CommeAuCinema

Notes de Prod. : Laïcité Inch'allah

    en DVD le 06 Mars 2012

Actualités

29 Juin 2011 - obtient le prix international de la laïcité

Le film Laïcité Inch'Allah, initialement baptisé Ni allah, ni maître a obtenu mercredi le prix international de la laïcité, récompensant une oeuvre qui a défendu et promu la laïcité, a déclaré la réalisatrice à l'AFP par téléphone.
" Je suis ravie d'avoir reçu ce prix honorifique et j'espère que ça va servir à faire parler du film ", a indiqué la cinéaste tunisienne contactée par téléphone depuis Tunis.

Le prix est décerné chaque année par le comité Laïcité République.

Dimanche un groupe d'une centaine de salafistes étaient entré en force cinéma Africart du centre de Tunis, brisant les portes en verre et molestant plusieurs personnes pour empêcher la projection du film. Six d'entre eux avaient été interpellés

Mardi, la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation d'islamistes venus réclamer leur libération devant le palais de justice de Tunis et a interpellé 21 manifestants.

" C'est un film qui appelle à la tolérance contrairement à tout ce qu'on dit ", insiste la cinéaste qui reste optimiste, " peut être que dans le secret des urnes, les Tunisiens voteront pour la laïcité ", ajoute-t-elle.

Le comité Laïcité République décerne deux prix de la laïcité, national et international, depuis 1993. Parmi les personnalités récompensées: Isabelle Adjani, pour son rôle dans La Journée De La Jupe et l'Iranienne Marjane Satrapi pour la réalisation de Persepolis.

Le film sortira en France le 21 septembre prochain.

26 Juin 2011 - Tunisie: des islamistes tentent d'empêcher la projection d'un film sur la laïcité

Une cinquantaine d'islamistes ont tenté dimanche d'empêcher par la force la projection à Tunis d'un film de la cinéaste tunisienne , intitulé Ni Allah, Ni Maître qui parle de la place de la laïcité en Tunisie, a constaté un journaliste de l'AFP.
Le film a finalement été projeté avec une heure de retard après la dispersion des manifestants par les forces anti-émeutes. Un important dispositif policier a été déployé autour de la salle jusqu'à la fin du spectacle.

Les manifestants ont scandé des slogans proclamant : " la Tunisie est un Etat islamique " ou " le peuple veut criminaliser la laïcité ", avant de briser les portes en verre de la salle en plein centre de Tunis et de pénétrer à l'intérieur.

Le directeur de la salle Habib Belhedi a dit à l'AFP avoir été agressé " par deux barbus " qui l'ont saisi et lui ont aspergé le visage du contenu d'une bombe lacrymogène.

La police est ensuite intervenue pour disperser les manifestants et a interpellé trois ou quatre d'entre eux qui étaient dans la salle, sous les applaudissements des personnes venues assister au spectacle.

La projection du film s'inscrivait dans le cadre d'une manifestation organisée par le collectif Lam Echaml (réunion de tous en arabe), pour dénoncer les agressions verbales et physiques subies par des artistes tunisiens.

Un membre du collectif a indiqué que des cinéastes présents avaient été menacés. " C'est pour cela que nous faisons cette manifestation, pour défendre la liberté d'expression et de création, sinon c'est la mort de la société ", a-t-il dit.

" Ce n'est pas normal que des citoyens tunisiens décident de venir ici empêcher la projection d'un film ", a déploré Fares Belhassen, président de l'ONG Tunisie Tolérance.

" C'est contre la démocratie et on s'est justement battus le 14 janvier pour cette démocratie ", a-t-il ajouté, faisant allusion à la date du départ de l'ex-président Ben Ali, chassé par une révolte populaire.

" Nous nous sommes habitués à ce que l'affrontement ait lieu entre les islamistes et le gouvernement ", a analysé Béchir El Fani, le père de la réalisatrice. " Maintenant, les islamistes visent les 'non islamistes'. Il faut s'y habituer. L'essentiel, c'est de ne pas céder" , ajoute-t-il l'air sérieux et souriant.

La cinéaste , auteur du documentaire Ni Allah, Ni Maître, était absente, se trouvant en France car elle est malade, a indiqué M. Belhedi.

Depuis une projection de son film fin avril à la clôture du festival de Tunis et la diffusion d'un reportage sur elle sur une télévision tunisienne, est la cible des islamistes qui appellent sur Facebook à la couvrir de " dix millions de crachats ".

Elle avait déclaré à l'AFP, lors de la présentation de son film à Cannes dans le cadre du Marché du film, que celui-ci "fait peur" aux intégristes.

Note d'intention de Nadia El Fani

Durant le montage de mon précédent film documentaire, Ouled Lenine, j'ai cherché les traductions de l'Internationale. En les écoutant attentivement, je me suis aperçue que dans la version arabe, le début du second couplet : "il n'est pas de sauveur suprême, Ni Dieu ni César ni tribun..." n'avait pas été traduit littéralement mais remplacé par une phrase sans rapport avec la version originale.