Notes de Prod. : Rebelle

    en DVD le 01 Décembre 2012

Les Personnages

La Princesse Merida

Vive et passionnée, Merida est une princesse obstinée qui se bat pour avoir le droit de choisir son destin. Elle ne se sent complètement à sa place que lorsqu’elle court la campagne pour s’exercer au maniement de l’arc ou de l’épée – deux disciplines dans lesquelles elle excelle – ou lorsqu’elle chevauche son fidèle destrier, Angus, galopant à travers les magnifiques paysages des Highlands d’Ecosse. Cette jeune fille à l’esprit aussi indomptable que sa chevelure a cependant le cœur tendre, surtout quand il s’agit de ses trois petits frères.



En tant que fille du roi et de la reine, sa vie est faite de responsabilités et d’obligations, ce qui lui donne d’autant plus envie de préserver sa liberté et son indépendance. Mais lorsque Merida brave une très ancienne tradition, les conséquences s’avèrent désastreuses pour le royaume. Elle doit s’engager dans une course contre la montre afin de réparer ce qu’a entraîné son comportement imprudent, une aventure qui l’oblige à chercher à l’intérieur d’elle-même pour découvrir la vraie bravoure et sa véritable destinée.
Les artistes des studios d’animation Pixar ont pris les passe-temps très physiques de Merida en considération pour créer le personnage. Steve Pilcher, le chef décorateur, commente : « Nous étions conscients que Merida devait avoir de la force dans le haut du corps afin de bander son arc. Nous voulions ressentir cette puissance. C’est une archère émérite, pas une jeune fille classique. Elle est très physique et nous voulions que cela se voie. »
De la même manière que la force de Merida est perceptible à travers son physique, sa chevelure traduit elle aussi son caractère fougueux.
« La chevelure de Merida est sauvage et vivante, elle est un personnage à part entière. Je trouve que cela lui correspond tout à fait car ses cheveux sont indomptables, exactement comme elle. Sa mère essaye constamment de les peigner et de les rassembler sous une coiffe, mais c’est peine perdue. »
Kelly Macdonald, la voix (dans la version originale) de Merida

De la même manière, la garde-robe de Merida illustre la lutte acharnée que se livrent la mère et la fille. Pour Merida, les artistes de Pixar ont créé un style simple qui lui permet de monter à cheval confortablement et de pratiquer le tir à l’arc.
En revanche, sa tenue de cérémonie devait être contraignante afin d’illustrer les contraintes de la vie qu’Elinor voudrait qu’elle adopte. Tia Kratter, directrice artistique
des shaders, avait une idée bien précise pour la tenue royale de Merida. Elle raconte : « Je me suis rendue directement dans un magasin de tissus et j’ai cherché ceux que Merida détesterait le plus en tant que sportive, des tissus brillants, en satin, qui limitent les mouvements. »
Kelly Macdonald la première, a apprécié le fait que Merida soit un personnage qui ait du pouvoir et des opinions. Elle déclare : « Merida n’est pas une héroïne comme les autres. Je suis très fière de prêter ma voix au premier personnage principal féminin de Pixar. »

a décelé un vrai point commun entre Kelly Macdonald et Merida : « Kelly est pleine de vie, dynamique, elle a beaucoup de charme, d’esprit, elle est originale et cela fonctionne totalement pour Merida. C’est un personnage drôle et excentrique qui sait rire d’elle-même, mais qui possède également ce mal-être adolescent. Kelly Macdonald est l’âme de ce personnage, elle rend vraiment Merida attachante. »

Angus

Angus est le puissant cheval de Merida. Ce fier représentant de la race Clydesdale est aussi son ami et son confident. Noir comme la nuit, Angus n’a de blanc que le bout du nez et le bas des jambes.

Angus permet à Merida d’échapper à la vie au château et de s’enfoncer dans les profondeurs de la forêt au cœur des Highlands. Merida tire sur ses cibles perchée sur son large dos et est capable de l’attirer d’aventure en aventure par la ruse. Angus peut être entêté, obstiné et craintif parfois, mais il est surtout un ami dévoué et fidèle de Merida.
La directrice artistique des shaders, Tia Kratter, et son équipe ont passé de nombreuses heures à faire des expériences avec de la poussière et de la boue afin de répliquer le type d’éclaboussures produites par Angus alors qu’il galope à travers la forêt. Et tandis que la robe de Merida a subi la loi de la nature, Angus, lui, y a secrètement échappé. Tia Kratter explique : « C’est un magnifique cheval. Pour être honnête, il n’y a pas de boue sur ses boulets, nous n’en avons jamais mis. »

La Reine Elinor

Incarnation de la grâce, de la sagesse et de la force de caractère, la reine Elinor est toute dévouée au bonheur de sa famille et à la paix de son royaume. Mesurée, diplomate, elle est tout le contraire de son mari, l’impulsif roi Fergus, et elle porte le poids du royaume sur ses épaules.


Elinor s’efforce d’inculquer à Merida les connaissances et les bonnes manières d’un membre de la famille royale, et elle s’attend à ce que sa fille suive ses préceptes à la lettre. Mais l’avenir qu’elle envisage pour sa fille va à l’encontre de l’esprit rebelle de Merida et de son désir de tracer son propre chemin, ce qui met finalement Elinor face à des conséquences catastrophiques.

Steve Pilcher déclare : « Elinor est magnifique, mais elle est soumise à beaucoup de pression, ce qui est difficile à transmettre visuellement. Nous lui avons donc ajouté une mèche de cheveux blancs pour rappeler ce qu’elle a vécu. Cette femme a subi beaucoup de stress dans sa vie, la rébellion de sa fille n’est probablement que le sommet de l’iceberg. Ces non-dits et ces quelques imperfections rendent Elinor plus intéressante. »

Selon le chef décorateur, l’équipe chargé du design a étudié des tableaux représentant Lady Macbeth, entre autres héroïnes tragiques, et a incorporé les lourdes robes et les épais tissus qu’ils ont observés sur ces peintures au personnage d’Elinor afin d’illustrer le poids qu’elle porte sur les épaules. L’actrice Emma Thompson, qui prête sa voix à la reine dans la version originale, explique : « C’est cette attention aux détails et ces recherches très poussées qui font le succès de Pixar. J’ai été ravie qu’on me demande de travailler pour Pixar car leurs films sont des réalisations de génie, de véritables œuvres d’art. Et ce qui m’a donné envie de faire Rebelle, c’est que le film se déroule en Écosse. Je suis à moitié écossaise, et j’y passe trois à quatre mois par an. Pour moi, l’Écosse est la terre de la liberté, la terre des braves. Le paysage écossais est sublime et se prête à de grandes émotions. » L’actrice continue : « L’Écosse est véritablement un personnage du film. Les cinéastes ne se sont pas contentés d’ouvrir un livre. Ils se sont rendus sur place et ont passé du temps dans la région pour observer les paysages et les faire concorder avec l’histoire. Il y a un vrai lien avec la nature écossaise – ils l’ont adorée, comme tout le monde. »
Emma Thompson s’est également sentie très proche de son personnage. « La reine Elinor est un personnage que j’aime énormément car à une époque elle a été très fougueuse - la personnalité impétueuse de Merida lui vient non seulement de son père, mais également de sa mère - mais elle a réussi à mettre cette part de son caractère dans un tiroir fermé à double tour. Elles doivent toutes les deux définir quels aspects de la personnalité de l’autre elles peuvent accepter. »

assure : « Emma Thompson a parfaitement saisi l’essence d’Elinor. Emma fait partie de la famille royale du cinéma, elle savait exactement quoi lui donner. Elinor a des allures de reine, elle est royale et noble, mais en même temps, elle peut être leste et drôle. Elle peut être très sérieuse et théâtrale - puis lancer une vanne. C’est exactement notre reine. Emma donne à Elinor juste ce qu’il faut d’émotion, de truculence, de naturel et d’humour. »
Les animateurs filment souvent les acteurs lorsqu’ils enregistrent leurs répliques et ils incorporent parfois certains éléments de leur prestation physique aux personnages - des gestes subtils, des expressions, de petites manies. Emma Thompson se retrouve un peu physiquement dans Elinor : «J’adore la façon dont ils ont capturé mes sourcils pour le personnage. Ils me donnent toujours l’air interrogatif, un peu inquiet, et ils ont parfaitement saisi cela. »
L’actrice ajoute : «Rebelle est un film plein d’émotions, passionnant, aventureux et souvent très drôle, et pourtant ses émotions sont ancrées dans la réalité. L’équilibrage des ingrédients de l’histoire et son évolution émotionnelle, c’est du pur Pixar, c’est vrai et magnifique. Le film comporte tout ce que je recherche dans une histoire, notamment juste assez de magie pour créer des ennuis… »

Le Roi Fergus

Protecteur de son royaume et de sa famille, le roi Fergus est un héroïque guerrier vêtu d’une somptueuse cape en peau d’ours et armé d’une grande épée. Une blessure reçue lors d’un légendaire combat contre le démoniaque ours Mor’du l’a laissé avec une jambe de bois.


Son désir de revanche contre la bête qui lui a pris sa jambe fait de Fergus un chasseur d’ours féroce et déterminé - les trophées de chasse de toutes les tailles qui ornent le château en sont la preuve.
Steve Pilcher raconte : « Nous avons décidé dès le départ que Fergus serait costaud, puissant... et un peu soupe au lait. Son symbole, c’est l’épée. Elle représente à la fois l’attaque et la défense. Ils sont en temps de paix, mais l’équilibre est très instable, Fergus est donc toujours prêt à agir. »
Son visage plein de jeunesse et ses expressions joviales montrent que le roi possède également un côté plus tendre. Protecteur de son royaume et de sa famille, il éprouve pour son aînée, Merida, une grande fierté ; il lui a transmis son talent et sa passion pour le maniement de l’épée et le tir à l’arc. Billy Connolly, qui prête sa voix au roi, déclare : «Le courage est une part essentielle de notre vie à tous. Cela peut vouloir dire s’attaquer à quelque chose qui nous effraye et ne pas le montrer. Être un comique, ça peut être courageux, parce que cela implique de monter sur scène devant toute une foule et de faire un truc qui vous terrifie. »

La réalisatrice a su dès le départ que l’acteur serait parfait dans la peau de Fergus. Elle commente : « Billy Connolly était mon premier choix pour ce rôle. Il est à mourir de rire. Je voulais que Fergus soit hors du commun, une nature. Lorsqu’il parle, il est vraiment incroyable. Personne d’autre n’a une telle énergie. »
ajoute : « Billy est exactement comme Fergus dans le sens où c’est un homme qui aime la compagnie, un esprit plein d’humour et vif comme l’éclair, qui a une grande intelligence et qui raconte tout le temps des histoires. Les sessions d’enregistrement ont été tordantes - la vie imitait l’art.»
Billy Connolly avait beau être parfait pour jouer Fergus, l’acteur et humoriste a tout de même trouvé ce rôle complexe. Il explique : « C’était très amusant de doubler Fergus, pourtant d’une certaine manière, c’est la chose la plus difficile qu’on m’ait demandée. Le roi est un valeureux guerrier, il sait y faire avec un arc et des flèches. C’est un homme imposant, comme une montagne, mais il est en fait plutôt tendre et chaleureux à l’intérieur. » C’est cependant l’histoire de famille qui a le plus séduit l’acteur : « Pour moi, ce qu’il y a de plus attirant dans le film, c’est qu’il comporte de grandes vérités sur la famille. Bien qu’ils appartiennent à une famille royale, ils ont quand même cette relation familiale de mère, père et fille, et ce sont des gens de différentes générations qui voient les choses de manières différentes. Cela ressemble beaucoup à ma propre relation avec mes filles. Les pères et leurs filles ont plutôt tendance à très bien s’entendre, mais les pères sont totalement aveugles lorsqu’il s’agit de leurs filles. »

Les Triplés

Harris, Hubert et Hamish sont les trois petits frères jumeaux de Merida.
Ce trio de petites canailles rousses est toujours prêt à faire des bêtises ou à jouer des tours, surtout quand il y a des friandises à la clé…


Ils n’ont pas besoin de se parler pour se comprendre et communiquent via des sourires entendus, de subtils coups d’œil et des rires polissons. Le trio de fauteurs de troubles aime particulièrement se faufiler dans les passages secrets du château, et apparaître mystérieusement à travers les murs pour jouer d’habiles tours à tout le monde, notamment à leur père, le roi Fergus. Ils partagent un lien très fort avec leur grande sœur, Merida, qui fait partie des rares personnes à pouvoir les distinguer.
raconte : « L’équipe du film s’est tournée vers les triplés pour certains des moments les plus légers du film. Ils courent partout dans le château, causant le chaos et s’attirant des ennuis. Ils sont un fléau constant pour leur nourrice, dont ils subtilisent tous les cupcakes et toutes les tartes, s’échappant ensuite et disparaissant comme par magie dans les coins et recoins du château. »

Les Lords

Les trois seigneurs du royaume - Lord Dingwall, Lord Macintosh et Lord MacGuffin - sont les chefs de leurs clans respectifs. Indisciplinés, débordants de zèle, ils étaient autrefois en guerre les uns contre les autres, mais ils ont été unifiés par l’épée du roi Fergus. C’est à présent la reine Elinor qui assure la paix entre eux grâce à ses talents de diplomate et de politicienne avisée. Les clans sont convoqués au château DunBroch afin de concourir lors des Highland Games, mais les lords sont scandalisés lorsque Merida défie une tradition sacrée. Les clans retombent dans leurs habitudes belliqueuses, mettant en péril la paix fragile du royaume tout entier.

Lord Macguffin et le jeune Macguffin
Le costaud Lord MacGuffin est plein de muscles et de dignité. Il parle peu, mais lorsque sa voix grave s’élève, on l’écoute à travers le pays. Respecté, il est réputé pour être le lord le plus impartial et le plus raisonnable du royaume. Malgré tout, à l’image des autres lords, MacGuffin n’est pas opposé à une bonne bagarre ou à lancer un rire retentissant.
Le jeune MacGuffin baragouine un dialecte écossais méconnu incompréhensible pour la plupart des gens, mais c’est un rude gaillard dont la timidité est à la mesure de son format imposant. Être au centre de l’attention n’est pas son fort, mais il n’hésitera pas à se battre aux côtés de son père et de son clan lorsque l’occasion se présentera.

Lord Dingwall et Wee Dingwall
Bougon et coléreux, le très bagarreur Lord Dingwall ne laisse jamais sa petite taille l’empêcher de résoudre ses problèmes à coups de poing. Il n’est pas homme à tourner le dos à une bonne vieille bagarre ou à une vive empoignade, il n’a aucun scrupule à s’attaquer au plus robuste adversaire pour revendiquer sa position dans le royaume. déclare : «Dingwall est le plus courtaud, le plus âgé et le plus décharné des lords - un homme qui fut redoutable en son temps. Il ressemble au vieux type acariâtre qui s’installe sur son porche et crie aux enfants du voisinage : « Dégagez de ma pelouse ! ». Ça, c’est tout Dingwall. Wee Dingwall, son fils, est candide et maladroit. » Maigrichon et souvent perdu dans ses pensées, Wee (« petit ») Dingwall fait preuve d’un enthousiasme qui compense la petite taille dont il a hérité, mais son père emploiera son fils unique comme chien d’attaque lorsque le moment sera venu.

Lord Macintosh
Maigrichon, indigné et plutôt original, le chef du clan Macintosh est toujours à un poil de basculer dans l’hystérie. Son sourire féroce et son allure guerrière - le corps orné de peintures de guerre bleues et le torse bombé - annoncent qu’il est toujours prêt au combat, même s’il aboie plus qu’il ne mord... En tant que fils aîné d’un lord, le jeune Macintosh a tout pour lui - un physique d’athlète, un charme indéniable et de longues mèches qui font s’évanouir les jeunes filles sur son passage... Mais la vanité et des légions d’admiratrices peuvent également être une distraction quand il est question de remporter les Highland Games.

