Entrevues de Belfort... Première !

lundi 24 novembre 2008 - 12:19 | Showbizz
C’est sous la neige que s’est ouverte, samedi 22 novembre, la 23ème édition d’Entrevues, un festival qui, selon Etienne Butzbach, maire de Belfort et président de l’événement, « a une âme et de l’audace ».
Une âme parce qu’il rend un véritable hommage au 7ème Art. En effet, avec des thématiques telles que « Pourvu qu’on ait l’ivresse » ou « Histoire et cinéma », Entrevues mêle passé et présent à travers classiques (La Mort Aux Trousses d’Alfred Hitchcock, La Grande Bouffe de Marco Ferreri) et films plus récents (Sommeil Amer de Mohsen Amiryoussefi), Libero de Kim Rossi Stuart). Du cinéma donc, et avec un grand « C » s’il vous plaît !
Quant à l’audace, il en fallait aussi pour cet hommage à l’œuvre de Paul Verhoeven, cinéaste très controversé… et audacieux justement. Parce que cette qualité est essentielle au 7ème Art.

Et c’est le film Les Yeux Sans Visage de Georges Franju qui a ouvert la 23ème édition du Festival International du Film de Belfort. Edith Scob, actrice fétiche du réalisateur, était présente lors de la soirée d’ouverture et a fait référence à son rôle de Christiane, rôle très particulier puisqu’elle était constamment « enfermée » derrière un masque.

Au programme d’Entrevues, Festival Du Film De Belfort 2008, trente-sept films en compétition : dix longs-métrages et dix courts-métrages fiction, sept longs-métrages et dix courts-métrages documentaires. La lecture du palmarès et la remise des prix auront lieu samedi 30 novembre. Mais en attendant, le festival célèbre les quarante ans de la Quinzaine des Réalisateurs et l’espionnage dans toute sa splendeur avec deux thématiques : « Les Chantiers de la mémoire : Autour de La Mort Aux Trousses » et « Cinéma et Histoire : profession espion ». Des dizaines de films seront donc projetés parallèlement aux longs et courts-métrages en compétition.

Autour des projections, des débats portant sur le cinéma, la production et la compétition des premiers films sont prévus, et le réalisateur égyptien Yousry Nasrallah a d’ores et déjà donné sa « leçon de cinéma » où il a évoqué son parcours de cinéaste engagé, souvent confronté à la censure.

La diversité et la culture sont donc à l’honneur du festival de Belfort qui offre un programme riche et varié.
A suivre !

=> Toutes les infos sur Entrevues, Festival du Film de Belfort 2008

Caroline Carbel-Fortunée (Le 24 Novembre 2008)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter