Cérémonie en marge de la présentation d'Hors-la-loi

mercredi 19 mai 2010 - 20:30 | Showbizz
Une cérémonie en hommage aux "victimes françaises" de la guerre d'Algérie et des massacres de Sétif aura lieu à Cannes vendredi, jour de la projection du film Hors-la-loi, critiqué par des associations de harkis et d'anciens combattants, a annoncé la mairie dans un communiqué.
La cérémonie aura lieu à 10H30 devant le monument aux morts de l'Hôtel de ville. "Cinq cents" à "plusieurs milliers" d'anciens combattants, harkis ou pieds-noirs devraient y participer, selon André Mayet, président de la Maison des rapatriés de Cannes et élu non encarté de la majorité municipale.


Le Front national a de son côté appelé à "manifester" et donné rendez-vous à ses adhérents à 10H00 devant la mairie "sous la bannière du Front national des Alpes-Maritimes". "Une cérémonie du souvenir organisée en hommage aux victimes françaises de la guerre d'Algérie a été voulue par la municipalité de Cannes afin de marquer (...) son attachement à la mémoire de nos compatriotes civils et militaires, et des hommes des forces supplétives tombés au cours des événements de Sétif", écrit la mairie dans son communiqué, parvenu mercredi à l'AFP.

"Le but de cette cérémonie, c'est qu'aucune victime de Sétif ne soit oubliée, ce qui n'est pas le cas dans le film", a dit à l'AFP David Lisnard, premier adjoint du maire (UMP) de Cannes, Bernard Brochand, et président du Palais des festivals.
Selon M. Lisnard, le film de Rachid Bouchareb, en compétition officielle à Cannes, évoque les massacres de Sétif, au cours desquels des milliers d'Algériens sont morts, sans mentionner les "massacres d'Européens" qui les ont précédés. M. Lisnard qui n'a pas vu le film, fait ainsi sienne une critique adressée par le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca, à l'origine d'une vive polémique.
M. Luca, se fondant sur un rapport du service historique des armées rédigé à partir du scénario du film qu'il n'a pas vu, a accusé fin avril M. Bouchareb de "falsifier" l'histoire et de "raviver les blessures" de manière "irresponsable".

Des associations d'anciens combattants, de harkis et de pieds-noirs ont parlé à sa suite d'un "film à la gloire du FLN". Des sites d'extrême droite ont annoncé une "croisade sur la Croisette". M. Bouchareb a appelé au calme le 13 mai, rappelant que "+Hors la loi+ était un film de fiction" et qu'"il fallait qu'il soit possible que le cinéma aborde tous les sujets".
Douze intellectuels dont sept historiens ont dénoncé de leur côté un "retour en force de la bonne conscience coloniale". La Ligue des droits de l'homme (LDH) s'est insurgée contre les "pressions" exercées sur les financeurs du film et le festival. La Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), qui gère les droits de 48.000 auteurs du spectacle vivant et de l'audiovisuel, a ironiquement décerné à M. Luca un prix de la "Bêtise avec un grand C", selon le mot du poète Jacques Prévert.

La décision d'organiser une cérémonie commémorative le 21 mai a été prise il y a deux semaines, au vu de l'émotion suscitée. Le sous-préfet de Grasse Claude Serra avait alors évoqué une cérémonie en mémoire de "toutes les victimes de la guerre d'Algérie".

=> Toutes les infos sur Hors-la-loi
=> Toutes les infos sur Cannes 2010

(19 mai 2010)

© 2010 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter