CommeAuCinema

Real Steel

    en DVD le 22 Février 2012
De père en fils
Un film de , avec , , , et
Titre original : REAL STEEL (Etats-Unis)
Genre : Action, Comedie Dramatique - Duree : 2H7 mn
Sortie à la Vente en DVD le 22 Février 2012
Sortie Blu-Ray le 22 Février 2012
Sortie en salles le 19 Octobre 2011
Année de production : 2011
Film à partir de 12/14 ans
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.71/5(106 notes)

Résumé du film Real Steel

Dans un futur proche, la boxe a évolué pour devenir un sport high-tech. Charlie Kenton (), un ancien boxeur, a perdu toute chance de remporter le championnat depuis que les humains ont été remplacés sur le ring par des robots d’acier de 900 kilos et de 2m40 de haut. À présent, il n’est plus qu’un manager minable qui utilise des robots bas de gamme fabriqués à partir de pièces de récupération. Il gagne juste assez pour survivre d’un combat à l’autre.
Lorsque Charlie touche le fond, il accepte à contrecœur de faire équipe avec son fils Max (), qu’il a perdu de vue depuis des années, pour construire et entraîner un champion. Dans l’arène où tous les coups sont permis, les enjeux sont plus élevés qu’ils ne l’ont jamais été. Contre toute attente, Charlie et Max ont une chance, une seule, de faire leur grand retour…

Bande annonce et vidéos (4 vidéos )

Galerie Photos ( 61 photos )

  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel
  • Real Steel

Les avis sur le film Real Steel

 

    Notre critique : Real Steel

      De père en fils

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Dans quelques années, l'être humain sera tellement ringard qu'on verra les sportifs supplantés par des machines. La boxe mêlant sueur et sang deviendra has been et laissera sa place à la "roboxe", l'affrontement sans pitié entre robots humanoïdes. Charmant, n'est-il pas ?
      C'est dans ce futur proche que l'on retrouve Charlie Kenton (Hugh Jackman), un ex-boxeur égoïste, immature et totalement fauché reconverti dans la roboxe et qui tente de gagner sa vie en participant à des matches plus minables les uns que les autres. Alors quand il se retrouve, en plus, flanqué du fils qu'il a abandonné dix ans plus tôt (Dakota Goyo)...

      Real Steel : de père en fils (test Blu-Ray)


      Un film de robots destructeurs signé Shawn Levy (La Nuit au musée) ? Hum, pas forcément de quoi sauter au plafond a priori. Prenons toutefois le temps de nous pencher sur le cas Real Steel, car, passé l'emballage pétri de bons sentiments (père et fils réussiront-ils à se retrouver ? Petit indice, le film est produit par Disney), vous pourriez être surpris.
      L'ouverture du film annonce d'ailleurs la couleur d'un long-métrage en perpétuelle rupture. La métaphore d'un futur broyant le passé dans un cruel processus de digestion et d'appropriation (la musique, les traditions, les valeurs) est alors développée à différents niveaux (les affrontements père/fils, le petit peuple opposé au méchant système gouverné par l'argent, etc.), tout en osant de curieux rapprochements (l'homme et la machine se confondant dans leur "mortalité" et leur caractère éphémère, voire remplaçable).
      Bon, restons mesurés. Nous n'avons certes pas affaire à un exposé philosophique, cependant, sous ses grosses ficelles, Real Steel a tout de même le mérite de (se) poser - parfois maladroitement - quelques bonnes questions.

      Mais au delà de cette approche morale glorifiant la persévérance et la rédemption, le film de Shawn Levy révèle surtout de solides qualités visuelles. Car de la gueule, Real Steel en a assurément. Servi par des effets spéciaux particulièrement léchés, le long-métrage parvient ainsi sans souci à faire passer ses deux heures de retrouvailles familiales lacrymales pour de l'entertainement pur jus. Oscillant entre la guimauve et la langue de chat, si le long-métrage n'évite pas tous les pièges (qu'il s'est lui-même tendu), il n'en demeure pas moins une gourmandise plutôt sympatoche à déguster en famille, bien calé dans le canapé.

    Critiques : Real Steel 2 étoiles

    • Metro
      Metro
      4 étoiles
      " Real Steel ose le mélange entre mélo, fantastique et film de sport. C’est risqué... Et ça marche, grâce au charisme de Hugh Jackman et aux effets spéciaux, entièrement au service de l’histoire. Un divertissement réussi. "
      Jérôme Vermelin (article entier disponible dans Metro du 19/10/2011)
    • Le Figaro
      Le Figaro
      3 étoiles
      " Real Steel mêle avec bienveillance les codes de la comédie dramatique, ceux du conte de fées, tout en offrant de spectaculaires combats de boxe mécaniques qui rendent hommage à Rocky. Un cocktail détonant, donc. Mais où circulent quelques beaux moments d'émotion. "
      Emmanuèle Frois et Olivier Delcroix (article entier disponible dans Le Figaro du 19/10/2011)
    • Mad Movies
      Mad Movies
      3 étoiles
      " (…) des spectacles familiaux aussi attachants, on en redemande, et ces robots-là sont autrement plus crédibles (et beaucoup moins cons) que ceux de Transformers "
      C.D (article entier disponible dans Mad Movies n°245, page 36)
    • 20 Minutes
      20 Minutes
      2 étoiles
      " Une comédie d'action familiale qui prouve que les robots et les spectateurs n'ont pas un cœur d'acier. "
      Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 19/10/11)
    • Première
      Première
      2 étoiles
      " Parfois grippée par une overdose de bons sentiments (…), la mécanique bien huilée du réalisateur assure malgré tout le spectacle jusqu'au dernier round. "
      Mathieu Carratier (article entier disponible dans Première n°416, page 48.)

