Travail
Genre : Drame - Durée : 0H0 mn

Résumé du film

Ingénieur, connaissant aussi le travail manuel, scandalisé par la misère ouvrière, Luc Froment se rend au haut-fourneau de la Crêcherie, à la demande de Martial Jordan, le directeur. Celui-ci veut vendre l'installation à Delaveau qui dirige l'Abîme, les aciéries concurrentes pourtant affaiblies par deux mois de grève. Luc voit la faim des femmes et des enfants, l'alcoolisme des hommes et constate l'existence de deux mondes parallèles. Le monde des riches avec les Delaveau, Boisgelin le propriétaire de l'Abîme, sa femme Suzanne, une grande philanthrope, Jérôme Qurignon, le fondateur aujourd'hui paralysé et muet. Le monde des pauvres : Bourron l'ouvrier, Bonnaire le maître puddleur, sa femme La Toupe et son beau-frère, le violent Ragu, enfin Nanet et sa soeur aînée, la jolie Josine, compagne malheureuse de Ragu. Luc convainc Jordan de faire de la Crêcherie une sorte de laboratoire social, un creuset alliant le capital et le travail. Bientôt, Bonnaire, Ragu, Bourron travaillent à l'usine nouvelle tandis que les familles vivent heureuses dans une cité propre. Au cours d'un procès intenté à la Crêchérie par une coalition d'intérêts allant du boucher à Boisgelin, Luc dit sa «foi dans la grande aurore qui se lève». À peine acquitté, il doit faire face à la fronde de ses ouvriers qui, l'un après l'autre, retournent à l'Abîme. Luc et Josine deviennent amants; elle lui donnera un garçon. Ragu poignarde son rival qui en réchappe. Boisgelin ruine son entreprise pour vivre dans le luxe et entretenir sa maîtresse, la femme de Delaveau. Ce dernier découvrant l'adultère, met le feu à son bureau, jette l'infidèle dans les flammes et reste dans la fournaise. L'incendie gagne les bâtiments et bientôt l'Abîme n'est plus que ruines. Des années passent : la Crêcherie est une réussite, tous rayonnent de bonheur, le progrès est en marche. C'est le dernier jour avant la retraite pour Morfain, le vieux maître fondeur. Devant tout le monde, il se jette dans l'acier en fusion et finit tel «Vulcain enchaîné à sa forge».
Duree : 0H0 mn
Année de production : 1920
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous
Remonter