Compte-rendu du 1er jour : Matrix…et les autres

Projeté hier en sélection officielle hors-compétition et en avant-première mondiale, The Matrix Reloaded a fait beaucoup parler de lui sur la Croisette…explications.


L'événement Matrix…beaucoup de bruit pour rien ?

Considéré comme l'événement cinématographique de l'année, The Matrix Reloaded, a été présenté hier sur la Croisette.
L'équipe s'est tout d'abord réunie dans la salle de la conférence de presse quasiment au grand complet…manquaient en effet, à l'appel les frères Wachowski, absence qui plutôt intriguée les journalistes. Leur producteur Joel Silver les a excusés : "Au départ, nous voulions sortir les deux nouveaux volets de Matrix avant l’été, mais nous avons pris beaucoup de retard, et finalement, la sortie de Matrix Revolution a été arrêtée au 5 novembre. Andy et Larry travaillent sur le film comme des fous, ce qui explique cette absence dont ils sont désolés". Il a également mis l'eau à la bouche en signalant que le dernier volet clôturerait la trilogie de manière grandiose.

Seconde étape : la fameuse montée des marches.
Celle-ci a tenu toutes ses promesses : toute l'équipe de Matrix était présente emmenée par le cortège de tête, Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Laurence Fishburne, Jada Pinkett Smith, Lambert Wilson, Monica Bellucci et Joel Silver.
Sans oublier des invités de marque comme Kevin Costner, Andie MacDowell, Jean-Pierre Jeunet, Gad Elmaleh, Hélène De Fougerolles, Laetitia Casta et Kad et Olivier venus assister à la projection-événement de la 56e édition du festival.


Les réactions :
Les événements autour du film peut-être trop dans l'excès (promotion, longue attente dans les files d'entrées, mystère, etc.) ont terni son accueil. A l'issue de la projection de presse, la tendance était plutôt à la perplexité : si le film est techniquement impressionnant, et Lambert Wilson très juste, le scénario a laissé plus d'un journaliste dubitatif.
Mais tous présagent au deuxième opus le même succès que le premier. Phénomène que l'on pourra confirmer ou démentir dans les prochains jours, le film envahissant les salles du monde entier dès aujourd'hui.
Sorti jeudi aux Etats-Unis, le film a attiré une foule considérable dans certains complexes de cinéma. Au Chinese Theatre d'Hollywood, par exemple, les files d'attente avaient débuté le matin même, la première séance ayant lieu à …22h !
Concernant l'accueil mitigé du film à Cannes, certains cinéphiles montrent leur incompréhension. "Pas possible ! Le film a répondu à toutes mes attentes, explique un étudiant en cinéma. Les scènes de combat, la technologie, c'est dix fois meilleur que le premier !"


La bonne surprise vient de Raoul Ruiz

Ce Jour-là, le film du cinéaste chilien Raul Ruiz a ouvert la compétition officielle du festival. A son propos, Jean-Jacques Aillagon, le ministre de la Culture a tenu à affirmer que c'était pour lui " le film évènement de la journée", petit clin d'œil au raz-de-marée Matrix.
Avec une distribution française de qualité, Michel Piccoli, Elsa Zylberstein et Bernard Giraudeau en tête, le film est un conte helvétique mettant en scène des fous, des innocents et des meurtres à gogos…bref, une histoire surréaliste et pleine d'humour.



Le programme de la journée

La compétition officielle :
Aujourd’hui, la compétition officielle présentera le premier film français : Les Égarés du Français André Téchiné avec Emmanuelle Béart, deux habitués de la compétition cannoise. Le réalisateur est le premier des cinq réalisateurs français retenus pour cette édition à se confronter à l'avis du jury. A noter, l'autre projection attendue : celle de A Cinq Heures De L’apres Midi de Samira Makhmalbaf, réalisatrice irannienne qui avait déjà obtenu le prix du jury en 2000 avec Le Tableau Noir. Ce film se déroule dans le Kaboul post-talibans.

La semaine de la Critique :
Cette 42e édition qui s'était ouverte hier avec la projection d'Off The Map de l'américain Campbell Scott, une véritable plongée dans le désert du Nouveau-Mexique, présente aujourd'hui Entre Ciclones d'Enrique Colina, critique cubain devenu cinéaste et Elle Est Des Nôtres, le premier film de la jeune réalisatrice française Siegrid Alnoy.

Un certain regard :
C'est Arnaud Desplechin qui avait donné hier le coup d'envoi de cette sélection des films d'auteurs avec En Jouant ‘dans La Compagnie Des Hommes’.
Aujourd'hui, c'est au tour de Marc Récha et du couple Robert Pulcini-Shari Springer Berman de présenter respectivement Les Mains Vides et American Splendor.

La quinzaine des réalisateurs :
Désireuse de proposer un programme "subjectif et inattendu", cette 35e quinzaine propose, entre autres, ce jour, La Femme Qui Croyait Être La Présidente Des Etats-unis de Joao Botelho, déjà projeté hier soir en ouverture, un délire satirique dénonçant l'impérialisme culturel américain, ainsi que Sansa de Siegfried avec Roschdy Zem.

Hors compétition, les festivaliers pourront découvrir The Soul Of A Man, le nouveau documentaire de Wim Wenders et Va Et Vient, le film posthume de Joao Cesar Monteiro.

V.B. (16 mai 2003)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter