Rêves d'Or
Genre : Drame - Durée : 1H42 mn
Sortie en salles le 04 Décembre 2013 - en VOD/DVD le 07 Mai 2014
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Juan, Sara et Samuel, 15 ans, fuient le Guatemala pour tenter de rejoindre les Etats-Unis. Au cours de leur traversée du Mexique, ils rencontrent Chauk un indien tzotzil ne parlant pas espagnol et voyageant sans papiers. Les adolescents aspirent à un monde meilleur au-delà des frontières mexicaines mais très vite, ils vont devoir affronter une toute autre réalité.

Prix Un Certain Talent - Un Certain Regard pour l'ensemble des acteurs au 66ème Festival International Du Film De Cannes 2013
Titre original : LA JAULA DE ORO (Mexique)
Duree : 1H42 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 07 Mai 2014
Sortie en salles le 04 Décembre 2013
Année de production : 2013
Présenté en Sélection Officielle, Un Certain Regard au Festival de Cannes le 22 Mai 2013
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Vod/Dvd ou Séances dans 1 cinéma

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★

Actu à propos de Rêves d'Or

Rêves d'or, oeuvre coup de poing sur de jeunes migrants latinos

Rêves d'or, oeuvre coup de poing sur de jeunes migrants latinos

Rêves d'or, premier film du Mexicain Diego Quemada Diez en salles mercredi, est une oeuvre coup de poing sur de jeunes latinos, originaires du Guatemala et du Mexique, bien décidés à rejoindre leur eldorado, les Etats-Unis, au péril de leur vie. (02/12/2013) > Suite

En savoir plus sur Rêves d'Or

Entretien avec Diego Quemada-Diez

Comment est né La Jaula de Oro ?

En 2003, j’ai lu un article sur le quartier rouge de Mazatlan, et dans un mouvement complètement irrationnel, j’ai pris un avion pour y chercher une nouvelle histoire à raconter. Dans un club de ce quartier, j’ai rencontré “El Toño”, un chauffeur de taxi, et nous sommes vite devenus amis. J’ai fini par vivre deux mois dans sa maison située au bord d’une voie ferrée. Chaque jour sans exception, des wagons remplis de migrants arrivaient. Les gars sautaient du train et frappaient à la porte pour demander de l’eau et des tortillas. Ils nous racontaient des histoires horribles – comment ils voyageaient avec rien, qu’ils s’étaient tout fait voler sur la route, qu’il y avait de nombreux morts. Malgré tout, ils s’accrochaient à l’idée qu’ils gagneraient de l’argent qu’ils enverraient à leur famille. Ils sacrifiaient leur vie pour ceux qu’ils aimaient. Pour moi, ils étaient des héros dont les histoires étaient comme des poèmes épiques et leurs voyages des métaphores de la vie – une dramatisation de l’existence humaine à l’extrême. J’ai collecté les histoires de migrants pendant plusieurs années. J’ai rencontré des gens merveilleux qui m’ont beaucoup appris, notamment la générosité et la valeur de la fraternité.

Notes de Production

La réalité sociale en Amérique latine est telle que le cinéma se doit d’être engagé. Ce qui m’intéresse, c’est de réaliser des films enracinés dans notre société contemporaine. Il y a tout dans le réalisme : l’imagination et la raison, la souffrance et l’utopie, le bonheur et la douleur de l’existence. Je veux donner une voix aux migrants – des êtres humains qui défient un système établi par des autorités nationales et internationales impassibles, en traversa > Plus
Remonter