CommeAuCinema

Notes de Prod. : Associés contre le crime

    en DVD le 22 Janvier 2013

Pascal Thomas ou l'excentricité tranquille... par Alain Riou

Agatha Christie écrit je ne sais plus où, à propos d’un de ses divins meurtres, que les rois et les clochards sont les seuls véritables excentriques, car personne, au dessus d’eux, ne peut les forcer à respecter les usages.

Agatha aurait adoré . Il y a chez l’une comme chez l’autre une excentricité tranquille, et la tentation naturelle de violer les lois. Dès ses premiers livres, la romancière lutte pour tenir en respect son extravagance. Elle finit par craquer en inventant Poirot, le plus original, le plus évidemment timbré des détectives imaginaires. Et quand arrive l’âge où toute contrainte devient insupportable, elle se jette dans les aventures de Prudence et Bélisaire Beresford, qui sont aux héros ordinaires de la fiction ce que le kilt est au costume de ville.

Bien sûr, ce sont ces romans-là les préférés de Pascal. L’intrigue y avance à coups de coq-à-l’âne, s’entortille autour des pulsions de ses personnages. La liberté étant une garantie d’avenir, on se demande si ces romans-là ne sont pas les plus modernes. Les plus fantasques, les plus indépendants – et, ce qui est essentiels, les plus imprévisibles. Ils n’obéissent en effet qu’à la logique de l’art, du rêve, de la folie. Quand Lubitsch, à peu près à l’époque où Agatha faisait vivre Prudence et Bélisaire, tourne ou croit tourner un véritable policier, HAUTE PÈGRE, il parle en réalité de Venise, de jolies femmes, de barbons et d’un bandit mélancolique, inspirant à Truffaut l’idée que l’art suprême consiste à trouver la manière la plus sûre de ne pas traiter son sujet. Ce qui compte, c’est le couple avec ses hauts et ses bas pour former des comédies rebondissantes et des polars assez satisfaisants. Le vrai crime n’est pas celui qu’ourdissent des méchants jamais las, mais le scandale que constitue l’amour qui dure et que ranime l’humour fantasque considéré comme un pain quotidien.

Ces films excentriques célèbrent une image fine des couples que s’obstinent à former les humains, et cette complicité dans le crime qu’est toujours le fait de vieillir à deux, tempéré par le rire et par l’esprit d’enfance. Dans le genre, peu de mariages atteignent en dinguerie sage celui qui unit Françoise Rosay et Michel Simon dans DRÔLE DE DRAME de Carné-Prévert. Au fond nous importent peu les vrais coupables. Ce que nous ne sommes jamais fatigués de découvrir, c’est le ressort secret de l’amour inusable, qui fait que deux êtres recrus d’épreuves communes, mais intérieurement riches vont renoncer chacun à une part de lui-même au bénéfice de l’autre, et ce tout en renâclant, car nos défauts sont le bois dont on fait les narrateurs, et le piment de nos existences.

Ce qui fait la rareté de , c’est qu’il est le seul cinéaste français aujourd’hui, à travailler sur une ligne de fantaisie qui ne se refuse aucune liberté (mélange des genres, scènes farfelues…) et à s’attacher à inclure ses foucades dans une espèce de leçon de vie.

Notes de Tournage...

30 Décembre 2010 - et aiment Agatha Christie

et reprendront les rôles de Prudence et Bélisaire Beresford dans la suite des comédies policières Mon Petit Doigt M'A Dit (2005) et Le Crime Est Notre Affaire (2008), annonce l'hebdomadaire Le Film Français sur son site Internet. dirigera le long métrage toujours inspiré des écrits de la romancière anglaise Agatha Christie.

Catherine Frot et André Dussollier exploreront une nouvelle fois l'univers d'Agatha Christie