CommeAuCinema

Restless

    en DVD le 08 Février 2012
Un film de , avec et
Titre original : RESTLESS (Etats-Unis)
Genre : Drame - Duree : 1H35 mn
Sortie à la Vente en DVD le 08 Février 2012
Sortie Blu-Ray le 08 Février 2012
Sortie en salles le 21 Septembre 2011
Année de production : 2010
Présenté en Sélection Officielle, Un Certain Regard au Festival de Cannes le 12 Mai 2011
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.47/5(98 notes)
Film d'ouverture de la sélection Un Certain Regard du 64ème Festival International Du Film De Cannes 2011

Résumé du film Restless

Bien qu’en phase terminale d’un cancer, la jeune et jolie Annabel Cotton () est animée d’un amour profond de la vie et de la nature. De son côté, Enoch Brae () a cessé d’avoir envie de faire partie du monde depuis que ses parents sont tragiquement morts dans un accident. Lorsque ces deux êtres à part se rencontrent à un enterrement, ils se découvrent d’étonnants points communs. Pour Enoch, dont le meilleur ami se trouve être le fantôme d’un pilote de guerre kamikaze, et Annabel, qui voue une fascination à Charles Darwin et à la vie de toute créature, c’est le début d’une relation exceptionnelle. En apprenant la mort imminente d’Annabel, Enoch propose de l’aider à vivre ses derniers jours avec intensité, au point de défier le destin, les traditions et la mort elle-même.

Alors que grandit leur amour unique, les réalités du monde les rattrapent. Audacieux, enfantins et rares, Enoch et Annabel affrontent courageusement le destin. Luttant contre la douleur, la colère et le sentiment de perte avec toute la fougue de la jeunesse, ces deux jeunes gens réussissent à renverser les choses et à jouer selon leurs propres règles. Leur voyage se heurte pourtant à la marche inexorable du temps : de plus en plus insistante, la mort vient réclamer Annabel...

Bande annonce

Galerie Photos ( 19 photos )

  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless
  • Restless

Les avis sur le film Restless

 

    Critiques : Restless 3 étoiles

    • Les Cahiers du cinéma
      Les Cahiers du cinéma
      4 étoiles
      "(…) un des plus beaux films de cette année dont l’apparent caractère hors mode lui confère le très contemporain désir suave de faire le bien."
      Dominique Païni (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°670, page 34).
    • Elle
      Elle
      4 étoiles
      " Il faut être Gus Van Sant pour filmer les ébauches d'un baiser sans niaiserie. Et rendre visible la naissance d'un amour condamné à la fulgurance. On a pu lire que Restless était un remake de Love Story. Mais c'est un mélo où l'on ne pleure jamais, et qui fuit à la perfection les clichés qu'il ravaude. "
      Anne Diatkine (article entier disponible dans Elle n°3429, page 48)
    • Les Inrocks
      Les Inrocks
      4 étoiles
      " Gus Van Sant déplace le mélodrame vers la comédie sentimentale, vers le feel good movie murmuré. Un grand film mineur d'un cinéaste revenu des mythologies d'outre-tombe. "
      Romain Blondeau (article entier disponible dans Les Inrocks n°825, page 80)
    • Le Monde
      Le Monde
      3 étoiles
      "(...) l'idée de la nécessité d'une urgence frénétique est ici perpétuellement contrariée par la douceur d'un film qui semble à la fois recourir à la rhétorique invisible d'un produit de studio hollywoodien et, en même temps, éviter toute convention sentimentale, naturaliste et psychologique, être en deçà de l'hystérie qu'un tel sujet imposerait."
      Jean-François Rauger (article entier disponible dans Monde du 21/09/2011)
    • VSD
      VSD
      3 étoiles
      "Doux, mélancolique. Drôle aussi. Avec l’envie farouche de ne pas sombrer dans le mélo."
      O. B. (article entier disponible dans VSD n°1777, page 74)

