Le Monde de Némo

Le Monde de Némo

Film à partir de 4/6 ans
Genres : Animation, Jeunesse - Durée : 1H41 mn
Sortie en salles le 16 Janvier 2013 - en VOD/DVD le 24 Avril 2013
Presse
Spectateurs
Sortie en salles le 16 Janvier 2013 - en VOD/DVD le 24 Avril 2013
Film à partir de 4/6 ans

Les Personnages

Nemo poisson clown à deux bandes (Amphiprion Bicinctus) :
Nemo est un tout jeune poisson curieux qui vit seul avec son père, Marin. Surprotégé, il a vécu toute sa vie dans un cocon, et ne rêve que d'aventure. Il déborde d'enthousiasme à l'idée d'aller à l'école et de découvrir enfin les merveilles de la Grande Barrière de corail. Son tempérament intrépide va être servi : capturé et emmené loin de chez lui, il va apprendre beaucoup de choses sur lui-même et sur son père…

Bruce grand requin blanc (Carcharodon Carcharias) :
Avec ses deux potes requin, Bruce, est conscient d'avoir pris un mauvais départ avec les autres poissons et voudrait bien troquer son image de "gros goinfre stupide" contre celle d'"ami des poissons". C'est pour cela qu'il s'est inscrit aux Végétariens Anonymes…La dernière étape de son programme de guérison consiste à devenir ami avec Marin et Dory. Mais attention : chassez le naturel… et il revient à la nage.

Crush tortue verte (chelonia mydas) :
Crush est imbattable pour ce qui est de naviguer dans les courants. Cette tortue marine va même réussir l'exploit de se précipiter au secours de Marin et Dory, aux prises avec un banc de méduses. Sous sa carapace bat un coeur d'or.

Dory chirurgien bleu (paracanthurus hepatus) :
Dory est le charme aquatique incarné. Bavarde invétérée, elle vous raconterait volontiers sa vie… Si seulement elle s'en souvenait ! Malheureusement, la pauvre souffre d'une amnésie constante. Curieuse partenaire, Dory accompagne Marin dans sa quête et son optimisme sera précieux… Elle est toujours là pour tendre une nageoire secourable, et avec elle, la bouteille est toujours à moiti pleine !

Marin poisson clown à deux bandes (Amphiprion bicinctus) :
Marin, le timide père de Nemo, vit reclus au fond d'un abri de corail. Après avoir perdu tous les siens sauf Nemo, il s'est juré que jamais rien n'arriverait à son garçon. Père aimant, mais su protecteur, il essaye tant bien que mal de l'élever. Lorsque Nemo est capturé, Marin se jette dans l'aventure de sa vie…

La 3D : Sous la mer comme si on y était

Aujourd’hui, LE MONDE DE NEMO va être redécouvert par toute une nouvelle génération d’enfants qui ne l’avaient jamais vu en salles. Et nombre d’adultes se feront un plaisir de les accompagner. Pour le réalisateur , deux fois lauréat de l’Oscar du Meilleur film d’animation (pour LE MONDE DE NEMO et WALL.E), la conversation 3D de son film est tout simplement bluffante : “Regarder en 3D les premières minutes de NEMO, c’est vous donner l’impression que vous n’avez jamais vu le film auparavant. J’en ai eu le souffle coupé, comme si j’étais vraiment sous l’eau. Les moments d’effroi se sont révélés plus intenses, et les scènes qu’on voulait jolies graphiquement se sont montrées encore plus belles. Au final, je crois qu’on est davantage happé par l’histoire car chacune des séquences qui la composent se trouve maintenant sublimée.”

Le poisson qui sommeille en nous

observe : “ a créé un film qui nous offre quelques-uns des personnages les plus attachants jamais créés par Pixar. Etant moi-même père de cinq garçons, c’est une histoire qui me va droit au cœur. LE MONDE DE NEMO fait appel à des valeurs humaines communes d’affection et de motivation. Bien qu’il s’agisse de poissons, beaucoup de gens vont se reconnaître ! La relation père-fils est évoca- trice pour chacun, la première fois où l’on emmène son enfant à l’école aussi... Ce sont des choses que tout le monde comprend.”

Une idée qui fait des vagues

L’idée du MONDE DE NEMO est née des souvenirs d’, le scénariste et le réalisateur du film. Aussi loin que sa mémoire remonte, il se rappelle parfaitement l’aquarium de la salle d’attente du dentiste familial... Souvent, lorsqu’il attendait, il se demandait si le lointain foyer de ces petits poissons multicolores leur manquait, s’ils avaient une famille, s’ils n’avaient pas envie de s’évader... Bien des années plus tard, en 1992, alors que TOY STORY n’est encore qu’un projet, une visite au Marine World va marquer une nouvelle avancée dans sa réflexion. Fasciné par l’univers sous-marin et sa richesse visuelle, commence à imaginer le moyen de la restituer en imagerie numérique.

Les courants d'inspiration

Si Pixar a donné jusqu’ici naissance à des jouets, des monstres, des rats gastronomes, des petits robots... créer des poissons s’est révélé extrêmement difficile. Dans leur démarche de création, les réalisateurs se sont inspirés tour à tour de visites à des aquariums, de plongées à Monterey et Hawaii, et de conférences données par un ichtyologiste –un scientifique spécialisé dans l’étude des poissons. Outre le visionnage de très nombreux documentaires, les cinéastes ont également installé leur propre aquarium chez Pixar. Les animateurs pouvaient aller ainsi chercher l’inspiration à la source, en regardant évoluer les chirurgiens bleus, les grammas royaux, et les autres espèces que l’on retrouve dans le film.

Tout baigne au pays des poissons

À nouveau type d’acteurs, nouveaux challenges ! Le superviseur de l’animation Dylan Brown et ses deux directeurs de l’animation, Alan Barillaro et Mark Walsh, ont guidé une équipe d’animation comptant entre 28 et 50 personnes. Avec une gamme de personnages allant d’une petite crevette, Jacques, à une énorme baleine bleue, ils ont beaucoup appris sur la locomotion des poissons et ont dû faire interpréter à leurs personnages tout un éventail d’émotions et d’actions alors qu’ils n’ont ni bras, ni jambes, ni même un corps traditionnel...

Le style visuel et la photo

Sur le plan visuel, LE MONDE DE NEMO est aussi séduisant du point de vue esthétique que novateur sur le plan technique. Le chef décora- teur Ralph Eggleston, lauréat de l’Oscar pour la réalisation du court métrage d’animation “Drôles d’oiseaux sur une ligne à haute tension”, et chef décorateur de TOY STORY, a conçu le style visuel global du film. Il s’est rendu en Australie pour visiter le port de Sydney, et a visionné d’innombrables documentaires du Commandant Cousteau, de National Geographic et de la BBC.
Remonter