La Sorcière

Au fin fond de la dense forêt des Highlands, une étrange vieille femme vit dans un cottage sombre et délabré. Cette vieille chouette apparemment inoffensive, excentrique et plus toute jeune est spécialisée dans la taille au couteau de babioles, figurines et curiosités en bois. Mais elle est n’est pas ce qu’elle paraît. Lorsque Merida voit au-delà de son déguisement et découvre la sorcière qu’elle est vraiment, elle la supplie de résoudre ses problèmes par la magie. La Sorcière accepte à contrecœur, invoquant une formule magique hasardeuse, une énigme cachée à laquelle est lié le destin de Merida. Le chef décorateur Steve Pilcher explique : « Une large gamme d’éléments magiques ont été intégrés à la garde-robe de la Sorcière. Nous avons cousu des pierres runiques sur ses vêtements afin de représenter les superstitions qui l’entourent. De la même manière, elle porte une boucle d’oreille en forme d’os, une autre en forme de spirale celtique et un anneau. Tout cela renvoie vers une période historique, tout est cohérent et harmonieux de manière à ce que cela semble accessoire, mais cela demande en fait beaucoup de réflexion, d’organisation et de planification. »

Le Son des Highlands

« La musique de Rebelle soutient l’histoire et la formidable aventure de Merida. Elle donne vraiment le ton du film et souligne l’époque à laquelle se déroule l’histoire. Nous voulions recréer l’Écosse des temps anciens, et la musique ajoute véritablement une touche d’authenticité. »

Notes de production

« Certains disent que notre destin est lié à la terre, que celle-ci fait autant partie de nous que nous d’elle. D’autres racontent qu’il est tissé de milliers de fils, de sorte que chaque destin est lié à une infinité d’autres. Nous nous lançons en quête de ce destin, ou bien nous nous battons pour le changer. Certains ne le trouvent jamais. Mais d’autres s’en font une mission. » Merida

Un souffle né de la vie

Rebelle, de l'intime à l'écran

L’histoire de Rebelle possède une dimension très personnelle pour les réalisateurs. Ils se sont inspirés de leurs propres expériences familiales, et les ont combinées à leurs origines écossaises et à leur amour de ce pays. Forts de solides expériences dans la narration et la création de films, ils ont réussi à raconter un conte original, poignant et plein d’aventures palpitantes.

L'Écosse, un rêve plus vrai que nature

Repérage en Écosse et Création des décors

L’Écosse : des arbres de toutes formes et de toutes tailles au feuillage luxuriant semblent vous inviter dans des forêts magiques où des herbes sauvages, de la mousse et des lichens se mélangent aux broussailles ocres ; une brume argentée ondule à travers la forêt et s’étend sur un loch grandiose... Des rochers aux formes étranges ponctuent un paysage qui stimule l’imagination, et les falaises battues aux quatre vents sculptent des paysages maritimes inviolés et spectaculaires. Ces paysages qui ont fasciné plusieurs générations depuis les fenêtres des châteaux ont nourri l’imagination de nombreux conteurs à travers les âges, et aujourd’hui, ce sont les conteurs et artistes des Pixar Animation Studios qu’ils envoûtent.

Ne pas s'arrêter au possible

Innover pour mieux raconter

En 26 ans et 12 films innovants consécutifs, les studios d’animation Pixar ont mis la barre très haut dans le domaine de l’animation par ordinateur, s’imposant comme les maîtres dans l’art de raconter des histoires et de les porter à l’écran. déclare : « Dans Rebelle, nous avons repoussé nos limites en termes de cinématographie, d’éclairage et de photographie. Nous avons trouvé de nouveaux moyens de créer de la texture et avons atteint un niveau inégalé avec les personnages humains. Le film est d’une subtilité sans précédent dans son interprétation. »

La magie au service d'un mythe

Création des décors, logiciels, photographie et effets spéciaux

Pour représenter à l’écran les décors mystérieux et l’histoire imprégnée de magie de Rebelle, l’équipe du film a fait appel aux talents artistiques caractéristiques des studios Pixar. Des décors aux logiciels, en passant par la photographie et les effets spéciaux ou encore l’éclairage, les cinéastes ont à nouveau réussi l’impossible.