Alain Bashung
Né(e) le 01 Décembre 1947 (61 ans)Décédé(e) le 14 Mars 2009
Nationalité : France

Biographie

Auteur, Compositeur, Interprète, Acteur

Figure incontournable de la scène hexagonale, de la chanson et du rock français dès le début des années 80, Alain Bashung est mort à l'âge de 61 ans, samedi 14 mars à l'hôpital Saint-Joseph à Paris. Il avait influencé de nombreux artistes depuis trois décennies. De « Gaby, oh Gaby » au « Vertige de l'amour », en passant par « Osez Joséphine », « Madame rêve », « La nuit je mens » et « Résidents de la République », il laisse derrière lui une oeuvre considérable, unanimement encensée par la critique et appréciée par le public français.

Auteur compositeur interprète mais également comédien, il a joué dans une quinzaine de longs métrages comme Je Veux Tout (1999) de Patrick Braoudé, Félix Et Lola (2000) de Patrice Leconte et J’ai Toujours Rêvé D'être Un Gangster (2007) de Samuel Benchetrit. Il a aussi prêté sa voix en 2006 au film Arthur Et Les Minimoys de Luc Besson.

Des débuts difficiles dans la musique

Fils d'une mère d'origine bretonne, ouvrière dans une usine de caoutchouc de Boulogne-Billancourt, et d'un père algérien kabyle, Alain Bashung passe sa jeunesse dans les environs de Strasbourg, à Wingersheim, avant de rejoindre Paris en 1959. Dans la capitale, il s'intéresse à la musique et monte un groupe avec des amis, les Dunces.
Il retrouve une nouvelle formation et débute véritablement sa carrière avec ses premiers 45 tours comme Pourquoi rêvez-vous des États-Unis ? en 1966. Bashung utilise alors des pseudonymes tels que David Bergen et Hendrick Darmen. Il compose aussi pour d'autres artistes comme Noël Deschamps ou Dick Rivers et joue dans la comédie musicale La Révolution française de Claude-Michel Schönberg en 1973.

Le succès des années 80

Après plusieurs échecs, notamment avec son premier album, Romans photos, en 1977 ou Roulette russe en 1979, il connaît le succès en 1980 avec le titre Gaby, oh Gaby. Ce talent est confirmé avec l'album Pizza salué par la critique un an plus tard. Il débute alors une grande tournée.
De sa rencontre avec Serge Gainsbourg, naît Play blessures, un disque sombre qui n'attire pas le public. En 1983, son nouvel album Figure imposée peine à renouer avec le succès. Il retrouve son public en 1986 avec Passé le Rio Grande. Il collabore avec Boris Bergman et livre le titre SOS Amor. Il travaille pour la première fois avec le parolier Jean Fauque en 1989 pour l'album Novice.

Un artiste complet

A partir des années 90, Alain Bashung connaît la consécration avec des albums comme Osez Joséphine en 1991, écoulé à plus de 350.000 exemplaires. Cet opus contient notamment les titres Vertige de l'amour et Madame rêve. Puis, il sort Chatterton en 1994 et notamment le single Ma petite entreprise.
En 1998, pour Fantaisie militaire, il travaille avec Jean Fauque, Rodolphe Burger, Joseph Racaille, Les Valentins, Jean-Marc Lederman et Adrian Utley, guitariste du groupe anglais Portishead. Il connaît un vrai succès avec le titre La nuit je mens et reçoit trois victoires de la musique en 1999.
Après L'imprudence en 2002, il entame une pause. En 2006, il revient pour des concerts à la Cité de la Musique à Paris puis s'investit en 2007 dans la tournée Les Aventuriers d'un autre monde avec Jean-Louis Aubert, Cali, Daniel Darc, Richard Kolinka et Raphaël. Au cinéma, il joue aussi dans J’ai Toujours Rêvé D'être Un Gangster de Samuel Benchetrit.
En 2008, pour Bleu pétrole, Bashung collabore avec Gaëtan Roussel de Louise Attaque, Arman Méliès et Joseph D’Anvers. En juin, il se produit pour une série de concerts à l'Olympia malgré son traitement pour un cancer du poumon.

Alain Bashung a remporté, samedi 28 février 2009, aux Victoires de la musique, trois des plus prestigieux trophées : meilleur interprète masculin, meilleur album de chanson pour Bleu pétrole, et meilleur spectacle pour sa tournée 2008, devenant ainsi l'artiste le plus primé de l'histoire de la cérémonie (onze distinctions en tout). Chacun de ces trophées avait été salué par une ovation debout, hommages émouvants de la part du public et d'autres chanteurs.
"Ils m'ont tous fait passer une soirée magnifique, je ne pourrai jamais oublier cette soirée", avait-il déclaré en recevant son dernier prix.
La cérémonie où il était apparu fatigué et très amaigri, avait révélé l'extrême fragilité de la santé du chanteur, qui avait dû annuler plusieurs concerts prévus ce mois-ci.

Bashung, malgré la maladie, avait des projets. "Il nous avait annoncé un nouvel album", a dit samedi 14 mars 2009 Pascal Nègre, le président de sa maison de disques, Universal.

Le chanteur devait également rendre hommage à Serge Gainsbourg, son père spirituel, avec un spectacle de musique et de danse, basé sur l'album « L'homme à la tête de chou ». Il en avait déjà enregistré les chansons mais la tenue du spectacle n'est pas définitive, selon les organisateurs.

Les Hommages

Dimanche 15 mars 2009, des proches et quelques anonymes ont rendu un hommage ému et discret. Certains d'entre eux ont déposé des gerbes de fleurs, dans une ruelle de la Goutte-d'Or, quartier populaire du XVIIIe arrondissement de Paris, où vivait le chanteur.

Le monde de la musique, de la politique, de même que le grand public ont rendu hommage au "poète excentrique" et "au plus grand" des chanteurs au lendemain de la mort d'Alain Bashung, musicien exigeant mais aussi populaire grâce à des tubes comme « Gaby » ou « Vertige de l'Amour ».
"Sorcier indien à la manière de Jim Morrison" pour Jean-Louis Aubert, "poète excentrique" pour Arthur H. ou "le plus grand" pour Raphaël, Alain Bashung a recueilli l'hommage unanime du monde de la musique. Nicolas Sarkozy a salué l'"immense poète" et "le prince qui nous a quittés", à l'instar d'une classe politique pour l'occasion unanime.

Bashung, l'un des chanteurs les plus importants de la scène musicale française, qualifié de "dernier des géants" par le magazine les Inrockuptibles, est mort samedi 14 mars 2009 à 61 ans des suites d'un cancer du poumon, entouré des siens à l'hôpital Saint-Joseph à Paris, deux semaines après avoir triomphé aux Victoires de la musique.

Vos avis sur Alain Bashung

Exprimez-vous

Filmographie sélective ( 27 Films )

Jack et la mécanique du coeur
Jack et la mécanique du coeur
J’ai toujours rêvé d'être un gangster
J’ai toujours rêvé d'être un gangster
Arthur et les Minimoys
Arthur et les Minimoys
L'origine du monde
L'origine du monde
Ma petite entreprise
Ma petite entreprise
Mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs
Mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs
JE VEUX TOUT
JE VEUX TOUT
Rien que des mensonges
Rien que des mensonges

Filmographie complète

2013 - 
2007 - 
2006 - 
2004 - 
2002 - 
2001 - 
2000 - 
2000 - 
1999 - 
Je Veux Tout (Acteur)
1999 - 
1999 - 
Ma Petite Entreprise (Compositeur)
1996 - 
Attends-moi (Acteur)
1995 - 
1995 - 
Pigalle (Compositeur)
1994 - 
1992 - 
1992 - 
1991 - 
1991 - 
1990 - 
1990 - 
1988 - 
L'Argent Du Mur (Compositeur)
1987 - 
Le Beauf (Acteur , Compositeur)
1985 - 
Le Quatrième Pouvoir (Compositeur)
1983 - 
Le Lavabo (Acteur)
1983 - 
Le Cimetière Des Voitures (Acteur , Compositeur)
1981 - 
Nestor Burma, Détective De Choc (Acteur , Compositeur)

Actu à propos de Alain Bashung

Jack et la mécanique du coeur : le rêve animé de Mathias Malzieu

Jack et la mécanique du coeur : le rêve animé de Mathias Malzieu

Vingt ans après l'avoir créé, Mathias Malzieu donne enfin vie sur grand écran au héros qui peuple ses livres et les chansons de Dionysos dans Jack et la mécanique du coeur, film d'animation poétique et musical, en salles aujourd'hui. (05/02/14) > Suite
Arthur et la Vengeance de Maltazard : qui sera qui ?

Arthur et la Vengeance de Maltazard : qui sera qui ?

Le voile est enfin levé sur le casting du très attendu film d’animation de Luc Besson. Et, dans la version française comme dans la version originale, les nouveautés sont au rendez-vous. (06/10/09) > Suite
Sergi Lopez a ''toujours rêvé d’être un ganster''

Sergi Lopez a ''toujours rêvé d’être un ganster''

Trois ans et demi après Janis et John, Sergi Lopez (Peindre ou faire l'amour) retrouve le réalisateur Samuel Benchetrit pour J’ai toujours rêvé d’être un gangster.(22/03/06) > Suite
Remonter