The Amazing Spider-Man

Un film de avec
Genres : Super-héros, Action - Durée : 2H16 mn
Sortie en salles le 04 Juillet 2012 - en VOD/DVD le 16 Avril 2014
Presse ★★★
Spectateurs ★★★

Les Effets Visuels

Sony Pictures Imageworks, qui s’était précédemment occupée des effets visuels de la trilogie Spider-Man pour le réalisateur Sam Raimi, supervise les effets visuels de The Amazing Spider-man. C’est Jerome Chen, superviseur des effets visuels nommé aux Oscars qui travaille chez Imageworks depuis sa création il y a vingt ans, qui a supervisé les effets de ce film.

En collaboration avec le réalisateur , Jerome Chen et son équipe ont mis au point un style visuel alliant naturellement cascades innovantes en prises de vues réelles et animation de personnages en images de synthèse, et intégrant harmonieusement les deux techniques dans de vastes environnements numériques. Imageworks a créé un grand nombre de personnages, d’environnements et d’effets visuels numériques parmi lesquels figurent Spider-Man, le Lézard, la tour OsCorp, notamment la flèche et l’important décor du toit, la Sixième Avenue de New York, les couloirs du lycée, la bibliothèque, les tunnels d’égouts sous New York et les nouvelles toiles de Spider-Man.
Pour Jerome Chen, la nouvelle représentation de Spider-Man par a haussé le niveau pour les artistes d’Imageworks. Il commente : « Marc avait une vision précise de l’univers de Spider-Man : un New York organique et naturaliste, un lieu sale, plein d’échafaudages et de vapeur. Il voulait que Spider-Man soit plus physique, qu’il réagisse à son environnement au lieu d’être une version stylisée du personnage. J’ai adoré son concept, mais je savais qu’un Spider-Man plus organique, plus naturaliste rendrait les effets visuels bien plus compliqués à réaliser, parce que l’imagerie de synthèse nécessiterait un niveau de sophistication visuelle plus important. Les images de synthèse auraient besoin de plus de détails de texture et de ton afin de s’intégrer à la photographie. Et, bien sûr, l’atmosphère naturaliste du film aurait un énorme impact sur la manière dont nous allions réaliser le méchant du film, qui est totalement créé par ordinateur : il devrait avoir l’air réel et être aussi concret et réaliste que le reste du film. »

La vision de ne s’est pas limitée au style de Spider-Man, elle s’est également appliquée à sa manière de se déplacer… qui est différente de ce que les spectateurs connaissent. Le superviseur des effets visuels explique : « Ce qui était vraiment important aux yeux de Marc, c’était que le mouvement soit naturel et physique, qu’une personne réelle puisse le réaliser. Il y a donc chez Spider-Man une dimension physique concrète dans la manière dont il réagit à la gravité. L’équipe de cascadeurs d’Andy Armstrong a travaillé dur pour suspendre Spider-Man avec une disposition et une géométrie des câbles lui permettant de se balancer correctement. Nous avons réussi à imiter cela, nous avons étudié la façon dont la gravité influait sur les cascadeurs, puis nous avons simplement augmenté ces données pour lui donner une portée plus importante. »
Par exemple, la scène de poursuite qui se déroule sous la voie aérienne de Riverside Drive illustre bien le mélange entre les véritables cascades et les effets visuels. C’est l’équipe d’Andy Armstrong qui a entamé le processus en réalisant des cascades. Jerome Chen raconte : « Nous avons intégré ces cascades réalisées à la caméra à des images de synthèse pour les plans plus larges, simplement parce que le mécanisme pour les sauts ne s’étendait pas assez loin. Le mouvement réel nous a servi de référence. »

De la même manière, l’équipe de Jerome Chen a réalisé l’animation en images de synthèse pour la scène sur le pont de Williamsburg lorsque les cascades n’étaient pas la meilleure solution, notamment pour la création du Lézard bien sûr, mais également pour des scènes sur fond d’incrustation ou celles avec un Spider-Man en images de synthèse lorsque cela était nécessaire. Les précédents films de , notamment le succès indépendant 500 Jours Ensemble, auraient pu laisser penser qu’il n’était pas la personne idéale pour réaliser un film avec des centaines de plans d’effets visuels, mais Jerome Chen assure que le film était entre de bonnes mains. Il déclare : « Marc avait une idée très précise des personnages et de la manière dont il allait gérer l’histoire d’amour entre Peter et Gwen, qui est au cœur du film. Mais ce qui m’a vraiment impressionné chez lui lorsque je l’ai rencontré pour la première fois, c’est qu’il avait l’aspect visuel du film à l’esprit, et les indications qu’il m’a données sur les effets, le mouvement du Lézard et celui de Spider-Man, étaient très précises. »

Le superviseur des effets visuels raconte également que le réalisateur fait une utilisation intéressante des techniques de prévisualisation. Alors que de nombreux réalisateurs utilisent la prévisualisation pour déterminer la part d’un décor qui doit être bâtie concrètement et celle qui doit être construite par ordinateur, ou quel objectif de caméra fonctionne le mieux pour un plan donné, ou encore pour définir les mouvements de caméra, Jerome Chen explique que a un autre but en tête. Il précise : « Ce n’est pas uniquement un outil technique pour lui, Marc utilise la prévisualisation de manière créative, pour explorer la totalité d’une séquence. Cela illustre ses intentions en matière de mouvement physique, d’énergie de la scène, de rythme émotionnel et d’intention dramatique. C’est une prévisualisation très complète et cela devient un fantastique point de départ pour la scène. »

Sur le tournage de Spider-Man

6 Décembre 2010 - Des parents et des méchants pour Spider-Man 4

Les acteurs (Le Come-back) et Julianne Nicholson (Little New York) incarneront les parents de Peter Parker alias Spider-Man dans le prochain film des studios Sony Pictures dédié à l'homme-araignée, annonce The Hollywood Reporter.

spider-man 4


(Slumdog Millionaire) se glissera dans la peau d'un nouveau méchant baptisé Van Atter. Ce dernier accompagnera le Lézard campé par (Good Morning England). Annie Parisse (Un Jour, Peut-être) prêtera ses traits à la femme du nouveau venu.

La Nouvelle Dimension d'une légende

Spider-Man, l’un des personnages les plus populaires au monde, est de retour sur grand écran pour un nouveau chapitre de la saga. The Amazing Spider-man nous fait découvrir une partie méconnue de la vie de Peter Parker et révèle une nouvelle facette du personnage.

Pour ces nouvelles aventures, il était très important aux yeux des cinéastes de révéler un Peter Parker inconnu des spectateurs. , qui réalise le film, commente : « De nombreux aspects de l’œuvre « Spider-Man » n’ont pas été explorés au cinéma. La perte de ses parents est le point de départ de la quête de Peter. J’étais curieux de savoir quelles conséquences psychologiques et émotionnelles cet événement tragique pouvait avoir eues sur lui. En fin de compte, c’est l’histoire d’un gamin qui part à la recherche de son père et qui se découvre lui-même. Bien sûr, il y a aussi la saga de Gwen Stacy – qu’on soit familier des comics ou pas, c’est une histoire extraordinaire. Et puis, évidemment, il y a le Lézard, l’un des méchants que je préfère dans les comics. Tout cela nous a fourni une solide base de travail. »

La Force de la réalité : Cascades et effets

Pour le réalisateur , explorer une nouvelle facette de l’histoire de Peter Parker impliquait de raconter l’histoire d’une manière différente, plus naturaliste. Il explique : « Je voulais que le plaisir, le spectacle, l’action, la colère et l’humour aient l’air plus réalistes, qu’en marchant dans la rue on puisse imaginer que cela se produise. » Par conséquent, les cinéastes ont choisi de créer The Amazing Spider-man en utilisant le plus souvent possible des éléments du monde réel et en ayant recours aux effets visuels uniquement en cas d’absolue nécessité.

Le New York de Spider-man

La ville de New York a toujours été un élément essentiel de l’univers de Spider-Man, et c’est particulièrement vrai dans The Amazing Spider-man. Le chef décorateur J. Michael Riva, récemment décédé, déclarait : « New York est un lieu charmant si on est prêt à se laisser charmer, mais cela peut également être une ville incroyablement triste si on est seul et isolé. Pour Peter Parker, elle est les deux, selon le moment du film. »

Le Look Spider-man

Créer un nouveau Spider-Man signifiait également créer un nouveau costume et de nouveaux lanceurs de toile. La chef costumière Kym Barrett déclare : « Nous avons essayé de créer un costume qui donne l’impression que Peter aurait pu le confectionner lui-même. Il était également important qu’il mette en valeur le physique élancé de Spider-Man et qu’il ait quelque chose qui rappelle une araignée. Je suis partie de l’idée que Peter Parker crée son costume sur son ordinateur. Marc souhaitait montrer un univers électronique dans lequel la technologie est partout, et notre costume de Spider-Man devait s’inscrire dans cet univers. Nous avons utilisé le physique d’ pour déterminer comment et où devaient passer les lignes du costume sur le corps afin qu’elles aient une forme géométrique quel que soit l’angle sous lequel on le regarde. »

Le Lézard

Jerome Chen et son équipe ont également supervisé la création du Lézard en images de synthèse, le méchant de The Amazing Spider-man et le personnage le plus complexe jamais réalisé par Imageworks. Le superviseur des effets visuels déclare : « C’est un méchant vraiment emblématique des comics. Nous sommes partis d’une magnifique sculpture réalisée chez Legacy. Notre Lézard mesure près de 2,75 mètres de haut, il est musclé et puissant, et possède une grande queue. Son visage est humanoïde, ce qui est important pour créer un lien avec son alter ego humain, le Dr Connors, interprété par . »

Dans la peau de Spider-Man : La 3D

The Amazing Spider-man a été tourné en 3D, et pour l’équipe du film, il s’agit d’un choix important. déclare : « La 3D ne convient pas à tous les films, mais elle est parfaite pour le nôtre. C’est un moyen supplémentaire mis à notre disposition pour plonger les spectateurs dans l’histoire. On voit le monde à travers les yeux de Spider-Man, on a l’impression d’être lui, les sensations n’en sont que plus fortes. Mais ce qui peut sembler surprenant, c’est que la 3D rend également les moments intimes encore plus intimes, je pense notamment à certaines scènes très émouvantes qui le sont encore davantage en 3D. Cela convient parfaitement à ce film. »

Le Saviez-vous ?

- 2012 marque le 50e anniversaire de Spider-Man. Le personnage culte du comic book Marvel a fait son apparition en 1962 dans le 15e numéro du magazine d’anthologie Amazing Fantasy (août 1962). Amazing Fantasy a pris fin avec ce numéro et les aventures de Spider-Man ont continué dans un nouveau magazine, The Amazing Spider-Man, dès 1963.
- est fan de Spider-Man depuis toujours. Il a le souvenir d’une vieille photo de lui, âgé de 3 ans, déguisé en Spider-Man pour Halloween.
Remonter