Notes de Prod. : Adrienn Pál

Note de la réalisatrice Ágnes Kocsis

Un voyage initiatique dans les méandres de la mémoire

Le film est un road movie singulier – piéton et en transports publics – qui offre également un profil de la société, puisque Piroska y croise des vies et des destinées complètement différentes. C’est aussi un road movie intérieur, un récit d’initiation : Piroska apprend peu à peu à se connaître elle-même, en prenant conscience de la multiplicité de la réalité, de la subjectivité et la relativité de la mémoire. La personnalité de Piroska se projette sur l’univers visuel du film. Elle est présente dans presque tous les plans et nous entraîne toujours plus dans son monde : au point que nous finissons par voir avec ses yeux. Le monde intérieur de Piroska est rendu tangible à travers un univers visuel abstrait - la concordance des décors, des costumes et des lieux - qui réalise un univers homogène de couleurs et de compositions, complété d’un univers sonore créé artificiellement.