Shirô Toyoda
Nationalité : Japon

Biographie

Réalisateur

Shirô Toyoda est né à Kyôto en 1905. En 1924, il entre aux studios de la Shôchiku à Kamata où il travaille dans l’équipe du réalisateur Yasujirô Shimazu. A 23 ans, il est déjà considéré comme un réalisateur. Il se spécialise alors dans l’adaptation au cinéma d’œuvres littéraires et devient l’un des réalisateurs majeurs de la Tôhô notamment, aux côtés de Naruse et Kurosawa. Cette passion pour la littérature remonte à son enfance : de constitution fragile (il souffrait de tuberculose osseuse), il passait de longues journées alité, se plongeant dans la lecture de romans et de pièces de théâtre.

Tout au long de sa vie, les romans des plus grands écrivains japonais sont pour lui une source d’inspiration constante : Pays de neige de Kawabata, Un chat, Shôzô et ses deux maîtresses de Tanizaki, Cheminement dans les ténèbres de Naoya Shiga… Grâce à ses œuvres, Toyoda met en scène des femmes qui assujetties ou non à la société font toujours preuve d’un courage certain.

Plusieurs de ses films sont de véritables hymnes au dévouement des femmes comme Le printemps des petites îles (1940) d’après Masako Ogawa qui dévoile le journal d’une femme médecin employée à la léproserie de Nagashima (ce film proche du documentaire est élu à sa sortie meilleur film de l’année).
Ou Sueur douce (1964) d’après Yôko Mizuki, l’histoire d’une femme courageuse et débordant de vitalité portée à l’écran par la superbe actrice Machiko Kyo à laquelle le critique Donald Richie rend un vibrant hommage : " Machiko Kyo est si fascinante dans ce film qu’elle vit à l’intérieur de ma tête depuis plus de trente-cinq ans, depuis 1964 ".
Ou encore dans Un couple bien comme il faut (1955) d’après Sakunosuke Orita, un homme paresseux vit sous la protection de sa maîtresse, femme solide et décidée.
Sans oublier le troublant Les années du crépuscule (1973) d’après le best-seller de Sawako Ariyoshi où une belle-fille se dévoue pour s’occuper de son beau-père sénile, lequel mourra grâce à elle heureux et apaisé comme un enfant dans les bras de sa mère. Ce film aborde sans scrupule le thème de la vieillesse dans le pays où l’espérance de la vie est la plus longue au monde.

D’autres films évoquent le cran des femmes par rapport aux relations triangulaires : Ainsi Madame Aki (1963), d’après Yasushi Inoue, évoque sans complexe la remise en question d’une femme face à l’adultère. Mais dans Histoire singulière à l’est du fleuve (1960), une des rares adaptations réussies d’une œuvre de Kafû Nagai, le courage de la femme délaissée sera vaincu par la douleur.

Vos avis sur Shirô Toyoda

Exprimez-vous

Filmographie complète

1969 - 
Figures Infernales (Réalisateur)
1958 - 
L'Auberge De La Gare (Réalisateur)
1953 - 
L'Oie Sauvage (Réalisateur)
Remonter