Décès de l’acteur Jean-Claude Brialy

L'acteur et réalisateur Jean-claude Brialy est décédé hier à l'âge de 74 ans. Figure de "la nouvelle vague", Jean-claude Brialy avait joué dans une centaine de films depuis sa première apparition à l'écran en 1956. Révélé notamment par Le Beau Serge de Claude Chabrol, il était aussi une figure du théâtre et de la vie mondaine parisienne.
Parmi ses incontournable, on se souvient notamment d’Ascenseur Pour L'échafaud (1958), Le Genou De Claire (1970), Le Juge Et L'Assassin (1976) ou La Reine Margot (1994). En plus des grands classiques, l’acteur était également devenu, au fil des années, une figure incontournable des comédies françaises comme Lévy Et Goliath (1987), Ripoux Contre Ripoux (1990) ou People - Jet Set 2 (2004).
Propriétaire du théâtre "Les Bouffes-Parisiens", il avait tourné pour de grands cinéastes, parmi lesquels Louis Malle, Claude Chabrol, François Truffaut, Jean-luc Godard, Eric Rohmer, Claude Lelouch, Claude Miller ou Gérard Oury. Il passa lui-même derrière la caméra, signant notamment "Eglantine" (1972) ou "Un bon petit diable" (1983).
Considéré comme un pilier du cinéma français au même titre que Philippe Noiret, disparu il y a peu, Jean-claude Brialy, qui avait écrit plusieurs livres à succès dont "J'ai oublié de vous dire" en 2004, était né le 30 mars 1933 à Aumale, en Algérie.

=> Voir les bandes-annonces de ses films

=> Voir sa fiche complète avec sa filmographie

A.C. (31 mai 2007)


Réactions après le dècès de Jean-Claude Brialy

Pierre Arditi (AFP) : "Jean-claude Brialy était adorable, exactement comme on l'imagine. C'était un homme fin, délicat, généreux et attentif aux autres. Il n'était pas mondain, il était courtois. Il aimait les autres et avait une grande fidélité en amitié. Il a traversé le siècle comme acteur, l'un des plus marquants de la Nouvelle vague avec cette acidité brillante, le charme et une grâce totale".

Jeanne Moreau (sur RTL) : "Jean-Claude est comme un jeune frère pour moi et je regrette qu'il soit parti avant moi". L'actrice gardera de lui l'image du "jeune homme quand il est venu dans ma loge il y a bien des années", son "sourire, sa générosité, son élégance".

Claude Lelouch (sur RTL) : "Quand je voulais savoir quelque chose sur ce métier j'appelais Jean-Claude. Il connaissait tout, l'humeur, la santé des gens, c'était une bête de curiosité (...). A chaque fois qu'il arrivait sur un plateau, il faisait cadeau à 100% de ses cicatrices, de son savoir faire, de tout (...). Je suis très triste".

Robert Hossein (sur LCI) : "Jean-Claude, c'était la générosité, la folie, la passion, la sensibilité, la fidélité en amitié, la disponibilité, la tendresse, mille et mille choses... On était copains de régiment. C'était un homme de théâtre exceptionnel, un bon directeur, un metteur en scène formidable...".

Philippe Bouvard (sur RTL) : "Je suis effondré car c'est un ami de 50 ans. (...) C'est un homme qui n'a jamais déçu personne et qui n'avait aucun défaut (...). Il s'est tué au travail, parce qu'il faisait tout (...), il savait tout faire, il faisait bien, et en même temps il faisait beaucoup de bien autour de lui."

Nicolas Sarkozy (AFP) : "Avec la disparition de ce grand comédien, ce grand acteur,mais aussi cet entrepreneur, réalisateur, directeur de salle et de festival, disparaît aussi un humaniste gourmand et un mémorialiste inépuisable, une sentinelle de la nuit, de la fête et de la poésie".

François Fillon (AFP) : "Sa courtoisie, son humour, son talent de conteur en avaient fait un des artistes préférés des Français, comme l'a montré le succès de son livre de souvenirs, chronique savoureuse d'une vie éclectique et passionnée".

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter