Genres : Science-Fiction, Aventure - Durée : 2H22 mn
Sortie en salles le 21 Mars 2012 - en VOD/DVD le 18 Août 2012
Presse ★★★
Spectateurs ★★★

S'entraîner pour les jeux

À l’image des Tributs qu’ils interprètent, les jeunes acteurs du film ont dû se plonger dans le plus intense entraînement de leur vie pour se préparer à l’action très physique des Hunger Games. Ils ont acquis et renforcé leurs capacités durant un programme d’entraînement complet mais épuisant de 8 semaines juste avant que le tournage ne débute. Par-dessus tout, ils se sont plongés dans les situations psychologiques auxquelles leurs personnages sont confrontés, dans lesquelles chacun doit utiliser tout ce qu’il a – corps et esprit – pour espérer gagner. commente : « Il a fallu transformer nos acteurs, dont la plupart n’avait jamais joué de scènes d’action, en cascadeurs capables de tirer à l’arc, manier la lance et grimper aux arbres. L’entraînement a été un élément majeur pour rendre tout cela réaliste. Au final, nous n’avons que rarement eu recours à des doublures. »
Les coordinateurs des cascades Chad Stahelski et Allan Poppleton ont commencé par enseigner la chorégraphie des combats aux acteurs, avec un petit truc en plus. Chad Stahelski explique : « Gary ne voulait pas que l’action paraisse chorégraphiée, nous avons donc essayé de donner une impression plus spontanée, plus sauvage. Nous avons étudié chaque personnage et discuté de leurs capacités, de leurs niveaux d’énergie, de leur façon de bouger et en travaillant avec tous ces éléments, nous avons réglé les séquences d’action. »

Entretemps, l’entraîneur des cascadeurs Logan Hood a mis sur pied un programme de sport axé sur le fitness fonctionnel – utilisant tout depuis les haltères jusqu’aux pompes et aux tractions, en passant par grimper à la corde et le saut – chaque acteur ayant un programme d’entraînement sur mesure spécifique à son personnage. Cet entraînement comprenait également des éléments de free running, le sport urbain dernier cri, composé de mouvements libres et créatifs pour franchir toutes sortes d’obstacles.
Logan Hood explique : « L’entraînement devait être directement lié à la personnalité et au profil de leurs personnages. Nous n’étions pas tant intéressés par le fait de leur donner des corps de sportifs, mais plutôt par le fait de concevoir des prestations fluides et crédibles pour chacun des Tributs. »
Bien que soit naturellement athlétique, elle dit avoir travaillé dur pour mettre en valeur la grâce de Katniss au combat. Elle explique : « Comme je cours durant la moitié du film, j’ai énormément travaillé avec un entraîneur de course à pied. Toute la journée, je dévalais des montagnes et courais à travers la campagne et les broussailles, encore et encore. J’ai aussi beaucoup travaillé sur l’escalade, à la fois sur des murs spéciaux et sur de vrais arbres, mais aussi sur les cascades dans lesquelles je dois sauter et encore plus sur le tir à l’arc. L’entraînement a été très dur, mais aussi très amusant. »
confie : « J’ai eu un peu de mal à maîtriser la concentration nécessaire au tir à l’arc, mais cela s’est révélé très gratifiant lorsque j’y suis arrivée. »
Elle a appris à manier un arc traditionnel pour la chasse ainsi que l’arc recourbé, une variante des arcs des Jeux Olympiques actuels utilisée pour les Hunger Games. Elle déclare : « Le tir à l’arc est vraiment un sport mental, cela demande une concentration totale. Si on fait ne serait-ce qu’une chose de travers, on se fait fouetter par une corde à environ 160 kilomètres/heure et c’est douloureux ! Entre cette discipline et moi, c’est vraiment « Je t’aime, moi non plus ». Mais finalement, l’arc est devenu mon allié. »

