Genres : Guerre, Drame, Historique - Durée : 2H27 mn
Sortie en salles le 22 Février 2012 - en VOD/DVD le 22 Juin 2012
Presse ★★★
Spectateurs ★★★

Les chevaux et leurs entraîneurs

Le casting des acteurs de Cheval de Guerre était crucial, mais celui des chevaux l’était tout autant, car ce sont eux qui devaient combler le fossé entre les espèces, établir un rapprochement entre le cheval et l’homme pour placer le public dans une perspective inédite. L’allure impressionnante des chevaux frappe l’imaginaire des réalisateurs depuis les débuts du cinéma – les premières images animées qui furent tournées montraient des chevaux au galop. Au cours du siècle dernier, le cheval a gardé un rôle important dans les films, souvent en toile de fond des westerns, mais aussi au premier plan de classiques comme Sarah, L’étalon Noir et Pur Sang, La Légende De Seabiscuit.

Aucun film avant Cheval de Guerre n’avait été aussi tributaire des capacités expressives des chevaux ou ne s’était penché sur l’histoire inédite de leur sacrifice pendant la guerre. Il était donc primordial pour spielberg de trouver des dresseurs dévoués et des animaux sensibles, afin qu’ils s’engagent en toute sécurité dans le projet et que les chevaux livrent un jeu authentique et très expressif. Finalement, une large troupe équine fut créée, incluant plus de cent chevaux placés sous l’égide du chef dresseur Bobby Lovgren, qui avait déjà travaillé avec les chevaux de Pur Sang, La Légende De Seabiscuit et est connu pour repousser les limites de l’art du dressage. lovgren recruta à son tour des dresseurs en Australie, en Espagne et aux États-Unis, ainsi qu’une équipe de palefreniers et de soigneurs, des manutentionnaires, des transporteurs, un vétérinaire et même une équipe pour le maquillage, le pelage et les crins des chevaux – tous supervisés par Barbara carr, représentante de l’American Humane Association.

explique : “Bobby et son équipe ont littéralement accompli des miracles avec les chevaux du film. Depuis le début, j’avais insisté sur la sécurité des chevaux. Bobby y a veillé. L’autre personne importante pour moi était Barbara Carr, la représentante de l’American Humane Association, présente pour tous les plans. Je lui avais donné carte blanche pour tout arrêter si elle sentait que l’un des chevaux n’était pas à la hauteur des défis ou si elle pensait qu’ils pourraient être blessés. J’ai souhaité qu’elle assiste à toutes les scènes d’action et de cascades des chevaux, qu’elle soit présente aux répétitions lorsque nous bougions au ralenti, pas à pas, et qu’elle dise si elle pensait qu’il y avait un danger quelconque.”

À la lecture du scénario, Bobby Lovgren a été touché par ce portrait inédit des animaux en temps de guerre et par la constance affective de Joey mais il s’est aussi rendu compte que le travail serait ardu pour lui comme pour ses chevaux. Il avoue : “Au début, c’était un vrai casse-tête rien que d’y penser. Les chevaux ont tellement d’interactions différentes avec tellement de gens dans cette histoire et notamment dans les scènes de combat, que cela promettait d’être très difficile pour n’importe quel animal – et même pour les humains ! Mais nous avons commencé par être très consciencieux en termes de sécurité et nos dresseurs ont accompli des choses exceptionnelles. Aucun cheval n’a été blessé sur le tournage. Lorsqu’on les voit boiter dans le film, ils ont été dressés pour.”

Quatorze chevaux différents ont été utilisés pour incarner Joey dans son évolution de poulain à cheval adulte. Ils devaient reconstituer tous ensemble le portrait d’un seul cheval un peu naïf qui devient aussi noble, loyal et courageux que le jeune homme qui l’a dressé. Parmi ces chevaux, il y avait Finder, le propre cheval de lovgren (qu’il a acheté après l’avoir dressé pour Pur Sang, La Légende De Seabiscuit) qui a assuré les plus importantes scènes de jeu de Joey. lovgren dit de ce cheval, qu’il adore : “Finder a une capacité troublante à exprimer ses sentiments. Il y a eu deux scènes particulièrement délicates pour un cheval : celle où Joey est pris dans une clôture de fils barbelés – en fait du plastique pour qu’il n’y ait aucun danger pour les chevaux – et celle où Topthorn se débat et que Joey prend ses rênes pour essayer de le tirer. C’était très important que ces scènes dégagent de l’émotion mais c’est plutôt difficile d’y parvenir avec un cheval ordinaire. J’ai eu vraiment beaucoup de chance d’avoir Finder parce qu’il a une personnalité qui le rend attachant et crée un impact émotionnel sur le public.”

Quatre chevaux différents se sont partagé le rôle de Topthorn, ami et rival de guerre de Joey, mais dans la scène la plus forte, il est joué par un cheval très particulier baptisé George. Barbara carr se souvient de cette scène : “George devait rester immobile pendant que Finder, qui jouait Joey, s’approchait de lui. Les chevaux étaient tous les deux parfaitement bien dressés et calmes durant toute la scène. Steven avait un plateau silencieux. Personne ne bougeait. Il a si bien expliqué à tout le monde ce qui allait se passer que les chevaux n’étaient absolument pas stressés. C’était encore un grand moment d’émotion, l’équipe entière pleurait.” ali Bannister a été chargée de la conception de l’apparence de Joey, et la chef maquilleuse équine, Charlie Rogers, s’est assurée que les différents Joey étaient bien tous semblables. Elle explique : “Chacun des chevaux incarnant Joey était dressé pour des actions spécifiques mais ils devaient tous se ressembler. Chacun d’eux devait porter les quatre balzanes blanches au bas des jambes et la marque en-tête en forme d’étoile blanche sur le front. Cela prenait quarante-cinq minutes pour maquiller un cheval – et ils avaient tous un tempérament différent. Il m’a fallu beaucoup de patience !”

Barbara Carr a adoré voir l’équipe de Bobby Lovgren si bienveillante envers les animaux. Elle raconte : “J’étais présente à chaque séance de dressage. Je les observais apprendre certains regards et adopter des comportements auxquels les hommes peuvent s’identifier, ce qui est un apprentissage très difficile. Je les voyais s’accoutumer au fait d’être rasés pour arborer l’étoile blanche sur leur front. Au bout du compte, les chevaux s’habituaient à tout ça.”

Les chevaux se montraient souvent aussi enthousiastes dans les scènes que les acteurs, notamment lors des charges de cavalerie. Barbara carr raconte : “Les chevaux étaient ravis de galoper. Nous avions du mal à les arrêter parce que cela leur plaisait de courir tous ensemble telle une horde immense et c’était magnifique à voir.” Les acteurs ont trouvé que les chevaux s’accordaient parfaitement aux réactions humaines. , qui joue le capitaine Nicholls, raconte : “Pendant tout le film, j’ai remarqué que les chevaux sentaient ce que j’éprouvais. Ils ressentent la peur, l’arrogance et la paix intérieure. Lorsque je me sentais calme, ils étaient détendus et quand j’étais nerveux, ils devenaient agités.”

, qui joue le rôle de Waverly, ajoute : “Nous nous sommes tous profondément attachés aux chevaux. Apprendre à les connaître et à les monter fut un très grand privilège.” a été très satisfait de la façon dont les chevaux se sont comportés en tant qu’acteurs. Il confie : “Je voulais que les chevaux jouent leur rôle aussi bien qu’ et . Et c’est ce qui s’est passé. Au cours du tournage, il y a eu des moments où les chevaux réagissaient d’une façon que je n’aurais jamais pu imaginer. Quand cela arrive, vous ne pouvez que vous incliner et remercier votre bonne étoile que ces chevaux aient une telle conscience des choses et qu’ils aient pu tout donner pour cet instant d’une intensité incroyable.”

La plupart des scènes de Cheval de Guerre ont été filmées avec des chevaux bien réels mais spielberg a utilisé un cheval animatronique pour certaines parties de la scène dans le No Man’s Land où Joey se retrouve piégé dans un entrelacs de barbelés. Bien des chevaux ont connu ainsi une fin tragique lors de la Grande Guerre. Neil Corbould, superviseur des effets spéciaux, a construit une réplique hallucinante et grandeur nature de Joey pour les besoins de la scène. Il commente : “Il était complètement robotisé et pouvait s’asseoir sur ses genoux. Nous avons creusé un trou de 1,50 mètre de profondeur et quatre à cinq marionnettistes enterrés dans le sol manipulaient le cheval.”

Néanmoins, pour le gros plan du visage de Joey, spielberg a utilisé Finder pour exprimer la profondeur des sentiments les plus intimes du cheval. , qui incarne le soldat britannique venu au secours de Joey, se souvient : “Le cheval animatronique était très réaliste. Il pouvait souffler l’air par ses naseaux et secouer la tête. Il ressemblait beaucoup à Joey mais rien ne valait le vrai !”

Le plus beau voyage est celui qui vous ramène chez vous.

Avec Cheval de Guerre, nous offre une aventure à grand spectacle, une formidable odyssée où se mêlent loyauté, espoir et ténacité. Ce film qui palpite du souffle épique des plus grands classiques du 7e art raconte l’histoire d’un prodigieux cheval en temps de guerre et du garçon qui ne cessera jamais d’avoir foi et confiance en lui. C’est un voyage exaltant qui explore les thèmes de l’amitié, de la fidélité et du courage, émaillé d’amples batailles et de folles échappées ; une odyssée évocatrice dans un monde en plein chaos. Peu importe leur cheminement ou leur apprentissage, le garçon comme le cheval vont de l’avant, guidés par leur ardeur et l’espoir de rentrer chez eux.

l’Odyssée d’un cheval pour rentrer chez lui

l’Odyssée d’un cheval pour rentrer chez lui

Comment raconter une histoire d’amour, de guerre, d’espoir et de courage qui se déroule dans plusieurs pays, lorsque votre personnage principal est un simple poulain de ferme en quête de douceur, d’amitié qui n’aspire qu’à rentrer chez lui ?

a immédiatement eu envie de relever ce défi lorsqu’il a découvert le roman de michael morpurgo, Cheval de guerre. Ce conte merveilleusement inspiré était d’une étoffe bien différente de celle de la plupart des livres. Toutes sortes d’histoires ont été racontées sur la guerre – des histoires de romance, d’héroïsme, de dilemmes moraux, de familles séparées qui surmontent les épreuves. Ici, c’était une histoire en temps de

Du roman à la scène, du théâtre au cinéma

Après de modestes débuts, Cheval De Guerre est devenu un classique de la littérature moderne familiale, une histoire du siècle passé qui parle de ce qui compte dans le monde actuel, puis une pièce de théâtre novatrice qui enflamma le public. Cheval de guerre trouve aujourd’hui une nouvelle incarnation grâce au cinéma. L’aventure a donc commencé sous la plume de michael morpurgo, romancier et auteur pour la jeunesse, qui voulait écrire un conte dénonçant les ravages de la Grande Guerre. Celle-ci est peut-être la plus méconnue du XXe siècle, alors qu’elle a laissé dans son sillage un monde à jamais métamorphosé et toute une génération obligée de se reconstruire sur des cendres. michael morpurgo avait cherché pendant longtemps un moyen original d’écrire sur la guerre. C’est en rencontrant un vétéran dans un bar qu’il le trouva – l’inspiration germa lorsqu’il écouta le récit de cet homme qui évoquait avec flamme non pas ses camarades soldats mais l’incroyable héroïsme des chevaux qui étaient avec eux au combat.

À la decouverte du casting

Pour choisir ses acteurs, spielberg s’est laissé guider par les personnages. Il a parcouru toute l’Angleterre à la recherche d’acteurs correspondant aux rôles, sans se préoccuper de savoir s’ils étaient ou non célèbres. commente : “Steven est connu pour faire de merveilleuses découvertes. Pour lui, faire ce film était une occasion en or de trouver un casting peu ordinaire parce que les rôles sont extrêmement variés. Et tous sont formidables.”

La charge de la cavalerie

La scène où Joey prend pour la première fois contact avec la guerre, en prenant part à l’une des dernières grandes charges de cavalerie contre les forces allemandes, a demandé énormément de travail avec les chevaux. Ces charges ont été la base de l’art de la guerre depuis l’époque des chevaliers mais ont pris fin lors de la Première Guerre Mondiale, lorsque la combinaison des barbelés et des mitrailleuses s’est révélée trop meurtrière pour les troupes à cheval. En 1914, près de 10 % des troupes britanniques faisaient partie de la cavalerie, ce chiffre est tombé à moins de 2 % en 1917.

Le Paysage comme un personnage

Outre les chevaux et les hommes, il y a dans chEval DE guErrE un troisième personnage d’importance : les paysages, des terres cultivées irrégulières et romantiques du Devon au No Man’s Land où les cieux sont brumeux et où la terre porte les marques des combats. Pour , chacune des étapes du voyage de Joey, de la ferme à la forêt jusqu’aux tranchées, est l’opportunité d’immerger le public plus profondément encore dans ce que vit le cheval – des expériences pour la plupart au-delà des mots.

Des uniformes... tout sauf uniformes

Les recherches historiques et les caractéristiques des personnages ont également inspiré le travail de la chef costumière, Joanna Johnston, autre collaboratrice de longue date de spielberg. Celle-ci s’était familiarisée avec l’univers militaire pour il faut sauvEr lE solDat ryan. Comme beaucoup d’autres membres de l’équipe, elle entretient des liens personnels avec la Première Guerre Mondiale. Elle précise : “Le frère de ma grand-mère a fait cette guerre et je gardais une photo de lui, juste avant qu’il ne monte à cheval, sa monture patientant et lui se retournant. Je l’ai tout de suite envoyée à Steven ; cette photo est devenue ma façon personnelle d’appréhender le film et a servi de base pour évaluer l’envergure des costumes.”

De bruit et de fureur

Le compositeur John Williams, cinq fois oscarisé, est l’un des collaborateurs de longue date de spielberg. Ses musiques de film riches et émouvantes sont parmi les plus reconnues de tous les temps. Outre la musique de Cheval de Guerre, Williams a composé cette année celle d’un autre film réalisé par , Les Aventures De Tintin : Le Secret De La Licorne. déclare : “C’est une année incroyable pour John parce que je pense que ces films sont deux de nos meilleures collaborations. Les musiques des Aventures de TinTin : Le Secret de la Licorne et de Cheval De Guerre sont diamétralement opposées car composées pour deux films radicalement différents, ce qui montre que John peut s’adapter à tout et qu’il est dans un état de grâce musicale permanent. Je ne sais pas comment il a réussi à composer les deux en un an... mais il l’a fait.”

L'héritage des chevaux de guerre

Au fil de l’histoire de l’humanité, les animaux ont accompagné les soldats dans la bataille, leurs instincts sauvages et naturels servant les ambitions humaines. Les premières unités militaires à cheval sont apparues vers 1000 ans avant J.C. en Assyrie. Hannibal, le général carthaginois conquérant, voyageait avec une phalange d’éléphants cuirassés. L’Empire romain entraînait des “cochons de guerre” dont la férocité était légendaire.
Remonter