CommeAuCinema

Polisse

    en DVD le 22 Février 2012
Quand Maiwenn frappe juste et fort
Un film de , avec , , ,... (France)
Genre : Drame - Duree : 2H8 mn
Distributeur : Mars Distribution - Editeur DVD : TF1 Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 22 Février 2012
Sortie Blu-Ray le 22 Février 2012
Sortie en salles le 19 Octobre 2011
Année de production : 2011
Présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes le 13 Mai 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.77/5 (219 notes)
Prix du Jury du 64ème Festival International Du Film De Cannes 2011
Prix Jacque Deray 2012
Deux récompenses (sur 13 nominations) à la 37e Cérémonie Des César 2012 : Meilleur Espoir Féminin pour et Meilleur Montage.
Grand Prix Cinéma ELLE
Mention spéciale au City of Lights, City of Angels (COLCOA)

Résumé du film Polisse

Le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) ce sont les gardes à vue de pédophiles, les arrestations de pickpockets mineurs mais aussi la pause déjeuner où l’on se raconte ses problèmes de couple ; ce sont les auditions de parents maltraitants, les dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables ; c’est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec…
Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés, tous les jours ?
Fred, l’écorché du groupe, aura du mal à supporter le regard de Melissa, mandatée par le ministère de l’intérieur pour réaliser un livre de photos sur cette brigade.

Bande annonce et vidéos (4 vidéos )

Galerie Photos ( 92 photos )

  • PolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolisse
  • PolissePolissePolisse

Notre critique : Polisse

    Quand Maiwenn frappe juste et fort

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Avec Polisse, Maiwenn signe une œuvre quasi-documentaire d’un réalisme poignant, qui nous bouscule parfois, nous émeut souvent, et repousse nos limites du cinématographiquement supportable. Car si côté mise en scène on frôle la perfection, le point fort du film s’avère être son casting. Bien que l’on ait habituellement le reflexe de pardonner les maladresses des comédiens d'un jeune âge au cinéma, cette fois-ci on serait plutôt tentés de leur offrir un Oscar pour leur performance frappante de naturel. Un jeu si crédible qu’il nous dérange quelques fois, durant des scènes qui nous feraient presque passer pour des témoins de véritables interrogatoires.

    Dans cette mise en évidence d’un métier indispensable mais trop peu reconnu (la réalisatrice met l’accent sur le fait que la brigade est presque snobée par les autres services de police, qui la surnomme "la brigade des biberons"), ce sont les comédiens principaux qui nous mettent une véritable claque émotionnelle. Alors que Joey Starr nous surprend dans le rôle d’un père (quasi)divorcé au bord de l’explosion lorsqu’il est confronté à des cas plus difficiles les uns que les autres, Marina Foïs nous prouve qu’elle est une grande actrice et Karin Viard est tout simplement parfaite. Le reste des acteurs n’est pas en reste côté talent, mais si nous devions tous les citer, nous n’en finirions jamais…

    Au final, Maiwenn, qui depuis plusieurs années a su guérir de ses propres blessures, nous parle de la vie, de ses fêlures, bien que nous n’en n'ayons pas toujours conscience (avant de rentrer dans la salle), elle est là pour magistralement nous réveiller.

Critiques : Polisse 4 étoiles

  • 20 Minutes
    20 Minutes
    4 étoiles
    " L’une des indéniables qualités de la mise en scène, c’est son intensité, son foisonnement déraisonnable, en tout cas cette façon qu’a Maïwenn de vous coller au siège, de vous secouer d’un fou rire irrépressible avant le choc d’une engueulade homérique. Elle peut compter sur les troupes de Polisse pour emporter l’adhésion : les acteurs, chez elle, ont des accents de vérité et d’humanité qui balaient tout sur leur passage. "
    Marie Sauvion (article entier disponible dans Le Parisien du 19/10/11)
  • Metro
    Metro
    4 étoiles
    " Avec une énergie de tous les instants, dans la prise de vues comme dans la direction d’acteurs, Maïwenn livre un film aussi hybride que réjouissant. Le réel se mêle à la fiction, le témoignage à la performance. "
    Jérôme Vermelin (article entier disponible dans Metro du 19/10/2011)
  • Elle
    Elle
    4 étoiles
    " (...) des dialogues hurlants de justesse, des personnages auxquels on s'attache immodérément, une histoire à laquelle on croit très fort, des affaires sordides qui finissent en fou rire général. "
    Héléna Villovitch (article entier disponible dans Elle n°3433, page 88)
  • Studio CinéLive
    Studio CinéLive
    4 étoiles
    " Maïwenn plonge dans les arcanes méconnus de la Brigade de protection des mineurs et signe un film intense et passionnant, servi par un casting enthousiasmant. "
    Thierry Cheze (article entier disponible dans Studio CinéLive n°31, page 32)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    4 étoiles
    " Entre vie privée, amour et travail, Maïwenn signe une chronique poignante, drôle, formidable sur la vie de ces flics pas comme les autres, au fil d'affaires inspirées par la réalité avec des acteurs au plus haut. Un très grand film. "
    D.A (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 23/10/2011)

Critique Cannoise : Polisse 3 étoiles

  • Le Parisien
    Le Parisien
    4 étoiles
    " Sans chauvinisme aucun, un coup de poing au plexus, une réussite, une petite bombe de cinéma (…) La force du film de Maïwenn consiste à faire valser les points cardinaux de l’émotion et, surtout, à entretenir une constante impression de réel."
    Pierre Vavasseur (article entier disponible dans Le Parisien du 13/05/2011)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    4 étoiles
    " Brûlant comme la braise, dérangeant, souvent extrêmement drôle. En un mot, magnifique. "
    Danielle Attali (article entier disponible dans le JDD du 15/05/2011)
  • Le Point
    Le Point
    4 étoiles
    " On se souviendra longtemps de l’ex-NTM Joey Starr au bord des larmes, serrant dans ses bras un enfant un enfant à qui l’on vient d’arracher sa mère. (…) Après Nique la police, chic la Polisse. "
    (article entier disponible dans Le Point n°2018, page 110)
  • 20 minutes
    20 minutes
    3 étoiles
    " Sans jamais tomber dans le voyeurisme, la réalisatrice donnerait l'impression de flirter avec le documentaire si elle ne s'était pas entourée de comédiens épatants. "
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 13/05/2011)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " Le résultat à l’écran en est un reflet et un condensé prodigieusement nerveux et tendu, balayant sur son passage maladresses et sorties de pistes (…) une sauvagerie et un sens du désordre, paradoxal et essentiel, qui imprime sa marque indélébile."
    Bruno Icher (article entier disponible dans Libération du 14/05/2011)

Caractéristiques du DVD

Bonus :
- "On va à Cannes!" (le making of de Polisse)
- Les scènes coupées commentées
- L'interview de Maïwenn
- L'enregistrement de la musique de Polisse

Bonus :
- Le bêtisier

Notes de Prod.

Entretien avec Maïwenn

Comment avez-vous eu l’idée d’un film sur la Brigade des Mineurs ?

Je suis tombée sur un documentaire à la télévision sur la Brigade des Mineurs (BPM) qui m’a totalement bouleversée. Dès le lendemain matin, j’ai appelé la chaîne pour contacter le réalisateur du documentaire : je voulais savoir comment faire pour rencontrer les policiers de la Brigade des Mineurs.

Entretien avec Emmanuelle Bercot

Comment êtes-vous arrivée sur le film ?

J’avais croisé plusieurs fois Maïwenn dans la vie sans bien la connaître pour autant. Par la suite, on s’est retrouvées dans un festival où on a davantage échangé et tissé des liens. Jusqu’au jour où elle m’a dit qu’elle était en train de commencer à écrire un film sur la police, mettant en scène un grand nombre de protagonistes. Elle savait que j’avais moi-même écrit un film choral avec énormément de personnages, et elle se sentait bloquée par manque de méthode. Elle m’a alors fait lire une trentaine de pages : même si les trajectoires étaient inabouties, un certain nombre de personnages était déjà en place, mais c’était un ensemble foisonnant qui partait un peu dans tous les sens. Je lui ai expliqué comment j’avais procédé, de façon schématique et concrète, pour organiser les trajets parallèles de plusieurs personnages. Quelques mois plus tard, elle avait écrit une première version du scénario.

Entretien avec Alain Attal

Comment êtes-vous arrivé sur ce projet ?

En croisant Maïwenn à une projection, il y a deux ans environ, mon associé Philippe Lefebvre lui a dit qu’on aimait beaucoup son travail. Quelque temps après, elle m’a contacté parce qu’elle voulait me parler d’un projet. Je me souviens qu’elle est venue me voir avec un paper-board comme dans les conseils d’administration : sur chaque feuille, séparée en deux, on pouvait lire en rouge, dans la colonne de gauche, la vie privée des flics et dans celle de droite, en noir, la vie professionnelle et les affaires qu’ils ont à traiter. Maïwenn, qui avait passé du temps à la brigade des mineurs, avait tout son film en tête qu’elle m’a raconté du début à la fin. Et alors même qu’il n’existait que quelques pages du scénario, je lui ai dit oui ! Ce qu’elle m’en a dit était tellement structuré dans son esprit, et tellement passionnant, que cela a résonné en moi. Cependant, j’ai compris que ce récit allait devoir être plus écrit que ses films précédents, même si elle m’a prévenu que ses scénarios étaient surtout indicatifs et que l’écriture véritable se passait au tournage et au montage : c’est une cinéaste qui travaille à l’instinct et qui recherche constamment la vérité.

Les avis sur le film Polisse