Une partie du travail de cascade de dans les bois a consisté à affronter un mur de feu créé par le contremaître des effets spéciaux, Brandon McLaughlin, et le coordinateur des effets spéciaux, Steve Cremin, qui ont fabriqué des arbres en acier capables de supporter un incendie de forêt, plus tard intensifié par Sheena Duggal, superviseur des effets visuels. Brandon McLaughlin déclare : « L’idée de Gary était de faire en sorte que tout soit le plus réaliste possible. Du coup, au lieu d’une boule de feu de trois mètres qui défie toute réalité, il voulait une boule de feu d’un peu moins de deux mètres qui se déplace vers Katniss de manière à ce qu’on puisse vraiment la sentir. »
Lorsque le tournage a débuté, était prête à affronter n’importe quelle épreuve à laquelle Katniss serait confrontée. se souvient : « Jennifer était prête pour toutes les situations, elle a eu une très bonne attitude durant l’entraînement. Elle allait tous les jours à l’UCLA pour s’entraîner puis se rendait dans la Valley pour son entraînement pour les cascades, puis elle allait faire de l’escalade et enfin elle se rendait à Santa Monica pour prendre des leçons avec un archer olympique. Elle a travaillé très, très dur et lorsque nous avons commencé le tournage, elle avait acquis le sens et une maîtrise extraordinaire de toutes les capacités de Katniss. »

Bien qu’il pratique le sport depuis son plus jeune âge, a dû prendre près de sept kilos de muscles pour le rôle de Peeta. Il explique : « Il a fallu que je mange beaucoup et que je fasse de grosses séances de musculation cinq fois par semaine, avec beaucoup de lever de poids. L’entraînement était rigoureux mais ça a fonctionné. Et j’ai adoré courir, sauter, et les courses-poursuites. »
Logan Hood ajoute : « Josh a dû manger en quantité et suivre un programme intensif où il a soulevé et poussé des poids très lourds. Nous avons eu peu de temps, mais il s’est tout de suite investi. »
La musculation était une chose, mais acquérir la compétitivité nécessaire aux Jeux en était encore une autre. raconte : « Sur le tournage, il a fallu qu’on apprenne à faire la part des choses entre les moments où nous passions du temps entre nous et où nous devions être agressifs les uns envers les autres. C’était un changement assez drastique tous les jours, mais nous étions tous très volontaires et capables de jouer cela physiquement. »
La tâche d’, qui incarne le féroce Cato, n’a pas été particulièrement facile. Il l’admet : « L’entraînement pour les combats a été extrêmement intense. Je me suis entraîné, encore et encore, parce que je voulais vraiment être aussi doué que Cato. Ça a été une expérience géniale parce que j’ai appris plein de trucs cool comme plonger par-dessus des objets, faire des flips et plein d’autres choses. Je voulais que tout soit dans le film, parce que je n’avais pas envie que ce que nous avions appris soit gâché. »
a aussi subi un entraînement poussé pour jouer Thresh. « Je devais prendre environ neuf kilos, du coup j’ai suivi un régime protéiné rigoureux, j’ai fait des exercices de bodybuilding, je me suis entraîné à manier des épées, j’ai fait de la boxe et me suis entraîné au combat à mains nues durant deux mois. Mais j’adore ça, alors ça été super. »
Tous les acteurs ont été impressionnés par le résultat de leur investissement. , qui joue la Renarde, se souvient : « Nous faisions plein de trucs amusants comme des sauts périlleux, de la planche d’équilibre, du saut en hauteur et des courses d’obstacles. Mais d’un seul coup, on réalise qu’on est plus fort et plus endurant. »

Comme les Tributs, les acteurs ont également dû faire face aux difficultés d’un tournage au fin fond de la forêt, depuis des conditions climatiques extrêmes à la présence d’ours sauvages – ce qui n’était pas totalement une surprise, étant donné qu’ils tournaient dans une région de la Caroline du Nord connue pour avoir la plus importante densité d’ours noirs des États-Unis. raconte : « Parfois, on avait l’impression qu’on participait tous aux Jeux. On était réellement confrontés à des serpents, à des ours et à la foudre, et c’est quelque chose qui se ressent à l’écran. »
raconte : « Cela a parfois été violent. Il y a eu des pluies torrentielles, des inondations, une canicule, et puis un ours s’est aventuré sur le plateau de tournage. Mais ça a été une aventure humaine extraordinaire. C’était le premier ou le deuxième film de la plupart d’entre nous, et on se retrouvait là, jetés dans cet univers fou... Évidemment, nous avions tous de super histoires à raconter sur ce que nous avions fait pendant les grandes vacances ! »
Au bout du compte, souhaitait que le public ressente pleinement le mélange grisant de joie intense, d’adrénaline, de peur mortelle et de dilemmes moraux tandis que les personnages luttent pour survivre. Il savait qu’il ne pourrait y avoir aucune retenue, ni dans la pureté et l’intensité des émotions, ni dans l’implacabilité des décisions à prendre. résume : « La beauté du livre de , c’est de toujours être honorable et de ne jamais exploiter les situations ou céder à la facilité. Elle a réussi cela très adroitement, et Gary a tout fait pour rester fidèle à cette part de l’héritage de « Hunger Games ».
Pour , cet héritage a surtout pour but de pousser les jeunes générations à réfléchir sur la direction que prend le monde. À propos de l’impact qu’elle espère pour le film, elle a déclaré au New York Times : « Il est essentiel que les jeunes réfléchissent aux scénarios du futur de l’humanité, car ce sera à eux d’affronter ces défis. J’espère qu’ils vont s’interroger sur les similitudes entre certains éléments des livres et leur propre vie, qu’ils réfléchiront aux conséquences du réchauffement climatique, de notre dédain pour l’environnement. Mais aussi qu’ils répondront à des questions telles que : Que ressentez-vous en sachant que certaines personnes tiennent leur prochain repas pour acquis alors que tant d’autres meurent de faim dans le monde ? Que pensez-vous des choix de votre gouvernement, passé ou présent, ou d’autres gouvernements dans le monde ? Quelle relation entretenez-vous avec la téléréalité, et avec les informations ? Y a-t-il des aspects du livre qui vous ont dérangé parce qu’ils reflètent votre propre vie ? Et si oui, comment pouvez-vous agir ? Parce que vous savez quoi ? Même si elles ne sont pas de votre ressort, ces questions et leur résolution seront de votre responsabilité. »

Les Jeux

« La seule chose plus puissante que la peur, c’est l’espoir. » - Président Coriolanus Snow

Dans les cendres de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, les Hunger Games annuels sont sur le point de commencer. Katniss Everdeen, 16 ans, n’a qu’une chance infime de déjouer les effroyables pronostics. Comme la majeure partie du peuple de Panem, la jeune fille vit dans l’un des douze districts réduits en esclavage, gouvernés par un Capitole entouré de mystère, qui après des décennies de chaos et de guerre, maintient aujourd’hui le peuple sous la coupe d’une dictature sévère mais décadente. Tous les ans, le jour de la Moisson, chaque district doit choisir, via un tirage au sort ou la désignation de volontaires, un garçon et une fille pour le représenter lors de ce que le Capitole considère, à sa façon tordue, comme un magnifique divertissement démontrant son total contrôle, et offrant également à la population affamée un mince espoir auquel se raccrocher. Ce sont les Hunger Games : une compétition intense et mortelle qui oppose 24 combattants adolescents qu’on appelle les Tributs, diffusée en direct à la télévision jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un seul survivant… Une fois que l’on a intégré ces jeux, impossible de revenir en arrière.

Le phénomène Hunger Games

Bienvenue dans la réalité impitoyable de Katniss Everdeen, 16 ans, qui doit tenter de survivre, uniquement grâce à son intelligence et sa volonté, dans un monde futuriste, un monde à la fois riche de nouvelles technologies et apocalyptique, flamboyant et primitif, un monde étrangement dangereux qui est aussi un miroir révélateur du nôtre. HUNGER GAMES se déroule entièrement à travers le point de vue intimement personnel de Katniss et révèle comment cette fille de mineur, pion insignifiant dans une compétition télévisée mortelle, se transforme en une héroïne émouvante qui réalise qu’elle ne se bat pas uniquement pour protéger sa famille, mais pour des enjeux qui dépassent sa propre survie.

Panem selon Katniss

a d’abord été témoin de « l’effet Hunger Games » sur ses propres enfants. Il se souvient : « J’avais entendu des gens encenser « Hunger Games » et lorsque j’ai interrogé mes enfants à ce sujet, ils ont… « explosé » en quelque sorte, et ont commencé à m’en parler sans pouvoir s’arrêter. J’ai dû les empêcher de me raconter toute l’histoire. Leur enthousiasme était si contagieux que je suis monté à l’étage et que j’ai commencé à lire le roman. Et à 1 h 30 du matin, je me suis dit : « Il faut que je fasse ce film ». Ça s’est fait aussi spontanément que ça. »

Les personnages

Dans le District 12 :

Katniss : Elle devient une héroïne lorsqu’elle se porte volontaire pour prendre la place de sa sœur comme Tribut aux Hunger Games.
Gale : Compagnon de chasse, rebelle et meilleur ami de Katniss, il a le cœur brisé lorsqu’elle se porte volontaire et part pour les Hunger Games.
Peeta : Tribut masculin du District 12, il nourrit depuis longtemps des sentiments secrets pour Katniss.

A la recherche des participants aux Hunger Games

Dès qu’il a été question d’une version cinématographique de « Hunger Games », les spéculations sur le casting sont allées bon train, jusqu’à devenir un véritable phénomène sur Internet. Au milieu de cette agitation, l’équipe a commencé à réaliser à quel point les fans du livre étaient investis et voulaient voir un film auquel ils pourraient croire sur grand écran. déclare : « Il est devenu évident que chaque lecteur du livre avait sa propre idée de qui devrait incarner Katniss, Gale ou Peeta. Cela prouve l’attachement des gens à cette histoire, et j’ai trouvé cela incroyablement motivant. »

Concevoir les Hunger Games

La Conception visuelle

Tandis que les acteurs commençaient à se préparer pour leur aventure à Panem, et son équipe ont entrepris de créer visuellement le monde futuriste de . Tout a commencé avec le concept photographique du réalisateur : parcourir Panem à travers le point de vue subjectif de Katniss, tout comme l’avait fait dans son livre. Le réalisateur a concrétisé sa vision en collaborant avec le directeur de la photographie nommé aux Oscars Tom Stern, qui a récemment éclairé J. EDGAR de Clint Eastwood.

Petit guide de Panem et des 74èmes Hunger Games

Histoire :

La nation de Panem s’est relevée des décombres après que des événements apocalyptiques et une guerre mondiale ont presque détruit la vie telle qu’elle existait en Amérique du Nord. Au fil du temps, 13 Districts ont été soumis à un Capitole tyrannique s’accrochant aux derniers vestiges de la civilisation. Environ 74 ans avant ces Hunger Games, Panem a connu les prétendus « Jours Obscurs », une guerre mortelle déclenchée par les districts contre le Capitole. Ce dernier a repris le contrôle, anéantissant complètement le 13e District, et il a institué les Hunger Games dans le but d’intimider ses citoyens, en les berçant avec une forme de divertissement impitoyable, et en maintenant l’ordre chez les jeunes.

La saga littéraire

La trilogie est parue en France aux éditions Pocket Jeunesse

N°1 liste des best-sellers de USA Today
N°1 liste des best-sellers du New York Times
N°1 liste des best-sellers du Wall Street Journal

La Musique

Bande originale disponible chez Universal Republic Records

"DEEP IN THE MEADOW (LULLABY)"
Paroles de
Musique de T Bone Burnett et Simone Burnett
Interprétée par et

"FAREWELL"
Paroles et musique d’Evgueni Galperine
Interprétée par Evgueni Galperine et Mariana Tootsie
Avec l’accord de Mathieu Gerault

“HORN OF PLENTY”
Paroles et musique de Win Butler et Régine Chassagne

Notes de Tournage...

26 Décembre 2011 - Taylor Swift & Cie : on en sait plus sur la BO de Hunger Games

Alors que la jeune chanteuse Taylor Swift annonçait sur Twitter la semaine dernière sa participation à la bande son de Hunger Games postant au passage le morceau Safe and Sound qu'elle signe en collaboration avec le duo mélodique The Civil Wars, on en sait aujourd'hui un peu plus sur le score du film.



Pour cette adaptation très attendue de la spectaculairement tragique saga littéraire de , T Bone Burnett (compositeur, interprète et producteur notamment oscarisé pour son travail sur Crazy Heart) semble savoir s'entourer. Ainsi, en plus de la jeune prodige country (qu'il a muée en muse folk pour l'occasion) on pourra croiser le groupe Arcade Fire avec le titre "Horn Of Plenty" (renvoyant à la terrible Corne d’abondance trônant au coeur de l'arène des Hunger Games) ou encore The Decemberists avec le titre "One Engine".
Remonter