    Critique Cannoise : Restless 3 étoiles

    • Le Figaro
      Le Figaro
      4 étoiles
      " Gus Van Sant signe avec Restless une romance singulière, poétique et élégante. "
      Olivier Delcroix (article entier disponible dans Le Figaro du 12/05/2011)
    • Le Monde
      Le Monde
      3 étoiles
      " Mélodrame teinté de fantastique (…) Avec grâce, Van Sant transfigure ce canevas morbide en une peinture automnale qui célèbre le triomphe de l'esprit sur la précarité de la matière. Il imagine pour ce faire la plus excentrique des histoires d'amour."
      Jacques Mandelbaum (article entier disponible dans Monde du 12/05/2011)
    • Metro
      Metro
      3 étoiles
      "Le réalisateur américain propose une version moderne de Love Story, les violons en moins, le fantastique en plus (…) Restless parvient à aborder un sujet délicat sans jamais céder aux sirènes de la facilité (…) Malgré toutes ces qualités, il manque au film une dose supplémentaire d’émotion pour parvenir à nous toucher complètement. Dommage."
      Rania Hoballah (article entier disponible dans Metro du 13/05/2011)
    • Libération
      Libération
      3 étoiles
      " Restless est ainsi une immersion dans les codes les plus ténébreux et nihilistes du monde occidental présent, un côtoiement lisse et un peu glacé (comme ses deux acteurs principaux, beaux et non charnels, les convaincants Mia Wasikowska, et Henry Hopper…). "
      Olivier Séguret (article entier disponible dans Libération du 13/05/2011)
    • Les cahiers du cinéma
      Les cahiers du cinéma
      3 étoiles
      " Gus Vant Sant fait œuvre de moraliste (...) L'enchantement de Restless tient aussi à la mise en scène propre au cinéaste (...) film lumineux (...) "
      Stéphane Delorme (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°662, page 22).

    Notes de Prod.

    Notes de Tournage...

    9 octobre 2009 - Alice au pays de Gus Van Sant

    Le nom de Mia Wasikowska ne vous dit probablement pas grand chose. Et pourtant, cette Australienne de 20 ans, qui campera le rôle d’Alice dans le prochain Tim Burton Alice au Pays des Merveilles, enchaîne les projets avec les plus grands. Elle est en effet en lice pour obtenir un des rôles clés dans Restless de Gus Van Sant. L’auteur d’Elephant cherchait en effet un "nouveau visage" pour incarner un des personnages principaux de son film, parcours initiatique de deux adolescents fascinés par la mort.

    Notes de production

    « Nous avons si peu de temps pour exprimer ce que nous ressentons. Nous avons si peu de temps pour quoi que ce soit. » Hiroshi le fantôme

    Les premières amours ont inspiré les plus grands drames de l’histoire, des amants maudits de « Roméo et Juliette » de Shakespeare à la romance émouvante de Love Story. et le scénariste ont imaginé une histoire d’amour singulière et intemporelle qui redonne un nouveau souffle à ce thème ancestral. Restless met en scène un jeune homme fuyant son existence, et une jeune femme pleine de vie qui lui permet de s’ouvrir au monde. S’inspirant de grands classiques du cinéma comme Harold Maude ou de succès plus récents comme Garden State auxquels il fait écho, Restless s’adresse aussi bien au cœur qu’à l’âme grâce à des personnages fouillés et une histoire d’une apparente simplicité qui marquera durablement les spectateurs.

    L'Amour au seuil de la mort

    Le personnage interprété par , Enoch Brae, se trouve au cœur du récit. C’est sa lutte qui oriente le film, et son cheminement qui donne une note d’espoir aux spectateurs. explique : « Enoch est un personnage très poétique. Je me suis senti vraiment proche de lui. C’était touchant de voir ce personnage enlisé au début de l’histoire évoluer pour progressivement aller mieux. Je le trouve très courageux. »

    La force du silence

    S’ils n’abordent pas leurs liens familiaux, les acteurs du film sont tous d’accord pour faire l’éloge du réalisateur. est salué non seulement par le public et les critiques pour la qualité de son travail, mais également par les acteurs pour le respect qu’il leur témoigne et l’environnement de travail privilégié qu’il leur offre, et par les autres membres de l’équipe pour son approche collaborative. Participer à un film de , c’est faire partie d’une équipe calme et respectueuse où le travail de chacun est reconnu à sa juste valeur tout au long du processus. Une attitude qui engendre dévouement et loyauté.

    Portland, Oregon

    a eu la chance de pouvoir travailler à Portland, dans l’Oregon, où il vit depuis de nombreuses années et où il a déjà tourné plusieurs de ses films. explique : « Gus se sent très proche de ce que Portland représente. Il comprend intimement cette ville. Nous avons littéralement tourné certaines scènes dans son jardin. »

    Les costumes, un aperçu du travail de Danny Glicker

    Le chef costumier Danny Glicker, cité aux Oscars, a travaillé aussi bien sur des longs métrages indépendants comme Transamerica que sur des films plus grand public tels que We Are Marshall, des séries à succès comme True Blood ou des films portés par des stars comme In The Air, avec George Clooney.