10e CHAMBRE, INSTANTS D’AUDIENCE, de Raymond Depardon révèle un engouement...

Le documentaire 10e Chambre, Instants D’audience de Raymond Depardon, suivant le volet Délits Flagrants montre le quotidien d’un tribunal. Pour ce faire, le photographe-cinéaste a eu l’exceptionnelle autorisation de filmer les audiences de la 10e chambre correctionnelle de Paris ; "la justice pénale de tous les jours avec ses mots maladroits, ses colères renfermées, ses repentis, ses fatalités", explique-t-il.
Ainsi se révèle à la caméra une mise à nu de la justice française. Michèle Bernard-Requin, la présidente de la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris qui apparaît dans ce long-métrage affirme avoir participé à cette expérience inédite pour montrer que "le système judiciaire n'est pas si mauvais". Quant au cinéaste, "Le peu de temps consacré à ces petits drames révèle une fracture sociale entre deux mondes et les échanges sont souvent pauvres, fatalistes et pathétiques".
Le film qualifié de « grand film » fait l’unanimité de la critique et pourtant, seules 30 salles en France l’accueillent. À l’inverse, le troisième opus des aventures de l’apprenti sorcier commence à ensorceler les écrans. "harry Potter Et Le Prisonnier D'Abkazan" a plus de 800 copies programmées sur toute la France. Donc 800 contre 30 pour le documentaire, un peu inégal, non ?

N.F. le 02 juin 2004

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter