Chaplin s'expose au Jeu de Paume à Paris

Depuis 91 ans, il émeut et fait rire des générations entières de spectateurs. Il hante les salles de cinéma et notre imaginaire collectif : des chaussures trop grandes, un chapeau melon et une canne tourbillonnante, Charlot, la silhouette la plus célèbre du cinéma, a son exposition, « Chaplin et les images ».
Le musée du Jeu de Paume à Paris met le clown humaniste mais aussi l'homme Charles Chaplin (1889-1977), en lumière jusqu'au 18 septembre 2005.
80 ans jour pour jour après la sortie de La Ruée Vers L'Or, les curieux peuvent découvrir le plus connu des pantomimes à travers les archives familiales, inédites au grand public.
250 photographies, coupures de presse, extraites de films, scènes coupées ou encore coulisses de tournage, par exemple la distribution de comédiennes plantureuses pour une scène-clé Les Temps Modernes (1925), montre l'avènement d'un mythe.
Payé 150 dollars par semaine pour Charlot Est Content De Lui, premier court-métrage avec le célèbre personnage, Chaplin a par la suite réalisé et produit près de 70 de ses aventures, se créant ainsi à force de travail un empire, une légende. Parcours entièrement retracé dans la première partie de l'exposition.
Homme de talent, il n'en est pas moins une muse pour d'autres artistes, ainsi, la deuxième salle montre les hommages dont l'acteur a été l'objet tel « le charlot cubiste » imaginé par Fernand Leger.
L'être de conviction inscrit sur la liste noire du maccartisme contraint à l'exil en Suisse n'a pas été oublié de cette rétrospective. Le réalisateur des films Le Dictateur et Les Temps Modernes, ses deux seuls long-métrages parlants qui, entre gags et grimaces, tentaient de transmettre malgré tout un message politique.
Vous qui voulez approfondir vos connaissances en « Chaplinmania », n'oubliez pas de noter, les deux visites guidées expliquées par un responsable de l'exposition, les mardi 28 juin et 6 septembre prochains.
Anoblit par Elisabeth II deux ans avant sa mort, celui qui avait dit « Les Talkies (films parlants) vous pouvez dire que je les déteste ! (…) ils anéantissent la grande beauté du silence » n'a pourtant pas fini de faire parler de lui.

« Chaplin et les images », Jeu de Paume, Site Concorde, 1 place de la Concorde Paris 8e, jusqu'au 18 septembre 2005.

S. R. (Le 10 juin 2005 - avec l'AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter