Décès de Robert Lamoureux

samedi 29 octobre 2011 - 18:52 | Showbizz
Le chansonnier, auteurs de films et de pièces de théâtre Robert Lamoureux, réalisateur du très populaire Mais Où Est Donc Passée La 7ème Compagnie, est décédé samedi à l'âge de 91 ans, a annoncé à l'AFP sa fille France Lamoureux.
" Papa nous a quittés ce matin. Il était tombé dans le coma avant-hier puis il s'est réveillé hier. On pensait que ça irait mieux, mais il est retombé dans le coma ", a déclaré sa fille.

Décès de Robert  Lamoureux


Le comédien et dramaturge, né le 4 janvier 1920, souffrait d'un mélanome, "mais son décès n'est pas lié à ce cancer", a précisé sa fille.

Les obsèques auront lieu vendredi 4 novembre à partir de 11 heures à la mairie de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Elles seront ouvertes au public, a précisé sa fille samedi en fin d'après-midi.

Robert Lamoureux sera inhumé à Neauphle-le-Vieux (Yvelines), auprès de sa deuxième épouse Magali De Vendeuil.

Robert Lamoureux a joué la dernière fois au théâtre en 2000, dans sa pièce "Si je peux me permettre". Depuis, il se reposait dans sa résidence à Boulogne-Billancourt, où il écrivait des poèmes.

Robert Lamoureux a régné sur le comique populaire pendant plus d'un demi-siècle, d'abord comme chansonnier, puis comme auteur de films et de pièces de théâtre. Egalement comédien de talent, Robert Lamoureux a été nommé trois fois aux Molière.

Il connaît la consécration sur le tard, dans les années 1970, grâce aux aventures de La 7eme Compagnie, mettant en scène les aventures de soldats français livrés à eux-mêmes pendant la débâcle de 1940 et qui surmontent tous les obstacles grâce au "système D".

Son décès a suscité de nombreuses réactions samedi, dont celle du président Nicolas Sarkozy, qui a dit sa "tristesse" devant la disparition de ce "comédien pour le théâtre, la radio ou le cinéma, mais aussi auteur de pièces, de films et de chansons, metteur en scène" qui était "un homme de spectacle accompli, doté d'un talent à mille facettes".

"Chacune de ses apparitions, sur scène ou à l'écran, était l'occasion de faire preuve de la gouaille, de l'humour pince-sans-rire, mais aussi de la séduction qui caractérisaient cet esprit vif-argent et qui lui permirent, par exemple, d'incarner à merveille un Arsène Lupin sardonique pour la caméra de Jacques Becker", écrit le président dans un communiqué.

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, voit en Robert Lamoureux "un des grands artistes populaires du 20ème siècle".

Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la Culture, a salué ce "génie de la comédie et auteur de répliques irrésistibles qui sont devenues cultes".

Jean-marie Bigard, très proche de Robert Lamoureux, s'est dit "bouleversé".

"C'est comme si j'avais perdu une seconde fois mon papa, mais mon papa de scène cette fois-ci", a déclaré l'humoriste, qui dit lui avoir "tout piqué".

"Depuis ma tendre enfance à l'école, dès que le prof avait le dos tourné, je montais sur le bureau pour faire des sketches de Robert Lamoureux", a ajouté Bigard. Pour lui, Robert Lamoureux est le "grand oublié" du spectacle humoristique: "on passe de Fernand Raynaud à Coluche en oubliant Robert Lamoureux".

Pierre Mondy, un des soldats de la "7ème compagnie" et ami du réalisateur, a rappelé que Robert Lamoureux était "une personnalité populaire. Son humour n'était jamais grossier. Il a toujours été une sorte de Titi Parisien. Sa tournure d'esprit était complètement Gavroche".

"Robert était un formidable raconteur d'histoires simples au service du rire. Il y a un 'ton Robert Lamoureux' comme il y a un 'ton Audiard' ", a-t-il ajouté.

(29 Octobre 2011 - AFP)

© 2011 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter