Cité du Cinéma : Europacorp va porter plainte contre Le Parisien

lundi 18 novembre 2013 - 14:08 | Showbizz
EuropaCorp, la "mini major" du cinéaste Luc Besson, a indiqué lundi qu'elle comptait porter plainte pour diffusion d'informations fausses ou mensongères, et pour diffamation à l'encontre du quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France suite à un article sur la Cité du Cinéma.

Cité du Cinéma : Europacorp va porter plainte contre Le Parisien


Dans son édition de samedi, le quotidien a écrit que la Cour des comptes estimait dans une note confidentielle que "le financement public de la Cité du cinéma, décidé par quelques hauts responsables publics (...) a été effectué pour permettre l'aboutissement du projet qu'une société privée portait pour son bénéfice, le caractère général du projet restant à démontrer".

La société a annoncé en milieu de journée lundi avoir demandé à son avocat Me Jean-Marc Fedida "d'engager une procédure pénale pour un délit de diffusion d'informations fausses ou mensongères".

"Par ailleurs, la société EuropaCorp engage des poursuites en diffamation à l'encontre du journal, de la journaliste Odile Plichon, et du directeur de la publication du Parisien-Aujourd'hui en France, auteurs des allégations attentatoires à son honneur et à sa considération", a-t-elle poursuivi.

A 13H30 (12H30 GMT), le titre Europacorp perdait 4,36% à 3,73 euros, dans un marché en hausse de 0,74%.

Selon le journal, la Cour des comptes évoque des soupçons de "détournement de fonds publics".

Les concepteurs de la Cité du Cinéma, ouverte en septembre 2012 à Saint-Denis (nord de Paris), affichaient l'ambition d'en faire un "Hollywood à la française", le complexe permettant la production en France de films de A à Z.

Le montage financier de la Cité du cinéma a été bouclé en 2008: 170 millions d'euros, dont 140 millions pour l'achat du foncier, détenu à 100% par la société Nef-Lumière (75% la Caisse des dépôts, 25% Vinci) et 30 millions pour la construction des plateaux de tournage via différentes sociétés de Luc Besson et Quinta communications, le groupe du producteur et homme d'affaires tunisien, Tarak Ben Ammar.

(18 Novembre 2013 - AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter