Mother !
Interdit aux moins de 12 ans
Genre : Drame - Durée : 2H01 mn
Sortie en salles le 13 Septembre 2017 - en VOD/DVD le 23 Janvier 2018
Presse
Spectateurs
Sortie en salles le 13 Septembre 2017 - en VOD/DVD le 23 Janvier 2018
Interdit aux moins de 12 ans

3 Photos de Mother !

photo 1/3 - Mother ! - © Paramount Pictures
photo 2/3 - Mother ! - © Paramount Pictures
photo 3/3 - Mother ! - © Paramount Pictures
Exprimez-vous
Le créateur du ciel et de la terre écrivain et poète en manque d'inspiration ne semble plus se contenter de l'agencement sans surprise de sa maison mère, un site prévenant calme et ordonné se languissant de ne pas être enfanter.

L'apparition soudaine de la finalité du premier homme usé, maigre et souffreteux revitalise le besoin de ressentir d'un géniteur éteint par la répétition des choses.

Dieu tout en entretenant les procédures naturelles de son monde désire se découvrir un esprit en compagnie d'un nouveau venu surgit de nulle part fumeur et alcoolique s'avérant rapidement de nature envahissante, faible, dépendante et corruptrice dépositaire de toutes les formes d'excès de son espèce accumulées au fil de son histoire, bien souvent sous l'emprise de l'une de ses côtes devenue femme n'étant que tentation et luxure.

Le symbolisme de la pomme brisée condamne le paradis à deux entités bruyantes et désordonnées parents d'une famille extravagante dont l'un des enfants meurtrier explore à la grosse le territoire d'une mère nature complètement dépassée devant tant d'irrespect et de nonchalance dont les cris de douleurs de plus en plus aigus ne font qu'exciter une meute déchaînée s'acharnant à la détruire.

Dieu sur le fil du rasoir de sa bonté et de sa rigueur n'arrive pas à sanctionner ni à recadrer un sensitif devenu hors contrôle n'étant plus que crimes, viols et saccages.

Une machine à tuer dont la volumétrie négative accentuée par le temps se révèle de plus en plus virulente s'acharnant sur son ultime espoir de rédemption, un enfant roi sacrifié par une meute avinée piétinant une vierge affaiblie finissant par se consumer et disparaître pour mieux renaître et télécharger un nouveau cycle de destruction.

En le désherbant copieusement Mother peut s'avérer légèrement lumineux surtout grâce à sa métaphore biblique condamnant notre monde à s'autodétruire puis à se reconstituer pour hélas se détruire à nouveau de la même manière.

J'aime beaucoup le roman univers de Jean d'Ormesson "La gloire de l'empire" ainsi que "Dieu sa vie, son oeuvre" dont Mother malgré son délire se rapproche un peu par ses virulences et ses accalmies en alternance.

Mother est la révélation d'un Dieu s'ennuyant au sein d'une nature paisible ou il ne se passe rien.

Il s'encanaille en compagnie d'un esprit dont il désire capter la phénoménologie tout en protégeant un jardin d'Eden idyllique mais ennuyeux.

Ménager la chèvre et le chou ne mène à rien. Dieu indécis sur le fil du rasoir entre son désir de consolider son retrait du monde et l'attrait envers le libre arbitre de sa création ne formatant que trop d'indulgences ne sait plus comment faire pour protéger une nature à l'agonie n'étant plus que le paillasson de son histoire.

Il ne reste plus qu'a laisser ces deux antinomies s'affronter jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Un duel inégal ou la nature n'a plus d'autres solutions que de devenir un visage tout feu tout flamme.

Une leçon à retenir je pense.
0 0 Commenter
le 15 janvier 2018 à 11:42
Cette manie du gros plan, ça devient agaçant ! On ne voit plus la nuque de Jennifer et ses boutons !
0 0 Commenter
le 19 septembre 2017 à 14:03
Remonter