Genres : Super-héros, Action - Durée : 2H44 mn
Sortie en salles le 25 Juillet 2012 - en VOD/DVD le 28 Novembre 2012
Presse ★★★
Spectateurs ★★★★

Notes de production II

GORDON : Batman doit revenir.
BRUCE : Et s'il n'est plus là ?
GORDON : Il faut qu'il revienne. Il le faut.


Bruce Wayne a tenus sa promesse faite dans Batman Begins : reconstruire le Wayne Manor "exactement à l'identique". Mais pour son propriétaire, retiré derrière ses murailles imposantes, la demeure est devenue un refuge davantage qu'un foyer.
, coauteur de l'histoire de The Dark Knight Rises avec , explique que "nous avons souhaité cet intervalle de huit ans car il fallait suffisamment de temps pour que la légende de Batman se soit estompée quelque peu, et nous voulions que Bruce Wayne lui-même ait disparu derrière un voile de rumeurs et de mystère".
, qui reprend pour la troisième et dernière fois le double rôle de Wayne et de Batman indique : "Bruce se sent terriblement isolé depuis la tragédie qui lui a fait perdre la femme qu'il aimait, Rachel, et le terrible tour que les événements ont pris et ce qui est arrivé à Harvey Dent. Il ressent une grande culpabilité car s'il n'avait pas choisi d'être Batman, rien de cela ne serait arrivé. Ses croyances ont été ébranlées et ça l'a affecté émotionnellement et physiquement. Mais combien de temps peut-il laisser la douleur du passé prendre le pas sur le présent ? Et à quel moment un tel comportement devient-il autodestructeur ?"
Nolan remarque qu'en abandonnant l'apparence de Batman pendant toutes ces années, Bruce a en quelque sorte sacrifié ses deux identités: "Nous retrouvons un homme qui n'a plus de mission à accomplir, même si cela avait toujours été le but".
"En apparence, Gotham est devenue telle que l'espérait Bruce
", ajoute Thomas, "mais parce que tout cela repose sur un mensonge, rien n'est aussi simple. 'Fais attention à ce que tu désires', dit l'adage, car sans Batman, Bruce n'a plus de sens à donner à son existence".
"La raison pour laquelle j'ai toujours été attiré par le personnage de Batman
", explique Nolan,"c'est que c'est un super héros qui n'a pas de super pouvoirs, hormis son extrême richesse. Ce qui explique sa nature extraordinaire, c'est sa grande motivation et sa vocation sans limites, ce qui fait de lui un individu très crédible".
"Ce qui est génial avec ce personnage, c'est que ce à quoi on peut s'identifier le moins est son statut de milliardaire. Avoir ce genre de moyens, c'est quelque chose que la plupart des gens ne peuvent même pas imaginer. Mais tout le reste est très vraisemblable d'un point de vue émotionnel
", reprend Bale.
"Cela a été très gratifiant de voir Christian prendre en compte l'évolution de son personnage au cours de ces trois films", ajoute le réalisateur. "Il prend toujours très à cœur d'être au plus près de son personnage et je pense que ça se voit particulièrement bien dans ce film, où il donne vraiment à voir que Bruce est plus âgé mais pas nécessairement plus sage. Il s'agit là d'une interprétation très nuancée, et c'est ce que nous offre systématiquement un acteur aussi talentueux que Christian".
En dépit de l'absence apparente de Bruce Wayne, les citoyens les plus influents de Gotham se sont réunis au Wayne Manor pour une opération caritative lors d'une célébration à la mémoire d'Harvey Dent. Il s'agit là d'un parfait terrain de chasse pour l'audacieuse et féline Selina Kaye, la cambrioleuse au charme félin. Sa rencontre avec Bruce Wayne va produire sur ce dernier un effet inattendu.
"Ce qui touche vraiment Bruce, c'est qu'après des années de solitude, il rencontre cette femme qu'il trouve fascinante et drôle", relève Bale. "Il réalise tout à coup qu'il cherche quelque chose, même inconsciemment, que sa vie est devenue complètement terne et qu'il a besoin de contact humain."
le confirme : "Je pense que Bruce doit beaucoup à Selina car il menait une vie complètement retirée jusqu'à ce qu'elle débarque : grâce à elle, son cœur palpite, et elle lui rappelle qu'il y a des gens drôles à l'extérieur, dans le monde. Ce que les fans ont toujours adoré chez Bruce et Selina, c'est le côté taquin et joueur de leur relation. Ils ont beau agir de façon différente, ils ont en fait beaucoup en commun : ils aiment que certaines choses restent secrètes, ils sont généralement en avance sur tout le monde et ils préfèrent s'habiller en noir", ironise-t-elle. "Je me suis vraiment amusée en travaillant avec Christian. Il est toujours prêt à rigoler et passer un bon moment, mais il est aussi très solide. Il fait partie de ces acteurs qui vous donnent des ailes".
Donner la réplique à n'est pas la seule raison pour laquelle la comédienne était enthousiaste à l'idée d'incarner, comme elle l'appelle, "l'un des plus célèbres personnages féminins de BD jamais crées". "J'ai regardé de vieilles BD et lu pas mal de choses sur les sources d'inspiration de Bob Kane pour Catwoman", poursuit-elle, "mais le plus important était d'être Catwoman dans ce film et de s'intégrer au Gotham de . Je suis complètement fan de son travail. Avec Batman il a su soulever des questions philosophiques très intéressantes, tout en tournant de spectaculaires scènes d'action et en y instillant de l'humour. C'était un plaisir sans fin de jouer avec quelqu'un de si brillant et talentueux."
Comme le précise Nolan : "Nous avions besoin de trouver un juste équilibre entre l'image classique du personnage et quelqu'un de vraisemblable auquel on s'attache. Choisir pour ce rôle était la clé. Elle est capable de concilier ces différentes facettes de façon homogène pour qu'elles n'entrent pas en conflit mais plutôt qu'elles se renforcent mutuellement".
"Je pense que Selina fait ce qui est nécessaire pour survivre
", raconte , "et cela implique de franchir des limites que d'autres pourraient trouver impardonnables. Même si elle veut changer, il est difficile d'échapper à son passé. Et elle a un passé. Cela la rend vulnérable, particulièrement à notre époque où quiconque possède un smartphone ou un ordinateur peut trouver pratiquement n'importe quoi sur n'importe qui. On a tous des moments dans la vie où on se dit 'Si j'avais su ça à l'époque…'; Selina aimerait peut-être ne pas avoir à vivre en fonction des choix qu'elle a été forcée de faire jusqu'à présent".

Bane, lui, n'a pas de remords. Tout ce qu'il fait est un moyen pour atteindre une fin. "Bane est là pour faire un travail et n'éprouve aucun sentiment de remords ou de honte quant à la douleur et à la mort qu'il sème autour de lui", confirme . "Il n'y rien d'ambigu à son sujet, il est clairement le méchant… vraiment un sale type".
Peut-être moins connu que Catwoman, Bane est pourtant tristement célèbre chez les fans de la BD "Batman" pour les terribles blessures qu'il inflige au vengeur masqué. Nolan, qui venait de travailler avec Hardy sur Inception, savait que ce dernier pouvait arriver à projeter une très forte menace, physique comme psychologique, et ce tout en ayant à jouer derrière un masque. "Quand vous créez dans un film une présence monstrueuse comme Bane, vous pouvez vous concentrer uniquement sur le côté physique ou vous focaliser davantage sur la dimension psychologique. Avec Tom, je savais que je pouvais avoir le tout. C'est un acteur incroyable, il a été capable de camper cette créature monstrueuse qui possède des aptitudes exceptionnelles au combat, mais aussi de transmettre l'âme de quelqu'un d'abîmé intérieurement comme il l'est extérieurement. Tom est le genre d'acteur à savourer le défi de devoir interpréter le personnage avec l'essentiel du visage dissimulé. Ce qu'il est capable de faire avec son regard est stupéfiant".
Hardy déclare que le masque n'était pas dissuasif à partir du moment où il s'agissait de travailler sous la direction de Nolan, surtout sur un opus du Dark Night. "Chris m’a appelé et annoncé qu'il y avait un rôle qu'il me verrait bien jouer mais qu'il n'était sûr que ça m’intéresse parce qu’il faudrait que je porte un masque pendant plusieurs mois.", se souvient l’acteur. "Il ne voulait rien me dire d’autre sur le personnage, seulement que c’était un type vraiment méchant. J’ai répondu, 'Si je comprends bien, tu veux que je te suive pour travailler avec toi, que je voyage à l’autre bout du monde, que je m’entraîne avec une équipe de cascadeurs et autant d’armes que je veux pendant six mois, et tout ce que j’ai à faire, c’est porter un masque ?' Il m'a répondu, 'Ouais, en gros, c’est ça'. Alors j’ai déclaré, 'J’en suis. Et comment !' ".
Contrairement à Batman, Bane ne porte pas un masque pour dissimuler son identité mais pour s'anesthésier d'une douleur atroce, conséquence d'une blessure ancienne. Dissipant les inquiétudes de Nolan, Hardy précise : "Je ne me suis pas senti limité par le masque. Et ce qui est formidable à ce sujet, c'est que dès qu'on le porte, on devient vraiment ce personnage".
L'acteur ajoute que son interprétation de Bane a consisté à instaurer une contradiction entre la voix et le physique du personnage : "Il a un langage très recherché mais a les qualités physiques d'un gorille. Donc, même s'il s'exprime très bien, nous voulions aussi établir une présence physique très imposante".
Bane œuvre sous terre et à l'insu de tous, préparant un assaut sur plusieurs fronts contre Gotham, attaque qui mobilise une puissance de tir redoutable et qui cible la Bourse et ambitionne de semer la terreur.
Son plan nécessite de neutraliser les forces de police, toujours dirigées par le commissaire Gordon, même si "d'une certaine manière, Gordon était plus utile aux instances dirigeantes de Gotham quand la ville était totalement sous le joug du crime organisé", souligne Nolan. "Désormais, ce problème a été réglé, et certains envient son poste en se disant que la présence du commissaire n'est plus nécessaire. Mais Gordon est très mal à l'aise avec le fait que tout ceci repose sur des fondements mensongers".
"C'est un mensonge qui le ronge depuis des années", confirme . "La criminalité n'a jamais été aussi faible à Gotham, mais Gordon sait que ce calme est entaché par des compromissions. Il est maintenant prêt à libérer sa conscience et il ne semble jamais y avoir un moment ou un endroit idéal pour le faire, et il se demande aussi si la ville est prête à entendre la vérité. Puis, à cause de Bane, il se retrouve à nouveau sur le terrain. Je pense qu'il est comme un soldat qui aime être en première ligne et se salir les mains. Il a probablement dû faire pas mal de paperasserie durant toutes ces années écoulées et ça l'a découragé. Là, on sent vraiment que l'ancien Gordon est de retour".
Gordon trouve un nouveau protégé en la personne de John Blake, policier si dévoué à son travail qu'il en impressionne son supérieur. "Gordon voit certainement en John Blake une part de lui-même quand il était jeune policier", explique Emma Thomson. "Tout le monde, à part lui, semble un peu moins attentif parce que les choses vont bien, mais Blake est le premier qui comprend que quelque chose se prépare et Gordon salue cette intuition en lui offrant une promotion et en le prenant dans son équipe".
Pour décrire son rôle, déclare : "John Blake est le genre de gars qui a probablement toujours voulu être dans les forces de l'ordre et qui se consacre à être excellent dans son travail. C'est quelqu'un qui croit en ce qu'il fait et j'admire ça chez quiconque. Pris dans un tourbillon de cynisme, il reste fier d'être officier de police".
"Le commissaire Gordon et Bruce Wayne sont devenus un peu désabusés, et nous voulions trancher ce sentiment-là avec cet homme plus jeune et plus idéaliste qui, d'une certaine manière, représente ce qu'ils ont été. Joe a réellement cerné la force et le courage d'un homme qui refuse de faire marche arrière, envers et contre tout
", explique Nolan.
Le personnage de Miranda Tate peut aussi se rapprocher de Bruce, quoique du point de vue de la fortune. Choisie pour le rôle, note : "Tous deux ont énormément d'argent et essaient de s'en servir pour faire le bien, et donc ils se comprennent tout de suite".
"Miranda encourage Bruce à utiliser ses moyens pour améliorer la situation de Gotham à travers un projet environnemental
", acquiesce Nolan. "Elle est belle, intelligente et altruiste et tout le bien auquel elle aspire intrigue énormément Bruce et lui gagne le respect de ce dernier".

Comme et Gordon-Levitt avaient travaillé tous deux avec Nolan sur Inception, ils étaient impatients d'être réunis avec le réalisateur sur ce volet final de la trilogie du Dark Knight. "Malgré cette mise en scène et ce tournage spectaculaires, je pense que la sincérité des enjeux humains est ce qui caractérise l'approche de Chris sur ces films", explique le jeune comédien. "Pour un acteur, c'est stimulant et bien plus amusant".
"J'adore travailler avec Chris
", ajoute . "Il suscite un vrai climat familial sur le plateau, même sur un film d'une telle envergure. Et il a l'intelligence et l'imagination pour vous emmener dans une aventure invraisemblable et en faire quelque chose auquel on adhère. C'était particulièrement intéressant de travailler avec lui pour créer le personnage de Miranda car elle n'existe pas dans la BD".
Membre du conseil d'administration de Wayne Enterprises, Miranda possède une fortune qui fait d'elle une alliée irremplaçable pour Bruce quand la société devient la cible d'une OPA hostile. Sur un plan plus personnel, "elle est vue par Alfred et Lucius comme une femme qui pourrait peut-être sortir Bruce de l'isolement qu'il s'inflige et lui rappeler que la vie, c'est autre chose que de rester seul dans la Batcave", explique Nolan. "Marion dégage quelque chose d'extraordinairement séduisant, un charme 'exotique'. Elle apporte un mélange de chaleur et de sagesse au personnage de Miranda, et cela procure à Bruce un fort sentiment d'espoir".
joue de nouveau Lucius Fox, l'inventeur de génie de Wayne Enterprises. "Même si Lucius travaille pour Bruce, il a été son mentor", note Freeman. "Comparé à Lucius et Alfred, Bruce est toujours relativement jeune et à eux deux, ils essaient de faire en sorte qu'il garde un sens moral orienté dans la bonne direction, vers le bien".
suggère : "Lucius a toujours été le cerveau derrière les instruments que Bruce utilise pour devenir Batman, et il remplit à nouveau cette fonction. Mais il est aussi devenu très attaché à Bruce et, comme Alfred, il essaie de le sortir de cet état de noirceur émotionnelle qu'il a déjà traversé".
Sans nul doute, la personne la plus proche de Bruce reste Alfred Pennyworth, dont Bale dit "qu'il est celui qui a toujours été là dans sa vie… la seule famille qui lui reste. Alfred l'a vu grandir, devenir un adulte et a été témoin des souffrances qu'il a vécues. Il accepte le besoin qu'a Bruce d'honorer la mémoire de ses parents et d'essayer de venger leur mort injuste, mais il admet également que ceux-ci seraient terriblement tristes s'ils voyaient à quel point il s'est coupé du monde. Il y a toujours eu en Alfred cette prudence, cette capacité à voir que tout ceci n'est pas forcément ce qui est le mieux pour Bruce sur le long terme, et ce sentiment atteint son paroxysme au cours cette histoire".
"Quand nous avons commencé à explorer la relation entre Alfred et Batman dans Batman Begins
", reprend , "il est apparu très clairement que je ne pouvais comprendre le soutien d'Alfred aux décisions extrêmes de Bruce (comme la création du personnage de Batman) que s'il y avait l'hypothèse que tout cela peut prendre fin : si, un jour, Batman réussissait à agir comme catalyseur pour changer Gotham, alors Bruce pourrait tourner la page. Dans The Dark Knight Rises, on assiste à la déception d'Alfred car Bruce n'a pas su se défaire du personnage de Batman. Même s'il ne sort plus chaque nuit en portant cape et masque, il n'a pas été capable de le laisser derrière lui et de passer à autre chose,, et Alfred sent qu'il est de son devoir de l'aider à le faire".
Reprenant le rôle d'Alfred, remarque : "Il est douloureux pour Alfred de dire à Bruce qu'il savait qu'il n'y aurait rien pour lui à Gotham hormis de la souffrance et de la tragédie, mais il a raison. Je me dis que pour le public, Alfred nous représente dans un univers incroyable, il est notre porte-parole. Il n'est pas endurci comme les autres, il réagit comme quelqu'un d'ordinaire dans la même situation".
"Ce que Michael a toujours apporté au personnage d'Alfred, c'est son grand cœur
", explique Nolan : "L'une des grandes joies à travailler sur ces films a été d'observer Christian et Michael jouer cette relation exceptionnelle entre ces deux personnages."

Notes de Tournage...

15 Juin 2012 - La BO de The Dark Knight Rises !

Le 25 Juillet n'est plus si loin mais ces quelques extraits de la bande-originale de The Dark Knight Rises signée Hans Zimmer devrait nous aider à patienter encore un peu d'ici la sortie en salle du dernier volet de la trilogie de !


Écoutez donc les 15 titres de cette BO qui annonce un chapitre toujours aussi sombre et inquiétant pour Batman :

Notes de production I

GORDON : Batman est le héros que Gotham mérite,
mais pas celui dont Gotham a besoin en ce moment.

Ces mots, prononcés par le commissaire Gordon à la fin de The Dark Knight – Le Chevalier Noir, en 2008, mettaient en place une conspiration funeste faisant de Barman un meurtrier et de Harvey Dent, – mort, à l'insu du public, sous les traits du vengeur Double-Face – un combattant du crime l'ayant payé de sa vie... En se fondant sur ces mensonges, les maîtres de Gotham ont pu faire adopter de nouvelles lois, très sévères, qui ont permis de mettre des criminels derrière les barreaux ou de les expulser hors des frontières de la ville.

Notes de production III

BRUCE : C'est un costume bien osé pour un chat cambrioleur.
SELINA : Ah oui ? Et qui prétendez-vous être ?


Des héros aux méchants, les costumes ont fait partie intégrante des efforts pour donner vie aux personnages de la trilogie du Dark Knight, comme, bien évidemment, la silhouette inoubliable de Batman.
À la suite de Batman Begins, le Batcostume – ou Batsuit –, a été redessiné de façon visible pour The Dark Knight – Le Chevalier Noir, pour apporter plus de confort et de souplesse, surtout dans la zone du cou et des épaules.

Notes de production IV

BANE : Les ténèbres te trahissent
parce qu'elles sont mon domaine.

Avant le début du tournage, et sur le plateau, , et ont suivi chacun un régime draconien et un entraînement spécifique en vue de leurs scènes d'action.
Bien que ce soit la troisième fois que Bale endosse le costume de Batman, son personnage va devoir se montrer plus combatif dans The Dark Knight Rises, car cela fait plusieurs années que Bruce n'a pas été le vengeur masqué. Dans les deux premiers opus, Bale utilisait une forme d'art martial : la méthode de combat keysi ; mais il fallait la modifier pour l'adapter à sa nouvelle condition physique et au style de son adversaire. Tom Struthers, le chef cascadeur, précise : "Nous n'avons pas abandonné le keysi mais nous l'avons fait évoluer à un autre stade fin de répondre à la brutalité de Bane".

Notes de production V

SELINA : Ma mère m'a serinée de ne jamais monter
en voiture avec un inconnu.

BRUCE : Ce n'est pas une voiture.


L'un des défis en jouant Catwoman est de piloter la Bat-Pod, l'engin à deux roues qui apparaît pour la première fois dans The Dark Knight. Imaginée par et Nathan Crowley, le chef décorateur, la Bat-Pod est conçue par Chris Corbould, le directeur des effets spéciaux, et son équipe.

Notes de production VI

SELINA : Un orage approche, M. Wayne.

L'action de The Dark Knight Rises est rendue plus captivante encore en plein vol, lorsqu'un avion de la CIA est détourné : il transporte un homme du nom de Docteur Pavel –  apparemment important aux yeux du gouvernement américain – et d'autres passagers aux intentions douteuses. C'est là que nous rencontrons pour la première fois Bane, qui montre à quel point il se révèle un criminel ingénieux et sans pitié. Au moment où il apparaît, un énorme avion C-130 Hercules se place au-dessus de l'appareil de la CIA et, de la soute, quatre terroristes suspendus à des filins en descendent en rappel. Ils atterrissent sur les ailes du turbopropulseur et tirent sur les hublots qui volent en éclats, avant d'atteler à l'Hercules ce petit avion, impuissant.
Remonter