cette histoire se soit réellement passée.
Vous y verrez aussi les méthodes de travail du réalisateur d'Armageddon à qui le tournage de ce film tenait vraiment à coeur. En le regardant à l'oeuvre, on se rend compte que l'homme a un réel savoir-faire, et qu'au final, il n'est pas réalisateur de blockbusters pour rien !
En tout cas, après avoir vu No Pain No Gain, on se dit que c'est quand même dommage qu'il ne fasse pas plus souvent des films à petits budgets…
Julia Hu

Notes de Prod.

Genèse

résume le film ainsi : « NO PAIN NO GAIN est un mélange entre FARGO et PULP FICTION. C’est une comédie noire, et tout y est vrai. » Ceci aussi est exact et, d’ailleurs, tout est dit ici.
Pour le réalisateur, c’est une expérience récréative, entre deux épisodes de la franchise TRANSFORMERS (le quatrième est actuellement en chantier pour une sortie en juillet 2014), un retour à ses racines, loin de budgets toujours plus colossaux et d’objectifs toujours plus faramineux, un film qui le renvoie à l’époque de son premier long-métrage, BAD BOYS. Bay confirme : « On parle tout de même d’un budget de plus de vingt millions, mais ça n’a rien de comparable avec les sommes d’argent investies dans mes films ces dernières années et je peux affirmer que cela a suffi à me rendre plus léger, à regonfler mon envie de cinéma. D’ailleurs, je crois que cet enthousiasme et cette énergie sont palpables à l’écran. Le film est tel que nous l’avons fait : un divertissement totalement jouissif ! »

Ceci est une histoire vraie

: « Je crois que c’est une bonne chose que le film n’ait pas pu être monté plus tôt. Dans le cas d’une histoire aussi violente, brutale et chaotique, il faut laisser un peu filer le temps pour ensuite avoir le recul nécessaire pour ne serait-ce que penser à en rire. Là, le timing me paraît parfait. Il s’est passé 18 ans et c’est assez pour qu’on puisse s’en amuser. Ce qui n’empêche pas cette histoire de rester pour le moins perturbante. »

American Dream

: « Le film tourne autour de cette idée que si mon corps était plus musclé, je serais plus heureux ou, dans un même ordre d’idées, que si j’étais un peu plus riche, je serais plus heureux. Il n’est pas facile de négliger de telles opportunités quand elles se présentent, surtout par les temps qui courent, et je crois que c’est quelque chose d’universel. D’ailleurs, on fait tous ce genre de conneries à un moment ou à un autre de nos vies. Ce film est là pour nous rappeler de ne pas céder aux tentations de ce type, de résister et, au final, d’être reconnaissant. C’est plus facile à dire qu’à faire et, de nos jours, se contenter de ce qu’on a et en retirer de la joie n’est pas le moindre des défis. »

Les avis sur le film No Pain No Gain