Tout pour l'oseille

All you need is money
Un film de , avec , , , , , , (France)
Genre : Comedie - Duree : 1H34 mn
Distributeur : BAC Films
Sortie en salles le 12 Mai 2004
Année de production : 2004
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.68 / 5 (94 notes)

Résumé de Tout pour l'oseille

Le couple Charlie-Prune c'est la galère ! Rien ne va plus… C'est la panne… y compris sur l'oreiller ! Les petits boulots, les plans minables, les agressions ratées, bref tous les coups tordus que Charlie invente, ça ne fonctionne plus… Malgré, ou plutôt, à cause de l'aide que veut absolument apporter son frère Paulo, qui casse tout ce qu'il touche avec son Q.I. imprévisible… Un soir, dans les bureaux où elle travaille comme 'technicienne de surface ", pour faire bouillir la marmite. Prune observe, sans être vue, ses patrons en train de manipuler beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup d'argent ! L'argent, ça peut changer de mains ! Il suffit de bien mettre au point un casse avec le concours d'un ami de toujours, Frédéric, artiste-peintre maudit et séducteur accompli. Complètement à sec, lui aussi, il est partant pour l'aventure. Mais un quatuor pareil, il y a quand même quelques chances pour que ce fameux coup se transforme en coup foireux…  

Photos de Tout pour l'oseille (11)

Critiques

Moyenne : 2 étoiles (1.6 / 4)
Comme au Cinema 2 étoiles
Télérama 2 étoiles
Le Monde 2 étoiles
Studio Magazine 2 étoiles
Première 1 étoiles
CinéLive 1 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 3 étoiles (2.68 / 5)
31 avis 4 étoiles
18 avis 3 étoiles
29 avis 2 étoiles
16 avis 1 étoiles

Notes de Prod. de Tout pour l'oseille

POURQUOI L'OSEILLE ?

Par les temps qui courent, on se dit parfois que pour réussir à financer un film il faudrait au moins faire quelques braquages. Seulement, pour faire des braquages, il faut savoir s'y prendre. Il paraît que là aussi il vaut mieux être des "pros".
Alors, avec Bertrand, on s'est dit qu'il fallait faire un film pour apprendre à faire des bra-quages, pour assurer notre formation professionnelle en quelque sorte. Ce film serait comme un repérage grandeur nature. Bertrand et moi, on serait un peu, vous voyez, les Charlie et Paulo du film. Nous avons été très studieux, très attentifs, nous avons regardé comment ces deux là et leur petite bande s'y prenaient pour faire leur hold-up et ce qu'il est advenu de leur plan d'enfer…
Nous avons beaucoup appris. Tous comptes faits, si j'ose dire, il vaudrait mieux trouver un autre moyen de produire des films !

Jacques Fansten

ENTRETIEN AVEC BERTRAND VAN EFFENTERRE

C'est la toute première fois que vous vous aventurez dans le domaine de la comédie.
Qu'est-ce qui a motivé ce changement d'inspiration ?


Cela faisait très longtemps que j'avais envie d'en réaliser une. Dans la plupart de mes films, il y a d’ailleurs déjà des passages de comédie, par exemple dans ERICA MINOR, l'intermède des deux balayeurs noirs, ou celui des vignerons genevois. Dans MAIS OU ET DONC ORNICAR, le personnage de Géraldine Chaplin était pour moi un personnage de pure comédie, une sorte d’héroïne à la Claire Bretecher. Mais à l'époque, il n'avait pas été du tout reçu comme ça. J'avais compris alors que, dans la comédie, il faut toujours donner un signe, que cela soit au niveau du jeu ou au niveau du rythme. Du coup, je m'étais promis d’en réaliser une un jour pour aller au bout de cette idée. J'attendais juste de trouver un co-scénariste. Dans la comédie, le dialogue est essentiel, je ne me sentais pas de l'écrire seul. Et est un magnifique dialoguiste.

Réagir sur Tout pour l'oseille