    Caractéristiques du DVD

    Bonus :
    * Commentaire audio du réalisateur
    * Le bêtisier du film ou les impondérables du tournage
    * Le making of ou les petits secrets de Metal Valley
    * 2 mini reportages : « La conception des robots », « Sugar Ray Leonard, champion du monde de coaching »
    * Reportage fictif : « Compte à rebours : l’histoire de C. Kenton »
    *Scènes coupées : « Rencontre avec Ambush » et « Le papillon » (intrigue abandonnée)

    Notes Techniques

    SonImagePackagingMenuBonus
    3/53/53/52/53/5

    Test DVD

    Edition Blu-Ray0 étoile

    Pour un film de cette trempe visuelle, on espérait une compression impeccable. Ca tombe bien, c'est le cas ici et vous pourrez déguster un son et une image nickels (on fermera les yeux sur une navigation du menu un peu lente). Côté bonus, libre à vous de découvrir les commentaires audio de , le bêtisier, ou les scènes coupées. On ne saura cependant que trop conseiller aux plus curieux d'entre vous de s'attarder sur les trois making-of (la préparation physique de avec le boxeur Sugar Ray, les coulisses de la scène de la décharge ou la conception des robots - pendant laquelle on peut croiser Steven Spielberg) et sur le vrai-faux portrait du personnage de Charlie Kenton. Un vrai travail de pro.
    Eléonore Guerra

    Notes de Prod.

    Notes de tournage...

    1er octobre 2009 - Hugh Jackman en robot boxeur

    Le légendaire Wolverine serait en pourparlers avec Dreamworks, pour jouer dans leur prochaine production Real Steel : l’histoire de robots boxeurs entraînés par des humains. Actuellement sur scène à Broadway, où il joue dans la pièce de théâtre A Steady Rain, avec Daniel Craig, Hugh Jackman serait sur le point d’accepter le rôle d’un ancien boxeur entraînant des robots, dans Real Steel. Le réalisateur Shawn Levy changera ainsi de genre, lui qui est habitué aux comédies familiales avec La Nuit Au Musée, La Panthère Rose ou Treize à La Douzaine.

    Premier Round

    Imaginez un futur proche où les fans de boxe se sont lassés de voir des humains s’affronter sur le ring, où la soif de violence et de destruction du public dépasse ce que peuvent donner ou encaisser des athlètes faits de chair et de sang. Dans ce monde, la boxe a évolué jusqu’à écarter les hommes du ring pour les remplacer par des robots combattants. Le talent et la grâce des boxeurs professionnels appartiennent au passé. Désormais, les fans veulent voir à l’œuvre une force surhumaine, des coups mortels et la destruction complète du vaincu.

    Tous les espoirs d'un père et d'un fils

    Le casting était l’un des points essentiels du projet. Il fallait des comédiens capables d’endosser les personnages, en leur apportant une humanité qui reflète leur parcours et leurs espoirs. Le réalisateur et les producteurs ont cherché longuement des acteurs capables d’emmener leur personnage plus loin et de surprendre.

    Les robots

    Steven Spielberg s’est personnellement impliqué dans la conception des robots. Il note : « Dès le départ, j’ai conseillé à Shawn de ne pas tout faire en images de synthèse même si la technologie le permet. Lorsque l’on travaille avec ces outils, il n’y a pratiquement rien sur le plateau face aux acteurs. Ils doivent alors agir et réagir face à du vide. Si par contre le comédien est confronté à une représentation physique réelle de l’objet, de l’événement, des autres personnages, il peut interagir avec, le toucher, le regarder dans les yeux, et son interprétation prend alors toute sa force. C’est l’unique conseil que j’ai donné à Shawn. » se souvient : « Steven Spielberg m’a expliqué que sur Jurassic Park, le fait d’avoir fait construire des dinosaures animatroniques grandeur nature avait apporté une authenticité du jeu impossible à obtenir par rapport à une créature virtuelle. Il nous a conseillé de construire certains des robots en vrai. On en a fabriqué quatre à l’échelle. C’était un conseil précieux qui a mis les comédiens en situation de donner encore plus de vérité et d’émotions. Les comédiens jouaient avec de vrais robots. » Les producteurs ont fait appel aux équipes de Legacy Effects pour créer les robots. Pour Real Steel, les concepteurs ont dessiné une large gamme de boxeurs avec des aspects et des capacités bien distincts pour chacun.Dans le film, les robots sont tous des personnages uniques, commandés par des manipulateurs humains, à l’aide de télécom- mandes high-tech et de panneaux de contrôle. La productrice commente : « On pourrait facilement faire un film sur chaque robot, tellement leurs personnalités sont développées. » , également producteur, ajoute : « L’équipe a su créer des personnages complexes. Évidemment ce ne sont pas des êtres humains, mais ils doivent avoir suffisamment de personnalité pour que le public puisse les identifier, les apprécier et se soucier de ce qui leur arrive.»
    Chaque robot a ses caractéristiques et ses propres couleurs. Ils mesurent entre 2,28 m et 2,56 m et sont anthropomorphes avec deux bras, deux jambes, un torse et une tête (deux pour le robot Twin Cities), mais leur force, leur endurance et leur brutalité surpassent de loin celles des humains. Pour les concepteurs des robots et les cinéastes, la création des robots du film a été un processus difficile mais passionnant.