2013 promet d'être une année riche au cinéma

La fin 2012 et l'année 2013 promettent d'être riches au cinéma, entre rires et larmes, à en juger par les extraits de films à venir, présentés lors du 67è congrès de la Fédération nationale du cinéma français (FNCF), qui vient de s'achever à Deauville (Calvados).


L'année dernière, la diffusion d'un extrait des Intouchables d'Eric Tolédano et Olivier Nakache, plus beau succès du box-office français avec plus de vingt-trois millions d'entrées, avait soulevé l'enthousiasme des congressistes.

"C'était formidable. On se disait que le film ferait 5 millions d'entrées ! On ne s'attendait pas à un tel succès", se souvient Gilbert Grégoire, ex-président de la Fédération internationale des distributeurs et l'un des 2.300 participants au congrès.

La FNCF fédère les syndicats représentant les exploitants des quelque 2.000 cinémas en France (environ 5.400 salles).

Impossible de savoir si le nouvel Intouchables du cinéma français est déjà là. Encore que Franck Dubosc, venu présenter Boule Et Bill, comédie familiale programmée pour 2013 et dont il partage avec jubilation la vedette avec Marina Foïs, le proclame, mi-sérieux, mi-rieur.

Réalisé par Alexandre Charlot et Franck Magnier, d'après la BD du même nom de Jean Roba, "Boule Et Bill, c'est votre nouvel Intouchables", lance l'acteur à une salle conquise par sa bonne humeur. Boule est un jeune cocker qui s'ennuie ferme à la SPA jusqu'au jour où un jeune garçon, Bill, aussi roux que lui, convainc ses parents de l'adopter. Les ennuis commencent...

"Moi, je suis le père de boule", s'amuse le comédien. "Le chien fera une grande carrière", promet en riant Marina Foïs, qui apparaît en blonde, cheveux coupés au carré dans cette joyeuse comédie.

Un peu godiche

Des extraits d'un autre film, Populaire, qui sortira le 28 novembre, ont également été très applaudis.


Réalisé par Régis Roinsard, il réunit Romain Duris, Déborah François et Bérénice Béjo, l'actrice vedette, avec Jean Dujardin, du grand succès de 2011, The Artist.

L'action se situe à la fin des années 50. Déborah François interprète une sténodactylo un peu godiche, mais rapide comme pas deux pour taper à la machine. Poussée par son exubérant patron (Romain Duris), elle gagne un concours de sténographie.

Romain Duris sera également la vedette d'un autre film actuellement en tournage, et qui devrait faire parler de lui, lors de sa sortie en octobre 2013 : Casse-tête Chinois, suite imaginée par Cédric Klapisch de ses précédents films à succès L'Auberge Espagnole et Les Poupées Russes.

Dix ans ont passé depuis l'époque où le jeune homme menait une vie d'étudiant bohème à Barcelone puis d'écrivain entre Londres et Saint-Pétersbourg. Le voici à présent marié, à Cécile De France, et père de famille.

Dans un registre beaucoup plus grave, Jean-pierre Améris (Mauvaises Fréquentations, Les Émotifs Anonymes...) a réalisé L'Homme Qui Rit, tiré du roman éponyme de Victor Hugo, avec Gérard Depardieu, l'acteur québécois Marc-André Grondin, Emmanuelle Seigner et Christa Théret (l'adolescente de Lol). Sortie prévue le 26 décembre.


Gérard Depardieu sera également la co-vedette, avec Virginie Efira et Edouard Baer, du film Les Boulistes, sorte de comédie sociale à la fois drôle (le milieu de la pétanque dans le sud) et grave (on y aborde la question de l'intégration, à travers le personnage d'un jeune Algérien).

Enfin, Valérie Donzelli (La Guerre Est Déclarée), est venue présenter son nouveau long-métrage, Main Dans La Main, dont les deux principaux personnages (Valérie Lemercier et Jérémie Elkaïm) souffrent du "syndrome de synchronie", "qui les oblige à vivre collés l'un à l'autre", explique-t-elle.

(5 Octobre 2012 - Relax News)

Gratuit. Recevez l'essentiel de l'actualité Cinéma chaque semaine



Sélection d'articles sur le même thème :

Vos commentaires

 

    A la une