CommeAuCinema

Notes de Prod. : Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

    en DVD le 24 Août 2010

Sur le tournage de Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Le 3 Juillet 2008 - et sont des vilains garçons

et le rappeur rejoignent à l’affiche de The Bad Lieutenant, le pas-remake du film d’Abel Ferrara Bad Lieutenant.

Décidément, l’ancien interprète de Batman enchaîne les projets. Après The Silver Cord dont on vous annonçait le tournage hier, il vient de signer pour le drame policier de . Il jouera le coéquipier de .

Pour , The Bad Lieutenant s’ajoute à une filmographie qui s’agrandit de jour en jour.
Il sera le grand méchant du film de Herzog.
En attendant, vous pourrez le voir dès le 30 Juillet prochain dans X-files : Regeneration.

Dans le film de Ferrara, Harvey Keitel enquêtait sur le viol d’une nonne. Dans celui de Herzog, (qui ne "serait" pas un simple remake), prêtera ici ses traits au flic véreux, à la poursuite des assassins de cinq sénégalais.
Comme dans l’original, l’esprit du film sera sombre entre drogues et sexe comme monnaie d’échange… Ah la police de nos jours !

, , et font également partie de la distribution de ce drame écrit par Billy Finkelstein.

Le tournage est prévu cet été.

Le 16 Juin 2008 - craque pour Bad Cage

Ça doit être le côté bad boy de qui les fait toutes craquer. Son rôle de cascadeur à moto face to face avec Mephisto, c’était pas pour les rigolos. Et les motards fantômes, ça émoustille ! Du coup, après être tombée dans les bras de Ghost Rider l’année dernière, elle récidive avec , The Bad Lieutenant de .

Attention, on ne le répètera jamais assez (d’après ), ce Bad Lieutenant n’a rien à voir (ou presque) avec le Bad Lieutenant d’Abel Ferrara et ne reprendra pas le rôle d’Harvey Keitel (ou presque). Bref, c’est presque un remake mais pas tout à fait….

Pour preuve, Billy Finkelstein planche sur le scénario « original ». devrait rejoindre sur le tournage prévu à la fin de l’été.

Le 5 Juin 2008 - Non, The Bad Lieutenant n'est PAS un remake !

Non, non et non, The Bad Lieutenant de avec n’est pas un remake du Bad Lieutenant d’Abel Ferrara. Que cela soit dit une bonne fois pour toutes. Le réalisateur allemand aux 56 films ne laissera pas les rumeurs gâcher son thriller policier. Werner ne mange pas de ce pain-là… Quoique, Nosferatu, Fantôme De La Nuit n’était-il pas un remake du Nosferatu de Murnau ?

Disons que ces temps-là sont révolus. ne reprendra pas le rôle d’Harvey Keitel, ne passera pas derrière Abel Ferrara. La confusion date de Cannes (le festival, natürlich) et fut relayée blitzschnell sur la toile. Le réalisateur allemand a démenti hier la rumeur en accordant une interview au site Internet ComingSoon.net.

« Non, ce n’est pas un remake », dit il. « Vous devez effacer ceci de votre mémoire même si vous ne serez pas capable de l’effacer de celle du public. Comme je le dis souvent, le dernier James Bond n’est pas le remake du précédent. C’est une histoire complètement différente. Oui, mon film est centré sur l’histoire d’un policier corrompu mais c’est tout. » Le brave Herzog n’est pas dupe. « Vous n’arriverez pas à clarifier la situation », se lamente-t-il. « Une fois qu’une telle info est publiée, on ne peut plus la rectifier ».

En tous cas, il ne pourra pas nous reprocher de ne pas avoir essayé !

Entretien avec le réalisateur dans Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Bad Lieutenant, le film réalisé par Abel Ferrara, a marqué les esprits lorsqu’il est sorti en 1992...

: Je n’ai pas vu ce film. En fait, je n’ai vu aucun film d’Abel Ferrara. Mais mon scénariste m’a dit que mon film n’avait rien à voir avec le sien. Ceci dit, j’aimerais beaucoup qu’Abel Ferrara voie mon film, et inversement.

Notes de production de Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Fort d’une sensibilité à fleur de peau et d’un style qui a fait sa marque, , le réalisateur culte, réinvente le classique réalisé par Abel Ferrara en 1992 avec Harvey Keitel dans le rôle-titre. Dans cette version, c’est , au sommet de son art, qui incarne le personnage principal.

Entretien avec Nicolas Cage, interprète dans Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Qu’est-ce qui vous a attiré dans Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans ?
C’était un projet audacieux, et j’avais envie de relever le défi. Je suis arrivé à un stade où j’ai besoin de trouver de nouveaux projets intéressants qui entretiennent ma passion pour le métier d’acteur. Je connais Harvey Keitel, je l’ai trouvé excellent dans le premier Bad Lieutenant et Abel Ferrara avait réalisé un grand film, mais l’histoire s’inscrivait dans une logique très judéo-chrétienne.

Entretien avec Eva Mendès, interprète dans Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Pourquoi avez-vous accepté de travailler avec Werner Herzog ?
Quand il m’a demandé si je voulais jouer ce rôle, j’ai pensé sans la moindre hésitation : Bien sûr que je vais travailler avec toi ! » Fitzcarraldo et Aguirre : La colère de dieu sont pour moi de véritables chefs-d’œuvre et ses documentaires sont absolument fantastiques.

Entretien avec Edward R. Pressman, producteur de Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Comment vous est venue l’idée de faire un remake de Bas Lieutenant ?
J’avais envie de revisiter cette histoire depuis longtemps. Je suis très fier du film d’Abel Ferrara, dont j’étais producteur : j’ai toujours pensé que c’était une étude de personnage passionnante qui pouvait être poussée encore plus loin. L’approche de William M. Finkelstein nous a donné un personnage solide et attachant, un personnage qui fait honneur au film original et qui peut plaire à un large public.

Entretien avec Peter Zeitlinger, chef opérateur de Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Depuis douze ans, vous avez tourné de nombreux films avec Werner Herzog. Comment s’est passé le tournage de Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans?
C’était le premier film que Werner tournait dans une grande ville américaine, cela a donc été une expérience nouvelle. C’était aussi la première fois que nous travaillions avec un équipement aussi sophistiqué. J’ai l’habitude de travailler avec de grandes équipes, contrairement à Werner, et cela a représenté plusieurs défis pour nous deux.

Entretien avec Toby Corbett, décorateur de Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Comment était-ce de créer des décors pour Werner Herzog ?
Werner Herzog a été à mes débuts une de mes influences majeures. Pour moi son approche est celle d’un documentariste, par opposition à mon expérience et mon travail qui est plus porté sur la narration. Ses univers découlent de la réalité qu’il crée, et mon travail était, à travers les décors, de l’aider à définir les personnages et les différents endroits du film.