Arnold Schwarzenegger sur les pas de Ronald Reagan

Une grosse production hollywoodienne ? Non. Les élections anticipées en Californie. L’acteur Gary Coleman (Arnold dans la sitcom Arnold et Willy) et le magnat du porno Larry Flynt avaient déjà annoncé leurs candidatures au poste de gouverneur. C’est au tour d’Arnold Schwarzenegger de se déclarer candidat à la direction de l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis.

Depuis quinze jours, de nombreuses rumeurs couraient à travers les studios, mais les proches du comédien affirmaient qu’il ne briguerait pas la gouvernance. Finalement, lors de l’enregistrement de l’émission The Tonight Show with Jay Leno, Schwarzie a révélé qu’il serait dans la course. S’il ne s’était pas prononcé auparavant, c’est parce que son épouse, Maria Shriver, craignait des répercussions sur leur couple et leurs enfants. En effet, l’ex-Monsieur Univers représente le parti républicain (conservateur) alors que sa femme est démocrate, en bonne héritière du clan Kennedy (elle est la nièce de JFK).

" Arnie " veut remettre la Californie sur ses pieds. Le 7 octobre de cette année, 15 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour décider du sort du gouverneur actuel, Gray Davis. La popularité de celui-ci est au plus bas en raison d’un déficit vertigineux (38 milliards de dollars). Cette situation économique menace d’entraîner de sévères coupes budgétaires dans la plupart des services de l’Etat.

Schwarzenegger est le deuxième acteur hollywoodien à briguer le poste de gouverneur, après Ronald Reagan en 1966. À la différence de ce dernier, Monsieur muscles ne pourra pas conquérir la Maison-Blanche puisqu’il est né en Autriche. Tel l’ancien président, le comédien est un fervent républicain. Il a déjà soutenu de nombreuses initiatives politiques comme le Safety Act et la California’s proposition 49 : the After School Education, qui garantit l’installation de programmes périscolaires dans les écoles et collèges publics les sollicitant.

D’autre part, les experts politiques considèrent que le " Gouvernator ", comme l’ont surnommé les médias américains, possède beaucoup d’atouts dans cette élection. Certains pensent même que sa candidature est une bonne manière de pousser les jeunes californiens à voter. Quelques adversaires (surtout Davis!) affirment qu’il n’a pas assez d’expérience. Fair-Play, l’acteur leur répond que Nelson Mandela n’avait jamais fait de politique avant de diriger l’Afrique du Sud. Il ajoute qu’il sait comment se vendre, qu’il a l’énergie, l’intelligence et le savoir-faire.

Quoi qu’il en soit, Arnold Schwarzenegger va devoir mettre entre parenthèses sa carrière cinématographique. Son dernier film, Terminator 3, sorti cette semaine en France, a déjà rapporté 143 millions de dollars aux Etats-Unis.

M.C.M. (07 août 2003)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter