Augustine : Entre érotisme et psychanalyse (Test DVD)

vendredi 29 mars 2013 - 17:01 | Showbizz
Sorti en novembre dernier, Augustine, le premier long métrage d'Alice Winocour, avait su se faire remarquer par son approche originale sur le sujet de l'hystérie.

Le film narre l'histoire d'Augustine, une jeune femme atteinte d'hystérie à la fin du 19ème siècle. Internée à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, elle devient la patiente favorite du professeur Charcot. Entre désir et objet d'étude, la relation entre la cobaye et le médecin devient de plus en plus complexe…

Alice Winocour, diplômée de la Fémis, n'a pas choisi un sujet facile pour son premier long métrage. Inspiré de la relation entre le professeur Charcot et sa patiente, le film est un manifeste de l'émancipation des femmes. Car sous son aspect purement médical, l'histoire est teintée de tension sexuelle entre le médecin et sa patiente. Leur relation est d'autant plus intéressante que petit à petit Augustine découvre qu'elle n'est pas idiote. Comme le dit Alice Winocour dans un entretien accordé au site Grand Ecart, "Charcot découvre un peu qu'il a un corps et Augustine, qu'elle a une tête ". Le film est l'histoire de cette émancipation. Au fur et à mesure que le film avance, Augustine va prendre le pouvoir sur Charcot, et ainsi inverser le rapport de force.


En s'attaquant à un film historique en costume Winocour prenait le risque d'une mise en scène classique et guindée. Mais la jeune réalisatrice a su éviter le piège de ce genre de film en abordant son film comme une histoire à ambiance fantastique. Les lieux, la musique, les crises d'Augustine qui peuvent faire penser à des exorcismes, tout est teinté d'une certaine étrangeté, qui provoque à la fois un certain malaise et une certaine fascination.

En plus de sa mise en scène maîtrisée, la réalisatrice doit beaucoup à son duo d'acteur : Vincent Lindon et Soko. La confrontation du corps massif de Lindon à celui pulpeux de Soko rend les scènes les réunissant passionnantes. Lui toute en retenue, elle toute en sensualité. L'aspect érotique doit beaucoup à la jeune actrice. Que ce soit dans les scènes d'hystérie (les mouvements de son corps, ses cris) ou dans les scènes avec Charcot.

À travers cette histoire, Alice Winocour a su prouver son talent de metteur en scène et de scénariste aidé par son casting. Le souvenir de l'émancipation d'Augustine dans le film nous reste longtemps en mémoire et peut trouver un écho dans la cause féministe d'aujourd'hui.



Le DVD

Hormis la bande-annonce, le DVD ne contient aucun bonus sur le film. Cependant vous pourrez y trouver les deux courts métrages d'Alice Winocour dont le très réussi Kitchen.



=> Toutes les infos sur Augustine

Floriane Coué (29 mars 2013)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter