Notes de Prod. : La montagne aux bijoux

    en DVD le 25 Mai 2009

Interview du réalisateur

La Montagne aux bijoux est-il tiré d'un conte de tradition orale? Qu'est-ce qui vous a intéressé dans cette histoire?
Il était pour moi devenu une évidence, qu' une des meilleures utlilisations de la technique des marionnettes en animation était le domaine des contes. Alors, j'ai cherché partout pour dénicher "LE" conte. Un jour dans une des bibliothèques de Téhéran j'en ai trouvé un dans un recueil. J'ai appris qu'il s'agissait de contes anciens véhiculés par la tradition orale dont les auteurs étaient inconnus. J'ai été immédiatement séduit par cette histoire de montagne dont le sommet recélait des pierres précieuses n'était accessible par aucun chemin. De plus l'idée qu'un aigle y avait établi son aire me faisait rêver.

A partir du moment où vous avez pris la décision de l'adapter au cinéma, en avez vous transformé certains des éléments?
J'ai effectivement apporté quelques modifications à l'histoire. Dans la version originale, le garçon utilise son stylet pour soumettre l'aigle à un chantage afin qu'il accepte de le descendre de la montagne. J'ai imaginé une version différente: L'aigle, blessé par un chasseur revient à son nid, le garçon malgré tout le soigne et une amitié naît entre eux. Dans la version originale la mer et les grottes n'existaient pas. Je les ai imaginées et les ai ajoutées pour rendre l'atmosphère plus captivante.

Combien de temps ont duré la préparation et le tournage du film?
J'ai écrit le scénario en trois mois. La fabrication des marionnettes et des décors a pris six mois, puis, pour l'animation et la photographie il a fallu encore huit mois, enfin trois mois pour le montage et le mixage du son. Ceci fait un total de vingt mois.

A propos de la musique, on entend un mélange d'instruments orientaux et occidentaux. Pourquoi ce choix?
La musique fait partie des éléments qui donnent une identité au film. Lorsqu'on entend le son de cet instrument iranien qui est le "Santour" ou le "Tar", on peut deviner l'origine du film. Mais ces instruments iraniens n'étant pas suffisants par eux mêmes il a fallu la collaboration d'instruments occidentaux.