Sabrina
Genres : Comedie Romantique, Comedie Dramatique - Durée : 1H53 mn
Sortie en salles le 30 Mars 2016 - en VOD/DVD le 05 Février 2004
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Fille du chauffeur des Larrabbee, la toute jeune Sabrina s'est amourachée de l'un des deux fils de cette riche famille, David, un play-boy qui vit de ses rentes. Son frère aîné, Linus, est un être solitaire et sans fantaisie, mais qui gère avec efficacité l'entreprise familiale. David ignore Sabrina. Quand celle-ci revient de France, où elle est allé parfaire son éducation, il ne la reconnaît pas. Il lui fait son grand numéro, elle se laisse courtiser.
Cette romance n'est pas du goût des Larrabee qui délèguent qui délèguent le frère aîné pour tenter d'éloigner la roturière. Il joue avec elle au chat et à la souris. Il échafaude un plan démoniaque pour s'en débarrasser : la séduire lui-même, lui faire croire qu'il veut partir avec elle en Europe, et rester dans son bureau à regarder le bateau s'en aller…
Titre original : SABRINA (Etats-Unis)
Duree : 1H53 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 05 Février 2004
Sortie en salles le 30 Mars 2016
(Reprise, Première sortie le 04 Février 1955)
Année de production : 1954
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Vod/Dvd ou Séances dans 1 cinéma

Acteurs

Audrey Hepburn
Sabrina Fairchild
Humphrey Bogart
Linus Larrabee
William Holden
David Larrabee

Critiques

  • ★★★
  • ★★★★

Actu à propos de Sabrina

Julia Ormond mère d'une autiste

Julia Ormond mère d'une autiste

Après David Strathairn (La Faille), Catherine O’Hara et Claire Danes (Romeo + Juliette) c’est au tour de Julia Ormond (Sabrina) de rejoindre le projet Temple Grandin. > Suite

En savoir plus sur Sabrina

Caractéristiques du DVD

Image : Plein Ecran - Noir et Blanc
Son : Mono Anglais, Français.
Sous-titres : Français, Anglais

Bonus :
- Documentaire
- Galerie de photos> Plus

Notes de Production

Après BOULEVARD DU CREPUSCULE, conte cruel sur l'amour défiguré, LE GOUFFRE AUX CHIMERES, œuvre au noir sur la morbidité des passions humaines, et STALAG 17, métaphore des prisons intérieures, Billy Wilder semble marquer une pause dans sa « > Plus
Remonter