Décès de la comédienne de théâtre et de cinéma Suzanne Flon…

La comédienne Suzanne Flon est décédée hier soir à Paris à l'âge de 87 ans, après une carrière remarquable de plus de 60 ans. Elle marqua le public pour ses rôles au cinéma où elle tourna sous la direction des plus grands réalisateurs, mais surtout au théâtre, son art de prédilection.

Née le 28 janvier 1918 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), dans un milieu modeste où l'on ne songeait pas au théâtre, Suzanne Flon a découvert la comédie grâce à l'une de ses institutrices qui lui apprit à bien dire les vers et lui donna surtout le goût de les réciter. Après plusieurs tentatives malheureuses, c'est à 20 ans qu'elle débute dans le monde du spectacle en devenant la secrétaire d'Edith Piaf. Puis, elle fit speakerine de music-hall hall et présenta notamment à l'Etoile à Paris une revue dont Mistinguett était la vedette. Cette meneuse de revue, racontait-elle, me faisait passer dans les tableaux et me disait : "ça t'apprendra à marcher".
C'est en tournée qu'elle commença vraiment une carrière de comédienne dans des sketches de variétés auprès de Dandy. "Je chantais aussi, faux et j'avais à dire un poème contre la guerre et j'y mettais tout mon coeur". D'autres expériences suivirent après la rencontre qui fut capitale pour sa formation de comédienne avec Raymond Rouleau en 1943 pour "Le survivant" de Jean-François Noël à la Comédie des Champs-Elysées.

La liste est ensuite impressionnante des pièces aux registres les plus divers auxquelles elle attacha son nom, certaines étant considérées comme des réussites.
Le théâtre alors triomphant de Jean Anouilh à la fin des années 40 et dans les années 50, lui doit beaucoup. Elle créa ainsi Ismène de son "Antigone", son "Roméo et Jeannette", son "Alouette", longtemps son rôle préféré avec celui du "Mal court" d'Audiberti dès 1947. La même année, elle avait joué aussi "La petite hutte", la comédie d'André Roussin. En 1960, elle surprenait dans "De doux dingues", une comédie burlesque de Michel André dont l'interprétation était "tuante" racontait-elle, "parce que le genre réclame non seulement de la vitrosité, mais aussi de la sincérité".
Suzanne ne dédaigna pas non plus les auteurs du répertoire Shakespeare, Tchekhov, Pirandello, Musset au TNP mis en scène par René Clair en 1959. A un âge plus avancé, elle était redevenue curieuse du théâtre de son temps, créant des pièces de son amie Loleh Bellon dont "j'aime, confessait-elle, les qualités de lucidité, de tendresse et d'humour". Elle a repris aussi des textes de Marguerite Duras comme "L'amante anglaise" ou "Savannah bay" avec laquelle elle devait faire une nouvelle rentrée sur les planches en septembre 2005. Malheureusement, elle décéda brutalement à Paris le 15 juin 2005.

Au cinéma, elle tourna sous l'œil des plus grands, de Paris (Claude Chabrol Jean Becker Claude Pinoteau Bertrand Blier, etc.) à Hollywod (Orson Welles John Huston), on se souvient notamment de ses interprétations dans L'Eté Meurtrier ou, plus récemment, dans La Fleur Du Mal.

A.C. (16 juin 2005 - Avec AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter