C'est la fête à Tati à la Cinémathèque !

mardi 7 avril 2009 - 16:03 | Showbizz
« En 2007, Jacques Tati aurait eu cent ans…
En 2009, il aura 102 ans, le temps justement pour la Cinémathèque française de lui rendre hommage hors des commémorations obligées qu’il ne prisait guère. Un peu de retard… Quoi de plus normal pour celui qui a toujours pris un malin plaisir à entrer dans ses propres films à contretemps.


L’année en tout cas que nous avons choisie pour honorer, au présent, son génie. 2009 donc, c’est le grand chambardement : exposition de 650 m2, films projetés en salle et dans le hall une signalétique joyeuse. N’était-ce pas le plus grand souhait de Tati de voir tous les arts du spectacle investir les lieux mêmes du cinéma ? Et quel plus bel endroit à Paris pour accueillir une exposition consacrée au réalisateur de Playtime que ce bâtiment fascinant de la Cinémathèque française conçu par Frank Gehry, que jouxtent un jardin potager, un manège d’enfant et les tours que Dominique Perrault a dessinées pour la Très Grande Bibliothèque ?

Cette immersion visuelle et sonore dans l’oeuvre de Tati n’exclut nullement un désir d’exégèse. Comment éprouver sans chercher à comprendre ? A quoi bon savoir s’il l’on n’a pas d’abord commencé par ressentir ? « Les 6 leçons du Professeur Goudet », dispensées sur 12 écrans au centre de l’exposition, font, elle aussi de façon ludique, oeuvre de pédagogie et abordent, par l’analyse de films et le recours aux archives, à la fois la formation de Tati, son travail sur le son, le rapport ambivalent qu’il entretenait aux Etats-Unis ou encore son souci permanent de la transmission.

De fait, l’exposition fait la part belle à cette question majeure du cinéma de Tati, y compris en restituant, par la vidéo, ses oeuvres dans la dynamique de l’histoire du genre burlesque, en soulignant à la fois ce qu’il hérite des génies de l’âge d’or hollywoodien, et ce qu’il inspire à ses nombreux admirateurs et trop rares successeurs.

Dans cet esprit, des entretiens ont été réalisés avec des personnalités du monde de l’art, dont le travail a été nourri par la connaissance des films de Tati. Ces témoignages exceptionnels de Michel Gondry, Wes Anderson, David Lynch, Elia Suleiman, Otar Iosseliani, Olivier Assayas, Jean-jacques Annaud, Jean-claude Carrière, Blanca Li, Sempé, Jean Nouvel, Dominique Perrault trouveront leur place en marge de l’exposition pour que la succession désirée par Tati s’accomplisse, et qu’en un sens il en soit de l’exposition comme de Playtime vu par son réalisateur : qu’elle commence « quand vous quitterez la salle »…

Stéphane Goudet et Macha Makeieff

Infos pratiques

Exposition Jacques Tati, Deux temps, trois mouvements
Du 8 Avril au 2 Août 2009
Cinémathèque Française
51, rue de Bercy, Paris

A noter également

Al’initiative de la mairie de Paris le 104 accueille du jeudi 9 avril au dimanche 3 mai 2009 la Villa Arpel, mythique décor du film Mon Oncle de Jacques Tati.
Construit en 1956 aux Studios de la Victorine, à Nice, le décor fut détruit à la fin du tournage. La Villa fut reconstruite pour la première fois à l’échelle réelle au Salon Futur Intérieur en janvier 2007 pour un public d’amateurs de Design.
Aujourd’hui installée dans la Halle Curial du 104, sortie tout droit du film, accessoirisée et éclairée comme au cinéma, rien n’y manque !

=> Toutes les infos sur Jacques Tati
=> Toutes les infos sur l'Exposition Jacques Tati, Deux temps, trois mouvements
=> Voir notre dossier Jacques Tati ou le burlesque à la française...

E.G. (Le 7 Avril 2009)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter