Carlos ne répondra pas à Carlos

jeudi 20 mai 2010 - 10:01 | Showbizz
Edgar Ramirez, l'acteur qui incarne Carlos dans le film éponyme, le réalisateur Olivier Assayas et Canal+, ne répondront pas au message manuscrit dans lequel le détenu les interpelle et dénonce "une oeuvre de propagande contre-révolutionnaire", a-t-on appris jeudi auprès du service de presse de la chaîne.
"Cette série est une fiction incarnant le point de vue d'un grand auteur à partir de faits historiques. Il s'agit d'une oeuvre artistique et aucunement d'une contribution quelconque à un débat historique ou idéologique", estime la chaîne dans un communiqué commun, associant l'acteur et le réalisateur, et transmis à l'AFP.
"Nous ne souhaitons apporter aucun commentaire, ni participer à la moindre polémique", ajoute Canal+.


Au nom de leurs ancêtres vénézuéliens communs, le détenu Carlos a écrit à l'acteur Edgar Ramirez : "Un conquistador du nom de Ramirez est notre ancêtre commun", écrit Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, 60 ans, dans ce message manuscrit en français, daté de Poissy (Yvelines) où il est en prison, et transmis à l'AFP par Me Isabelle Coutant-Peyre, l'avocate et épouse de Carlos.

A propos du film Carlos d'Olivier Assayas, produit par Canal+ et présenté mercredi à Cannes, Carlos a critiqué la semaine dernière des "falsifications de l'histoire" et des images "ridicules". Son avocate dénonce une "atteinte à la présomption d'innocence". Elle déplore aussi que les auteurs et producteurs du film n'aient pas consulté Carlos et lui refusent de "profiter de cette manne financière". "Si Carlos n'existait pas, il n'y aurait pas de film", dit-elle.

=> Toutes les infos sur Cannes 2010

(20 mai 2010)

© 2010 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter