3 fois 20 ans : l'amour carte vermeil (test DVD)

jeudi 1 décembre 2011 - 16:19 | Showbizz
Adam et Mary s’aiment. Nul doute sur ce point. Pourtant, le poids des ans et des habitudes finit par les éloigner. Sans qu’ils s’en rendent compte d’abord, puis sans qu’ils le veuillent. Comment, alors, se retrouver et se surprendre lorsqu’on se connaît par cœur tout en ayant le sentiment de ne plus se reconnaître ?

3 fois 20 ans


Julie Gavras a beau être une « fille de » (Costa-gavras, pour ceux qui n’aiment pas les devinettes), et même une « sœur de » (le nerveux Romain Gavras), elle n’en demeure pas moins une cinéaste plutôt discrète. Ce n’est d’ailleurs pas son dernier long-métrage 3 Fois 20 Ans qui risque de nous convaincre du contraire.

Toute aussi appliquée que pour La Faute À Fidel, la réalisatrice continue d’explorer la complexité des relations familiales, à la différence qu’elle s’attache cette fois à un couple vieillissant (comme un prolongement du jeune duo de son précédent film), auscultant l’usure des sentiments et la peur du temps qui passe.

S’articulant autour d’une succession d’instantanés du quotidien, servie par des acteurs venus de tous horizons et se concentrant sur une paire de comédiens d’une justesse plus que rafraîchissante (la facétieuse Isabella Rossellini en tête), 3 Fois 20 Ans pose frontalement la question du vieillissement qu’il soit physique ou moral. Le film s’interroge ainsi sur l’évolution insidieuse du regard des autres lorsque les années commencent à peser et sur le décalage de celui-ci par rapport à l’image que nous entretenons de nous-mêmes. Qui sommes-nous alors ? Celui que nous voulons être ou celui à qui on nous dit correspondre ?

La thématique ne peut que toucher, cependant le traitement sage et sans surprise de la réalisatrice finit par étouffer et neutraliser un sujet qui méritait d’allumer d’un soupçon d’énergie les turpitudes de ses héros. Dommage, car certaines scènes de 3 Fois 20 Ans (les adultères, l’enterrement…) auguraient pourtant d’un potentiel qui laissait espérer de véritables feux d’artifices d’humour. Une prochaine fois ?



Le DVD

Bon, pas de quoi casser trois pattes à un canard, c’est sûr, cependant on se réjouira tout de même de la qualité plus qu’honorable de la compression et on sourira peut-être même en découvrant les – quelques – scènes coupées du film de Julie Gavras.

=> Toutes les infos sur 3 fois 20 ans

Eléonore Guerra (1er Décembre 2011)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter