Dreamworks à la conquête de Wall Street

Les studios Dreamworks vont introduire en bourse leur division animation, espérant ainsi récolter jusqu'à 650 millions de dollars. Après les salles obscures, Shrek a décidé d'investir Wall Street. Saura-il séduire les boursicoteurs comme il l'a fait avec le public?
Créée il y a 10 ans par Steven Spielberg associé à un ancien de Disney, Jeffrey Katzenberg, et au producteur David Geffen, la société n'a communiqué ni le prix ni la date d'émission de ses actions. On suppose qu' elle pourrait intervenir le 1er octobre prochain, lors de la sortie en salle de Gang De Requins, le prochain dessin-animé de Dreamworks.

Des résultats convaincants
Pour mobiliser un maximum d'investisseurs, les studios californiens se doivent d'être convaincants. Aussi ont-ils mis en avant leurs récents résultats aux chiffres pour le moins évocateurs. Parmi les huit dessins animés sortis en 10 ans, les trois films créés exclusivement en images de synthèse, à savoir Fourmiz, Shrek et Shrek 2, ont été des succès remarquables. L'ogre pétomane a d'ailleurs enregistré 425 millions de dollars de recettes uniquement aux Etats-Unis, battant ainsi le principal concurrent de Dreamworks : Pixar. Sa dernière production Le Monde De Némo avait récolté 339 millions de dollars outre Atlantique.

Malgré quelques faiblesses
Cependant, Dreamworks devra à l'avenir faire preuve de "plus de consistance dans ses choix", comme le dit Anthony Valencia, expert du cinéma pour le gestionnaire de portefeuilles TCW Group. Les studios alternent en effet les grosses déceptions avec les réussites. Le groupe avait même affiché jusqu'à 189 millions de dollars de perte nette en 2003.

Dreamworks mise toutefois pour convaincre sur le charisme de son PDG Jeffrey Katzenberg, l'un des artisans du succès des studios de cinéma de Disney.

C.S. (22 juillet 2004 – Avec AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter