J’ai rencontré Bruce Willis… et je suis tombée dans les pommes.

Lorsque l’on m’avait annoncé, il y a quelques temps, à Paris, que Bruce Willis allait sans doute faire un tour au Festival, j’étais déjà surexcitée. Genre, je saute partout, j’ai des étoiles dans les yeux et je m’imagine déjà l’entre apercevoir, ou pourquoi pas monter les marches à ses côtés, hein, on sait jamais, il y a déjà sauver le monde plein de fois, et pis, je sais pas, sur un malentendu, ça pourrait peut-être marcher Quoi, je rêve éveillé ?

Bon. Mais lorsque j’ai appris que j’allais l’interviewer pour de vrai de vrai, j’ai cru faire une syncope. Limite coma, vapeur, sel, tout ça. Bruce Willis. Bruce Willis. Je vais interviewer Bruce Willis. La dernière fois que je l’avais vu, c’était pour Otage, une conférence de presse parisienne. J’avais été incapable de prononcer un mot. J’allais devoir m’entraîner un peu parce que six minutes avec lui et rien pouvoir sortir (hormis quelques élucubrations ou soupir plus qu’appuyés avec sourire béat obligé), ça n’allait pas le faire du tout.

Arrivée au Cap d’Antibes, assise dans un bungalow face à la mer, j’entends sa voix, tourne la tête et croise son regard. Il est là. Oh mon Dieu, Aurélie, respire, il est là…. IL EST LÀ !!!!! La classe incarnée. Plus un poil sur le caillou, rasé de près, avec son regard si sex et son sourire en coin. On m’appelle, je ne réagis pas, je ne sais plus qui je suis ni pourquoi je suis là. Je me lève et suis le chemin tracé par un ange tombé du ciel qui m’amène auprès de Lui. Oh mon Dieu, il m’a touché la main. Respire, Aurélie, respire.

Six minutes plus tard, c’est fini, je ne me souviens plus de rien sauf de ce sourire et de ses yeux qui pétillent. Je me lève et me dis que toucher sa main une fois encore, ça serait bien. Allez, soyons fou, rêvons d’un petit bisou sur la joue. Oh c’est pas vrai, j’ai fait la bise à Bruce Willis. J’en étais sûre… il a une vraie peau de bébé…

Aurélie (la p’tite blonde du Flash, amoureuse de Bruce depuis son plus jeune âge) (Cannes, 19 mai 2006)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter