Hommage au cinéaste russe Andreï Tarkovski

Les Russes ont rendu hommage au "poète maudit" du cinéma : le cinéaste russe Andreï Tarkovski, à l’occasion de son 70ème anniversaire (1932-1986). Un monument représentant son buste a été inauguré dans le quartier du centre de l'Arbat en présence de cinéastes russes et des admirateurs de l'oeuvre de Tarkovski ; inauguration accompagnée d’un service religieux à sa mémoire.
Cinéaste considéré comme l’un des plus doué de sa génération, il fut contraint à l’exil en raison de son défi en vers l'idéologie soviétique.
Jeudi, plusieurs quotidiens russes ont consacré un article au cinéaste :
"Tarkovski était le dernier poète maudit du cinéma. Après sa mort il est impossible de vivre et de créer comme lui, même pour un génie" (Kommersant).
"Il ne nous a laissé que sept films (L'Enfance D'Ivan, Andrei Roublev, Solaris, Le Miroir, Stalker, Nostalghia, Le Sacrifice). C'est très peu, mais c'est tout un univers" (Rossiïskaïa Gazeta).
"Tarkovski a connu un triste destin en Russie : une courte reconnaissance au début des année 60, puis l'indifférence, les persécutions, le culte et l'oubli. (…) Après l'euphorie de la Perestroïka, il a été oublié, son langage ne convient pas à l'actualité. Mais il redeviendra actuel quand apparaîtra un nouveau cinéma russe en quête de repères". (Vremia Novosteï).

A.C. (5 avril 2002)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter